Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 16:09

    J’avais une dizaine d’années ( 1963 environ) lorsque mon grand-père acheta un poste de télévision à ma grand-mère pour son anniversaire, afin de lui procurer davantage de distractions.

Nous arrivâmes à midi. L’appareil était livré depuis peu.

 Il fut installé dans l’entrée à gauche de l’armoire à bibliothèque contre une portion du mur qui s’interrompait un peu plus loin pour laisser place au couloir menant au séjour.

Peu après le repas du soir, mon grand-père annonça que l’on regarderait les informations sur la première chaîne.
Lorsqu’il eut branché le téléviseur, nous vîmes l’écran tacheté de petits points gris et troublé de corpuscules semblables à ces bulles d’air qui se forment dans l’eau d’un aquarium lorsque l’on souffle dans un tuyau immergé dans le liquide. Puis l’écran joua au ciel orageux, s’assombrit et des zébrures le traversèrent tandis que l’appareil émettait tantôt des sifflements de serpents, tantôt des grésillements de friteuse ou des chuchotements de machine à vapeur.

 

Les spectateurs se gaussaient de mon grand-père, qui, tout spécialiste qu’il fût ( il avait été ingénieur  à  L' EDF du temps de sa " vie active" )   ne parvenait point à régler la chose. Enfin, l’on vit apparaître des mots et des images sur ce fond brouillé et l’on devina tant bien que mal qu’il s’agirait d’un  film de fiction.

Et ce n'était certainement pas la première chaîne! Où était-elle passée?

 

L’histoire m’impressionna fort : pour ce que j’en saisis, le héros était condamné à la vie éternelle sur terre et devait servir le Diable en accomplissant toute sorte de méfaits ; il tentait de refiler son immortalité à diverses personnes qu’il menait à l’agonie mais nul ne voulait échanger son sort contre le sien. Tantôt l’homme avait l’air extrêmement mélancolique, tantôt il se composait un visage démoniaque ; les effets spéciaux ne manquaient pas et peut-être cette variation faustienne était-elle mise en scène dans le goût de l’expressionnisme allemand.

Il s’écoula encore une dizaine d’années pendant lesquelles je m’interrogeais périodiquement sur cette histoire ; je la reconnus par hasard en feuilletant « Melmoth », dans une bibliothèque universitaire. Alors je lus dans sa totalité ce gros roman touffu. Il me sembla que pendant tout ce temps j’avais erré sans relâche à la recherche de cet étrange et terrible personnage.La seule différence était que dans mon souvenir le personnage en question évoluait dans des salons et jamais dans la nature, dans une société de type 18-19eme siècle quasiment tout

le temps.

Récemment, j'ai cherché la trace d'un tel téléfilm en interrogeant Google. J'ai trouvé sur Noosfère, une encyclopédie en ligne, la mention d'un téléfilm de G. Lacombe " Melmoth réconcilié"diffusé  en 1964.

Il s'agit sans doute de cet opus, et ce serait donc la nouvelle de Balzac que j'aurais vue adaptée et non pas le Melmoth d'origine...je chercherai à lire le texte de Balzac aussitôt que possible!  Après tout, c'est peut-être une variation du Raphaël de La Peau de chagrin.



Pour moi la TV c'est resté de la fiction, et quelquefois du documentaire.Aussi y ai-je toujours recherché les films, voire le théâtre filmé ( plus fréquent en ce temps là), et quelques feuilletons.

Après mai 68,résolue à me cultiver un peu sérieusement, je n'ai plus regardé d'émissions de variétés et de blabla.

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

alsam1979 23/07/2013 00:55

Quelqu'un saurait comment vendre ou donner la partie de l'âme des gens suivants: Mère de sa mère (grand-mère) frère et soeur de sa mère au diable ? Je parle de celle que l'on a tous en soie ! Merci! J'ai tout essayé j'en suis rendu là!

dasola 06/09/2011 19:17



Bonsoir Dominique, j'aime bien tes évocations qui me donne la nostalgie de cette télévision où il y avait la speakrine nous le programme de la 1ère et 2ème chaîne. Où les programmes étaient tous
de grande qualité, intelligents, etc. Parfois, j'en ai même le cafard quand je vois l'indigence de qu'on nous propose (Arte mise à part). Sinon, Melmoth, je connais le titre mais je ne l'ai pas
lu. Bonne soirée.



Dominique Poursin 06/09/2011 21:10



Bah! j'étais encore si jeune que jene peux pas dire de façon sûre si les programmes étaient vraiment bien meilleurs.Aujourd'hui aimerai-je encore des séries telles que Belphégor ou la Quatrième
dimension?


Ce qui est sûr c'est qu'iln'y avait pas tellement de publicité et elle était supportable. Aucun film n'était  "coupé" par de la pub. Les chaînes étaient publiques, et de toute manière
financées autrement, je crois.


Bonne soirée



Dominique 31/08/2011 11:57



Chouette évocation !  Mes parents ont eu très tôt la télévision en 1958 et je me souviens que tout le village a défilé devant l'écran, mon père voyageait beaucoup et il voulait que ma mère
ne passe pas ses soirées seule ! 


je garde un souvenir très précis comme toi des début, le poste énorme et l'écran minuscule, la neige régulièrement sur l'écran, l'interlude qui s 'affichait en cas de problème et les speakrines
aux coiffures improbables


il y avait foule chez nous les jours de match de rugby avec les premières retransmissions de l'eurovision et de sa célèbre musique dont je n'ai su que très tard que c'était un Te Deum !!!


merci de ce billet qui m'apporte une bouffée de nostalgie heureuse



Dominique Poursin 31/08/2011 14:31



C'est encore plus tôt que chez moi! mes grands-parents l'ont eue au début des années 60, et comme j'étais une enfant,j'ai vraiment de fort souvenirs de télé!


Tu dis la neige, moi je diriais plutôt des zébrures comme de la foudre, des grosses gouttes, des bulles!


c'était l'époque de Catherine Langeais, de Belphégor, des matches oui, mais moi j'ai vu du catch!


J'ai vu Illusions perdues en feuilleton, c'est cela qui m'a donné envie de lire Balzac.


J'ai plein de souvenirs de télé enfant, et jusqu'à quinze ans. De quoi remplir un cahier entier...



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher