Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 11:07
Zygmunt Miloszewski  Un Fond de vérité ****+

Mirobole, 2014, 470 pages.

Edition originale 2014 ( Ziarno prawdy)

Teodore Szacki vit et travaille désormais à Sandomierz tandis que son épouse et sa fille sont restées à Varsovie. Cette petite ville de province lui plaît beaucoup, son architecture est restée médiévale, mais il s’y ennuie un peu.

Heureusement le crime fait son apparition : le corps d’Ela Budnik, femme de 40 ans est retrouvé près d’une ancienne synagogue où se trouvent les Archives ; un jeune chercheur Roman Myszynski a même entendu des bruits bizarres avant de découvrir le corps dans les buissons attenant. Une mise en scène horrible et sophistiquée : la victime a été vidée de son sang selon un rituel d’égorgement des animaux dans la tradition juive.

Son mari est suspecté et interrogé ; conseiller municipal, chimiste de profession, c’est un notable. Il n’a pas d’alibi, mais rien de probant ne sort de tout cela et on le relâche. Deux jours plus tard c’est lui qu’on retrouve mort pendu par les pieds et vidé également de son sang dans une maison désaffectée en voie d’effondrement. A côté du corps trois lignes de chiffres qui se suivent, et des initiales.

Teodore soupçonne un troisième personnage: un patriote un homme de droite appartenant à un mouvement nationaliste, et qui avoue être antisémite.

Mais très vite, il disparaît ….

L’enquête tourne autour des relations de la population catholique avec les juifs, pendant, avant, et après la guerre. Les juifs ont été martyrisés, y compris les survivants dont on avait subtilisé les biens pendant leurs fuites. Dans la cathédrale de Sandomierz, plusieurs tableaux grands format mettent en scène des crimes rituels effectués par des juifs ; sur l’un d’entre eux, une main, sûrement criminelle, tracé des signes en hébreu.

Teodore apprend les anciennes légendes, auxquelles certaines gens croient encore, comme le fait que des juifs auraient charcuté des enfants pour en faire du pain azyme et autres fariboles.

Voilà une enquête qui prend son temps. Le temps de revisiter le passé compliqué et souvent peu glorieux de cette jolie ville de province, le temps de déterrer quelques forfaits sanglants qu’on a feint d’oublier, le temps que Teodore se promène dans la ville et alentours, en détaille l’architecture, réfléchisse profondément sur les bords de la Vistule, dans les principaux édifices religieux, les endroits où l’on mange et boit ( bien ou mal) ; le temps qu’il ait séduit les femmes de son âge dans son entourage proche, et observé les autres d’un regard critique et obscène ; le temps qu’il ait interrogé quelques personnes-clé, un profileur, un rabbin, des évêques, des chercheurs, un ancien policier, le temps qu’il ait fouillé les catacombes de la ville, et rencontré de vrais Cerbères…. avant de comprendre la vérité qui surprend aussi le lecteur !

Dans l'ensemble, j'ai aimé ce roman bien écrit et bien documenté; On apprécie que le décor soit planté, le contexte culturel et politique correctement rendu . Mais les coucheries de Teo affaiblissent le récit. A cause du tableau dans la cathédrale on pense au « Tableau du maître flamand » de Perez-Reverte. Tout comme dans le dernier opus, ( les Impliqués) on pensait au Crime de L’Orient-Express d’Agatha Christie ).

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lecture policiers
commenter cet article

commentaires

dasola 20/09/2015 13:01

Bonjour dominique, j'ai lu les Impliqués il y a peu de temps et j'avoue n'avoir pas été emballée plus que cela, donc pour celui-ci, j'attends. Bon dimanche.

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher