Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 09:37
La vie d’Adèle chapitre 1 et 2 ( Abdelatif Kechiche) ***

2013, palme d’or

Adèle est adolescente en 1ere L , et encore mineure, lorsqu’elle croise la route d’Emma, et que toutes deux échangent un regard appuyé. Adèle sort avec un garçon de Terminale ( Tom) ; mais le soir elle se masturbe en évoquant Emma, qu’elle a juste entraperçue. Grâce à Valentin son confident homosexuel, elle va retrouver cette jeune femme dans un bar gay. Emma a bien cinq ans de plus qu’elle, élève des Beaux Arts en 4eme année. Elles se plaisent physiquement ; en dehors de cela, elles sont très différentes. Adèle est d’une famille de condition modeste, Emma ce qu’on appelle maintenant une « bobo ». La plus jeune a la vocation d’institutrice, la plus âgée peint.

Cependant elles vont vivre plusieurs années ensemble, et Adèle devenir institutrice, avant que la rupture ne survienne, car elles se sont éloignées l’une de l’autre. Emma vit sa vie d’artiste, s’est attachée à une autre femme de son âge, qui a un enfant ; Adèle est sortie avec un collègue de son école, car elle se sentait seule. Pourtant c’est Emma qui met l’autre à la porte, lui reprochant ses infidélités, alors qu’elle-même délaisse son amie.

Adèle reste seule, se console avec son métier, tandis qu’Emma a refait sa vie. Lors d’une exposition des œuvres d’Emma, Adèle regarde les tableaux, dit quelques mots avec les invités, et tourne en rond ; elle reste extérieure à tout cela, doit tourner la page…

On suit cette histoire avec intérêt, tout en relevant des trucs qui passent mal.

Les deux filles se jettent dans les bras l’une de l’autre et ont une relation sexuelle très complète, alors qu’elles se connaissent à peine ! Où sont les préliminaires, les façons dont un couple qui se forme a de tâtonner, d’hésiter de plaisanter d’être un peu timide ??? Enfin je vois les choses comme cela…

Les deux filles sont épilées de très près, trop à mon goût. Il devrait y avoir quelques poils au moins chez l’une d’entre elles et elles devraient en parler. On voit bien que c’est un homme qui observe ce couple de filles : il ne pénètre pas dans leur intimité ; montrer des scènes de sexe ardent, de près, n’est pas forcément s’approcher de la chose. Même si Adèle joue la carte du naturel, farouche spontanée, naïve, cela ne suffit pas. Kechiche a cherché à filmer de beaux plans de nus : il en tire une vue de jambes et corps mêlés assez belle ; cette image seule aurait suffi.

Les coiffures sont bien étudiées : la coupe déstructurée d’Adèle, avec cette impression de chevelure emmêlée, et ces mèches en bataille contrastant avec la coiffure courte et sage ( en dépit des mèches bleues d’ailleurs vite disparues) d’Emma est une bonne idée. Le choix des actrices est judicieux car elles sont complètement à l’opposé l’une de l’autre. On croit au conflit.

Comme souvent chez Kechiche, il y a un conflit de classe sociale : Adèle présente son amie comme l’aidant pour ses cours de maths, et ne dévoile jamais son homosexualité à ses parents. A l’école, elle subit des injures homophobes, dans son milieu d’enseignants, elle doit également se taire sur sa sexualité. Emma n’a rien à cacher dans les milieux où elle évolue. Les repas de spaghettis à la bolognaise reviennent à trois reprises et l’on voit les gens manger de près ne pouvant s’empêcher d’avoir l’air sale. Même Emma ne peut s’en tirer sans que les nouilles lui sortent de la bouche en se tortillant comme des vers. L’autre repas ( servi une seule fois) de fruits de mer chez les parents d’Emma est censé faire snob, et on doit soupçonner les parents de feindre d’accepter l’homosexualité de leur fille avec hypocrisie. Je suppose que c’est en tout cas l’intention du cinéaste ???

Est-ce réussi ? Je ne sais pas. C’est un peu outré.

Lorsqu’Emma et Adèle sont en couple elles vivent dans une grande maison confortable et reçoivent du monde dans un grand jardin, très bourgeoisement ( sauf que là encore on mange des pâtes, c’est Adèle qui fait la popote) . On se demande qui paie pour cette maison ? Qui fait bouillir la marmite ? Adèle ne le pourrait sans doute pas seule, vu ce que sont payées les institutrices.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher