Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2021 5 19 /03 /mars /2021 17:55

Richard Russo Retour à Martha’ s Vineyard ***

La Table ronde ( Quai Voltaire) 2019, 377 pages

Titre original : Chances Are…

Le 1er décembre 1969, Teddy, Lincoln et Mickey, étudiants boursiers dans une fac huppée de la côte Est, voient leur destin se jouer en direct à la télévision alors qu'ils assistent, comme des millions d'Américains, au tirage au sort qui déterminera l'ordre d'appel au service militaire de la guerre du Vietnam. Un an et demi plus tard, diplôme en poche, ils passent un dernier week-end ensemble à Martha's Vineyard, dans la maison de vacances de Lincoln, en compagnie de Jacy, le quatrième mousquetaire, l'amie dont ils sont tous les trois fous amoureux.
Septembre 2015. Lincoln s'apprête à vendre la maison, et les trois amis se retrouvent à nouveau sur l'île. A bord du ferry déjà, les souvenirs affluent dans la mémoire de Lincoln, le "beau gosse" devenu agent immobilier et père de famille, dans celle de Teddy, éditeur universitaire toujours en proie à ses crises d'angoisse, et dans celle de Mickey, la forte tête, rockeur invétéré qui débarque sur sa Harley.
Parmi ces souvenirs, celui de Jacy, mystérieusement disparue après leur week-end de 1971.

Martha's Vineyard est une petite île au large de la côte Est des États-Unis, dans le Massachussetts  A l'instar de la presqu'île de Cape Cod et de l'île de Nantucket, toutes proches, elle se situe dans un secteur touristique très prisé.

J’ai relu plusieurs fois les 100 premières pages n’arrivant pas à accrocher. Bien que les personnages soient très différents, ce qui ressort de la traduction est plat et ne les met pas en valeur. On se rend compte que Lincoln est très dépendant de sa famille qu’il a laissée pour ce weekend entre amis. Il téléphone tout le temps à sa femme Anita ( ou c’est elle qui appelle) pour raconter le peu qui vient de se passer, des petits détails sans importance !

Ah ces portables, quel esclavage, parfois.

De temps à autre, souvent, il s’imagine son vieux père (90 ans) commentant ses actes et pensées. C’est lourd ! je le plains…

Lincoln est BCBG, et Mickey apparemment est « un musico » qui vit une existence supposée non-conformiste ; et pourtant lui aussi imagine son père commentant ses faits et gestes plus ou moins négativement… Mickey avait tiré un ticket pour le Vietnam, il s’est enfui au Canada pour y échapper… son défunt père ne cesse de le lui reprocher !

Le seul qui n’évoque pas trop ses parents, c’est Teddy, l’éditeur , mais lui est dépendant d’autres personnes notamment son prof de fac à présent décédé…

Et tous trois n’arrêtent pas de penser à Jacy , leur amie d’université, disparue c weekend de 1971, il y a quarante quatre ans ! Ils n’ont pas tourné la page.

Jacy représentait ( et représente toujours) la liberté qu’ils n’ont pas eue, une liberté dont ils rêvent encore, la femme idéale sous la forme d’une jolie fille qui-ne-porte-pas-de soutien-gorge et accessoirement qui ressemble à Audrey Hepburn, .

Elle était des leurs qu’est-ce qui lui est arrivé ? Ils espéraient tous les trois qu’elle était là pour échapper à son fiancé forcément riche et ennuyeux comme ses parents, et qu’elle allait choisir l’un des trois pour commencer une vie exaltante libre de toute contrainte… mais elle a disparu le matin du départ alors qu’ils dormaient encore en laissant un mot  d’adieu… le fait que ni ses parent ni son  fade fiancé ne l’aient revue non plus n’empêche pas l’amertume.  

Lincoln commence à mener une enquête quasi-policière, Teddy revisite le moment délicieux où ils se sont frottés l’un à l’autre , et Mickey, on ne sait trop ce qu’il pense ; Lincoln comprend qu’il sait quelque chose sur cette disparition, mais il préfère interviewer un vrai flic….

Contrairement à sortilège du Cap Cod j’ai réussi à terminer le bouquin. Quelle patience !

 Les références musicales ne m’ont pas trop parlé ( je n’ai jamais été très rock…) l’atmosphère m’a paru plombante,   les pensées des hommes peu originales, et bien sûr l’histoire est très déprimante.  La dernière partie lorsque l’on apprend  ce qui est arrivé à Jacy est fort longue et très "mélo" ; je suis sûre que cette histoire aurait pu me plaire, racontée autrement... avec de l'humour noir, de l'originalité.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher