Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 15:06

2014 Gallimard, 430 pages.

De 1972 à 74 à Londres. Le MI5, les services secrets britanniques, emploie Serena, jeune femme de 21 ans, mal orientée dans ses études. La jeune femme ne fait pas de politique, n’a pas d’opinion arrêtée, et ignore tout de l’espionnage.

Ses parents l’ont contrainte à faire une licence de maths à Cambridge. Elle a eu quelques difficultés. En fait, Serena lit beaucoup de romans, d’abord pour se divertir « la lecture était un moyen de ne pas penser aux mathématiques … C’était un moyen de ne pas penser du tout ». Elle ne se passionne pas pour la belles-lettres « j’attachais peu d’importance aux thèmes ou aux phrases bien tournées, je sautais les descriptions… ll me fallait des personnages auxquels je puisse croire… je préférais qu’ils tombent amoureux ou se séparent, mais je ne leur en voulais pas trop s’ils essayaient de faire autre chose. Elle aime, avant le dénouement quelqu’un demander « veux-tu m’épouser ? »

Toutefois, elle évolue : écrit des chroniques de livres appréciées et s’intéresse à Soljenitsyne et l’Archipel du Goulag.

Jugée attirante, y compris par elle-même, elle fréquente des étudiants avec des fortunes diverses, puis un professeur de 30 ans son aîné. Ça y est, c’est l’amour !

Grâce à lui, elle est embauchée au MI5. Très mal rémunérée, mal logée, elle classe des dossiers toute la journée. Le MI5 s’attache à promotionner de jeunes écrivains, qui défendent la société capitaliste libérale, et critiquent les dictatures communistes. Comme Serena a la réputation de bien connaître la littérature contemporaine, elle est chargée d’infiltrer Tom Haley, jeune écrivain qui semble correspondre aux critères du MI5. Elle doit lui proposer une allocation pour écrire, versée par une fondation (évidemment fictive) qui lui trouve un talent prometteur.

Comme le vieil amant a disparu, Serena est avide de rencontrer Tom….

Ce récit décrit la situation politique et sociale de l’époque, du point de vue du MI5 ; le terrorisme de l’IRA y occupe une grande place, la Guerre Froide est encore active aussi. Il y a l’embargo palestinien sur l’essence, le fameux « premier choc pétrolier »: les grèves de mineurs, et d’autres groupes sociaux. La Grande Bretagne craint de manquer d’électricité et veut instaurer la semaine de trois jours. La jeune Serena qui sort tout de même de Cambridge ne touche que 14 livres la semaine en 1973, elle tire le diable par la queue ! Et dire que cette période fait partie des « Trente Glorieuses »…

Un autre thème est l’apprentissage de l’écriture par Tom Haley : ses nouvelles et son roman sont longuement racontées avec des passages cités en italique par Serena. L’écrivain en herbe revisite des grands thèmes littéraires à sa façon notamment l’Apocalypse, et le fétichisme. En réalité, la plus marquante de ces nouvelles, l’histoire de l’homme amoureux d’un mannequin, fut autrefois publiée par Mc Ewan lui-même sous le titre « Morte jouissance ». Après lecture de ces nouvelles, on s’attend à ce que Tom, le futur amour de Serena soit un type vraiment tordu… mais il va se révéler bien plus ordinaire que je ne l’avais imaginé.

le troisième thème c'est l'amour ; Serena est une héroïne sympathique mais un peu nunuche. Des clichés sur les femmes : oui elle est bonne en maths mais jusqu’à un certain point… elle pense beaucoup à l’amour, et n’est pas très ambitieuse. Elle sert de faire-valoir à deux hommes plus doués qu’elle.

La façon dont elle décrit ses différents amants (y compris Tom Haley) est très réaliste ; elle note des détails qui laisseraient penser qu’ils ne sont pas du tout excitants ! Tony Canning, tout d’abord « était très bel homme » puis l’intimité aidant « son pauvre corps nu ressemblait à une vieille chaussette éculée. Sa peau formait des plis en des endroits improbables jusque sous les bras …sous une certaine lumière Tony semblait du même jaune que les pages d’un vieux livre de poche… mais s’il me paraissait légèrement rouillé, et me rappelait parfois le vieil ours en peluche râpé de la demeure familiale, c’était un amant averti et courtois. » mais les jeunes ne sont pas très ragoûtants non plus… en dépit de cette lucidité bien venue, Serena se pâme d’amour !!

Bref, après m’être passionnée pour la première partie, brillante et ironique, j’ai été un peu déçue. Mon ennui a commencé lorsque Serena lit la troisième nouvelles de Tom, pas terrible. Résumer un seul de ses écrits (le meilleur) aurait suffi.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Manu 09/03/2014 11:43

Voilà un avis un peu moins élogieux. Mais je le lirai quand même.

dominique 14/03/2014 10:56

De Mc Ewan j'avais bien aimé " Délire d'amour", et "Bonheur de rencontre" des histoires très tordues, et dans un autre genre " Expiation" ( mais j'ai détesté le film qu'on en a tiré). Certains titres me plaisent moins: " Samedi" m'a ennuyée, mais bien plus que celui-là, qui reste un bon livre à mes yeux.

keisha 05/03/2014 08:35

Je me suis passionnée jusqu'à la toute fin!!!

dasola 05/03/2014 07:59

Bonjour Dominique, Serena un peu "nunuche", c'est pas faux mais j'ai quand même bien aimé ce roman. Bonne journée.

dominique 14/03/2014 10:52

Serena raconte trop les œuvres de Tom...

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher