Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 09:07
Jean-Paul Sartre La Mort dans l’âme ***

Folio 378 pages

3 eme tome des Chemins de la liberté, ce dernier roman me semble inachevé ; il est en tout cas beaucoup moins bon que les précédents.

Cette fois nous sommes en juin 1940 ; la guerre a été déclarée neuf mois auparavant ; nous retrouvons les personnages de l’âge de raison confrontés à ce nouvel état de choses

Gomez est à NY où il cherche du travail comme critique de peintre pour gagner sa vie. Il ne pense guère à Sarah et au petit Pablo, restés en France, et lancés sur les routes de l’exode avec peu de chances de parvenir à le rejoindre. Boris suite à une blessure sans gravité est démobilisé. Il a entendu parler par des amis du groupe de futurs résistants qui s’organise à Londres autour de De Gaulle et a une opportunité de les rejoindre. Ivich est à présent mariée, son mari ( Georges un personnage mineur du Sursis) est au front ; elle ne peut supporter sa belle-famille et s’est enfuie à Marseille où Boris veut la confier à Lola. Ivich déjà enfuie de chez ses parents dans le Sursis, avait trouvé refuge chez Mathieu, dans son appartement… mais on la quittait dans le roman précédent, déchirant le billet donné par Mathieu, puis couchant avec on ne savait quel type ( à présent on le sait). Elle ne voulait sans doute pas se faire entretenir par Mathieu mais cela aurait mieux valu que de tomber dans les premiers bras venus …

Daniel resté dans Paris occupé y rencontre le jeune Philippe cette fois réellement déserteur, l’héberge et cherche à le sonder se laisserait-il séduire ? On dirait que non…

Nous ne sauront pas ce que deviennent ces personnages abandonnés au milieu d’un tournant de leur vie… Sartre se focalise sur Mathieu : depuis neuf mois qu’il est soldat, il a de plus en plus l’impression de perdre son temps, s’ennuie à mourir, subit une sorte de déréalisation. Comme ses camarades, d’ailleurs… Il n’est pas en première ligne, mais décide de combattre à la première occasion. Et le voilà enfin agissant pendant quinze minutes avant de tomber (on le suppose) sous les coups de l’ennemi. Cette page est restée célèbre, elle n’est pas mal en effet.

La seconde partie très longue et passablement ennuyeuse nous fait suivre Brunet, également mobilisé, qui sera fait prisonnier par les allemands et se fera un ami qu’il gagne à ses convictions ( je n’ai pas compris ce qu’il avait pensé du pacte germano-soviétique, mais j’ai passé bien des pages…)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher