Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 17:41
Blancanieves Pablo Berger

2012

Film en noir et blanc muet. Après « The Artist » on ne s’étonne plus de ce choix esthétique.

Donc la future Blanche-Neige, Carmen, naît sous de mauvais auspices : sa mère meurt en lui donnant le jour, et son père, torero, vient d’avoir un accident dans l’arène, qui le laisse impotent.

Carmen est élevée par sa grand-mère, mais la marâtre rôde dès le départ, et à la mort de la vieille dame, s’empare de la situation. Elle installe le papa au premier étage d’une demeure cossue, l’épouse, prend un amant pour des pratiques saxo-maso, coupe les cheveux de Carmen et la prend comme bonne à tout faire. La fillette s’acquitte bravement des tâches et se prend d’amitié pour un coq : lorsque l’animal s’aventure au 1er étage, elle le suit (bien qu’on lui ait interdit l’étage) et fait la connaissance de son père, qui n’avait jamais voulu la voir ( à cause de son état, ou parce qu’elle avait causé la mort de sa mère ?) ils prennent l’habitude de se voir pendant que la marâtre est à la chasse. Il lui apprend la tauromachie, elle danse pour lui au son d’un phono…toutefois la marâtre veille...

Le conte se termine tragiquement, c’est une surprise !

On a dit que les nains faisaient penser à « Freaks » ce n’est pas tout à fait exact, l’ambiance onirique et impitoyable de Freaks n’est pas au rendez-vous.

En voyant Blanche-Neige en roulotte avec eux j’ai pensé à la Strada, le traitement est ici plus réaliste. Cependant lorsque Carmen est dans la rivière, on voudrait penser à l’Ophélie des peintres même si c’est noir et blanc, et on n’y parvient pas, l’image est banale. Les apparitions du coq sont une excellente idée. De même lorsque la fillette imagine dans la cuisse de volaille déposée dans l’assiette son oiseau bien aimé, ce n’est pas mal… on voudrait plus de scènes comme celle-là…

Les comédiens ne sont pas très expressifs, et la belle-mère semble croire que faire des grimaces tout le temps, c’est interpréter un rôle dans un film muet !

De temps à autre on a des surprise agréables, mais dans l’ensemble cela manque d’ »inquiétante étrangeté », ou simplement d’originalité.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher