Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 11:02
Engrenages et  The Killing les femmes des séries

chapitres 10/12

Laure Berteaux couche encore avec le commissaire Brémond (qui n’a rien d’extraordinaire…)mais il est jaloux du tueur de femmes, dit « le boucher Mexicain de la Villette » ou « Ronaldo « qui occupe les pensées de la jeune femme. Son collègue Gilou, lui , jalouse le commissaire. Laure va tuer son serial-killer ; elle n’aura pas eu le temps de se repeigner une seule fois ( ni de prendre une douche).

Le stagiaire Arnaud, victime de chantage par les gros méchants durs, viré de la magistrature par le juge Roban, se suicide.

Roban n’arrive pas à mettre le maire en examen : cette fois c’est son propre frère qui l’en empêche.

Eva, la grande rouquine tirée à quatre épingles, veut défendre Pierre, accusé de viol par Dylan le jeune délinquant qu’il avait hébergé une nuit.

Il apparaît que des magistrats hauts placés ont orchestré cette plainte, sachant qu’Eva allait défendre Pierre ; elle cède au chantage pour que la plainte soit levée. Je n’ai pas trop compris ce qu’elle devra faire mais ce sera moche. Elle embrasse Pierre passionnément et se tire, en détresse.

Encore une fois Eva ne pourra pas donner à Laure des conseils d’élégance, ni Laure à Eva des suggestions de probité, c’est trop tard, on attendra la prochaine saison.

J'ai suvi la première saison de " The Killing", série danoise, sur Arte,et voilà que je me demande laquelle je préfère:

Dans The Killing, l'enquêteur numéro un est aussi une femme ( Sarah Lund) mais elle est vraiment la meilleure : les hommes ne valent pas tripette!

Jon Meyer son coéquipier veut jouer les gros durs : par la suite, il va s'améliorer et tenter de lui être utile, mais bof... devoir perdre la vie pour être enfin efficace, c'est franchement maladroit...

Grosses différences avec Engrenages : Sarah est coiffée à la va-vite, maiselle n'a qu'une seule mèche qui pendouille, Laure Berteaux en a au moins quatre.

Sarah et Laure sont hyper-actives, et l'une comme l'autre, enquêtent tout le temps le jour et la nuit. La nuit encore plus, car les effets de clair-obscur sont généreux et parfois lourdingues dans les deux séries.

Mais Laure trouve le moyen de coucher avec ses coéquipiers en même temps qu'elle enquête. Parfois, on ne sait pas trop dans quel lit elle se réveille le matin, ( mais elle a l'air de le savoir) ; en revanche Sarah ne couche avec personne, pendant l'enquête. Ce n'est pas pour autant que ça lui éclaicit les idées!!

Elle doit bientôt rejoindre un ami en Suède dans une cambrousse isolée. ça ne lui plaît pas...

Dans Engrenages, les types ne se rasent que toutes les semaines et encore; dans The Killing ils sont tous rasés de frais, tous les jours les enquêteurs, les suspects, les petits rôles, sauf Le prof de lycée algérien, d'ailleurs le seul type bien de sa personne, mais ce n'est pas à cause de sa pilosité.

Dans The Killing, la politique est très ennuyeuse : le type qui veut devenir maire de Copenhague est plein de bonnes intentions, il a une idée ( et une seule) l'intégration des immigrés.Cette idée est rapidement abandonnée lorsqu'il devient suspect. Ensuite, les différents acteurs s'acccusent les uns les autres d'avoir trempé dans l'affaire... là franchement ,c'est nul!

Dans Engrenages, les problèmes sociaux-politiques sont mieux mis en valeur, sans éviter le cliché tout de même.

Dans The Killing l'accent est mis fort classiquement sur l'énigme : retrouver l'assassin de la lycéenne Nanna ( un "n" supplémentaire attention! Nanna n'est pas exactement une nana de Zola...) et les fausses pistes se succèdent à un rythme correct. On comprend assez vite qui est l'assassin mais le jeu des fausses pistes est de nous faire douter plus ou moins. Le gros cliché c'est que le déménageur Birk Larsen, le père de la victime... est une vraie caricature de déménageur :costaud, rustre, naïf... !! Au fait, devrait-t-on encore dire déménageur ? Pourquoi pas réorganisateur d'espace?

Je pense qu'une seule saison de chaque me suffit...

faut pas parler torp vite ma fille....

Engrenages saison 4

Un épisode par ci-par là

Laure a 2 amours dans cette saison 4. Son régulier, Vincent, qui l’attend patiemment certains soirs, et Sami qui enquête avec eux pour cette saison ou pour cette raison ? Il s’agit de démanteler une organisation d’extrême gauche (à présent on dit « gauche radicale ») dont le chef Thomas est un jeune Kurde sans patrie, sans foi sans loi. Il a pour amie la belle Sophie une étudiante par lui fascinée. Il y a du chantage, des morts, ça patauge un max…

Le juge Roban se fait juger, comme à l’ordinaire. Il est interdit d’exercer, (cela ne change pas) il a dénoncé un supérieur délinquant. Tous pourris !

Il y aura un mort chez les « bons ». Vous avez remarqué qu’il y a toujours un mort chez les « bons » dans chaque saison ?

Les femmes d’Engrenages : la belle Sophie, clou du spectacle, finalement déguisée en garçon manqué à l’air timide, entrant dans le Palais de Justice lunettée sa perruquée de tiffes raides et sac à dos bourré d’explosifs… C’est la brune. Laure Bertaut, toujours échevelée et passant d’un homme à l’autre, d’une action à l’autre, toujours courant, toujours sautant, disant sans cesse « c’est mort », puis juste après « on y va » …c’est la blonde. Joséphine, L’avocate, a aidé les sans-papier dans un épisode précédent (je la croyais plutôt à Droite mais…) . Elle a plein d’ennuis. On lui retire son droit d’exercer, et son ami Pierre ne veut plus d’elle. Mince ! Tu parles d’une perte… Elle tente de se suicider, et à l’hosto, Pierre étant venu la voir, elle s’inquiète d’être moche en convalescente. Mannequin ou avocate ? Plus rien hélas… que sa chevelure volcanique, ses ongles rouges et son désir de vengeance…c’est la rousse. Car il faut toujours une blonde, une brune, et une rousse, jolies et jeunes de préférence, le succès est à ce prix, vous êtes bien d’accord ?

Engrenages et  The Killing les femmes des séries

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Série
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher