Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 13:21

l-amant-de-Lady-Chatterley.jpgAprès lecture du carnet de la cinéaste Pascale Ferran, dans un vieux numéro des Cahiers du cinéma j’ai eu envie de me replonger dans Lady Chatt, lu à l’adolescence, bien oublié depuis . 


A la Fnac, j’ai opté pour l'édition folio-classique avec une intro du professeur Topia ( André)  qui souhaite expliquer l’intérêt socio-culturel d’un roman qu’il serait injuste de considérer comme une partie de jambes en l’air même fort réussie.

 Il  nous dit entre autre que Lawrence jugeait Jane Austen mesquine et sèche,  et qu’il rêvait de l’Angleterre rurale d’avant l’industrialisation. 


Dans la fusion entre deux être se révèle ce qu’ils ont d’unique, pensait cet idéaliste.


…..

Constance ( Connie) est une fille « libre »: elle va à l'université,  et  son père, un intellectuel, la laisse fréquenter  des jeunes gens à sa guise.  Nous sommes au début du vingtième siècle.


Après une première histoire gentillette avec un musicien, elle rencontre Clifford issu de l’aristocratie rurale, qui n’aime fréquenter que ceux de son groupe, tandis que la citadine Connie, bourgeoisie libérale aisée, jouit d'une grande souplesse de mœurs.


Clifford est dépeint comme un jeune homme désabusé jusqu’au cynisme, trouvant tout «  ridicule » : plusieurs pages sont consacrées au « ridicule » selon Clifford, qui s’enferme dans une nihilisme sommaire. L’amour physique fait également partie des ces activités qu’il trouve grossières, et ne supporte qu’à titre de formalité.


Lorsque ce jeune homme revient de guerre, impuissant et paralytique, Connie est encore jeune et n’a plus rien à vivre d’important avec lui, sauf jouer les infirmières ; ils se déclament du Racine, un auteur, qui, pour Lawrence est conforme aux prédispositions de Clifford, pour qui la jouissance esthétique se trouve dans la pureté et le dépouillement.

Clifford finira par s’inventer des plaisirs de chair avec une Mrs Bolton qui ne le cède en rien à cette Irina Palm qui passa sur les écrans, il ya quelques temps .


Et l’histoire d’amour de Connie avec le garde-chasse ?

Vous l’attendiez ?

C’est un brave homme Mellors, il n’est pas bégueule (vous le saviez déjà ?).

Il se dit de jolies choses sur ce que peuvent éprouver une homme et une femme, dans une relation sexuelle réussie.

 Connie ne savait pas grand chose de ce qu'une relation sexuelle peut provoquer, et  sa découverte du plaisir se fait par étapes, lente mais sûre.

Mais pourquoi faut-il que Mellors qui est apte aux plaisirs charnels soit peu instruit et que Clifford, l’intellectuel, ne soit bon à rien ?

Pourquoi faut-il qu’il déclare sa femme d’une «  race inférieure » parce qu’elle a couché avec un « domestique ».

Qu’est-ce que cette sorte d’intellectuel ?

Tout cela est sous-tendu par une idéologie assez primaire.

L'avis d'Ys qui a trouvé les scènes de sexe ennuyeuses. Je suis assez d'accord!

C'est vrai qu'à présent, on varie davantage les postures et les aventures. Pensez que Connie n'a eu finalement que trois amants ( en comptant son mari et le musicien, j'espère que je n'oublie personne? corrigez-moi au besoin...) , c'est peu pour une jeune femmede trente ans . Ajoutez à cela qu'elle n'a pas essayé l'homosexualité, ni les accessoires érotiques.... !!!
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

A

En conclusion, elle s'est fait 'royalement c...r' c'est cela ?


Répondre

Non, je ne trouve pas! sa relation avec Mellors est durable et... porte son fruit.
Elle a même de la chance: Car pour une jeune femme cultivée et bien élevée comme elle, accepter l'intimité avec un homme fruste dont on dit qu'il parle le patois, eh bien c'était terriblement
risqué.
Je ne m'attendais pas à un happy end, et pourtant...


K

Même si c'est tout de même un classique, je vois qu'on peut s'en passer. beaucoup de bruit pour rien, on dirait!


Répondre

C'est tout de même un livre assez daté. Les personnages sont assez stéréotypés. Et tous ces clichés qui parsèment le roman : par exemple que les femmes noires ( Oliver dit négresse
carrément!) seraient plus ardentes que les blanches!

Intéressant pour se plonger dans certains milieux sociaux de l'époque, et prendre connaissance des moeurs et idées partagés par ces groupes sociaux.


Y

Un peu monotone comme lecture, effectivement... Il y a eu Michaelis aussi comme amant, ça fait quatre, pas encore l'orgie !


Répondre

Je l'ai relu assez vite, car pas franchement passionnée. Je savais bien que j'avais oublié un galant.


M

Drôle de livre désormais que je n'ai aucune envie de relire! :)


Répondre
T

J'en garde un souvenir confus, j'étais trop jeune... Pourquoi pas le relire avec mon regard "d'adulte" ?
ps : Pour info, j'organise un nouveau challenge susceptible de t'intéresser car il répertorie les coups de coeur de la blogosphère...@ bientôt !


Répondre

Je n'en avais qu'un vague souvenir moi aussi.  On ne relit jamais un classique en vain, même si la relecture change complètement le point de vue.


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher