Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 14:37

It-s-a-free-world2--copie-1.jpgxIt’s A Free World Ken Loach

 
 
 
Londres de nos jours.
 

Une jeune femme de 33 ans, Angie, recruteuse dans une anpe privée, est victime de harcèlement sexuel de la part de ses patrons? Ne voulant pas leur céder, elle perds son emploi.

 
 
 

Avec son amie Rose, égalment malchanceuse professionnellement, elle monte leur propre agence de recrutement dans l’arrière-cour de la brasserie qu’elle connaisse. Elles fournissent à des entreprises diverses, une main d’œuvre bon marché, de travailleurs immigrés. Ceux-ci sont en situation précaire, et même se retrouvent «  journalier » comme on disait autrefois !

 

Bientôt, elle doivent élargir leur recrutement aux sans-papiers, aux clandestins, voire à des réfugiés politiques ( ne bénéficiant pas de l’asile politique). Angie prévoit de travailler légalement dès qu’elle en aura les moyens mais cette issue heureuse se fait attendre, d’autant plus que, apparemment, les agences qui font travailler les clandestins, bénéficient d’une relative immunité.

 
 
 

Angie se venge de ses humiliations précédentes : elle est son propre maître, c’est elle aussi qui se choisit, parmi les travailleurs qu’elle recrute, des hommes sexuellement plausibles pour un soir, à l’occasion.

 
 
 

Si les autorités ferment les eux, le métier n’en est pas moins dangereux, Angie se fait molester par des ouvriers qu’elle n’a pu ou voulu payer, et qui, en outre, ont eu des accidents du travail, pour lesquels ils n’ont pu se faire soigner.

 

Elle continue, infatigable, quitte à se retrouver en contradiction avec elle-même : un jour, elle fait  chasser d’un bidonville des sans-papiers, pour y loger  un groupe de travailleurs clandestins qu’elle va placer dans  des entreprises. Dans ces victimes se trouve une famille qu’elle a autrefois hébergée…

 

Cette Angleterre que l’on nous montre, alors que Tony Blair fait sa publicité pour devenir gouverneur de l’Europe, est victime de l’ultra libéralisme. La grande majorité des gens travaillent énormément, dans de mauvaise conditions, pour de très mauvais salaires, sans couverture sociale (contrairement à ce que prétend Michel Moore dans Sicko qui voit la Grande Bretagne comme un paradis au niveau des soins médicaux).

 

Les Anglais, tels qu’Angie, se retrouvent souvent exploiteurs et exploités en même temps.


J'ose confesser que malgré son comportement fâcheux, j'ai bien aimé cette femme, vive, énergique, pleine de vie, comme d'ailleurs la jeune pianiste dans " Just A Kiss" ( un film plutôt mal accueilli,  et que je n'avais pas osé défendre).

Chez Ken Loach, il y a aussi un autre type  de personnage féminin,  des femmes vaincues par la société, déprimées, en pleine détresse physique et morale comme la mère du jeune garçon dans Sweet Sixteen, ou encore  la jeune fille de Family Life : on ne les oublie pas aisément non plus...

 
 undefined
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

jerome 16/01/2008 13:41

j'ai connu un prof de fac qui ressemblait à ken loach, malheureusement la ressemblance s'arrêtait là

dasola 13/01/2008 19:26

C'est vrai qu'Angie est terrible mais on n'arrive pas à la trouver antipathique. En ce qui concerne Just a Kiss, j'ai adoré d'ailleurs, j'en ai fais un billet au tout début de mon blog. Le couple mixte du pakistanais et de l'irlandaise est beau. Pour une fois, K. Loach s'était lâché dans les scènes "osées" si je puis dire.

Dominique Poursin 15/01/2008 18:42

Oui vous avez tout à fait raison; je suis contente que quelqu'un d'autre que moi ait aimé ce film.

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher