Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 11:00


(Corfou, 1895- Genève, 1981)

Haut fonctionnaire à la S.D.N. , Albert Cohen avait la nationalité suisse et écrivait en français.   

Nous sommes à Céphalonie en Grèce. Les Solal sont une famille juive, respectueuse des traditions les plus ancestrales. Ici, le peuple Juif est confondu avec sa religion. On emploie même le mot de "race".

Le rabbin et sa femme, respectés et lettrés, ont un fils unique le héros de ce roman. Les autres membres de la famille ( Mangeclous; l'oncle Saltiel) sont des semi clochards,  autodidactes, pittoresques, tout à la fois, drôles et émouvant, exaspérants et naïfs, dont l'histoire se déroule en contrepoint de celle de Solal.

 Lorsque les deux se rencontrent, c'est le drame.

Le désir de Solal est de quitter cette famille qu’il tient pour dégénérée, et cette religion qu'il ne veut pas suivre. Il part faire carrière à l'étranger mais reste errant et quoiqu'il séduise, toujours déplacé.

Il épouse Aude de Maussane, chrétienne et protestante et devient ministre.

La cohorte conduite par l'oncle Saltiel reparaît. Se rendant compte que cette " tribu" est inconciliable avec le milieu où il vit, Solal rejette l’oncle Saltiel ainsi que son propre père venu le rechercher.

Le père se mutile les yeux avec un brasero pour se punir d'avoir engendré un renégat. Solal ne va pas résister à un tel geste. Il se croit une dette envers la tribu des Céphaloniens, rompt avec sa femme, abandonne sa carrière.

Nouveau départ : il se convertit au catholicisme, retourne vivre avec Aude, ce qui sera l'agonie du couple et la sienne propre. Pris de délire, se prenant pour le Christ, il se livre à une tragique pantomime de l'Evangile.

     Ce roman contient en germe tous les développements futurs de " Belle du seigneur ", et illustre tragiquement les ravages causés par la culpabilité et le fanatisme.

 

Je dois dire qu’en dépit de son incontestable talent, l’écriture hyperbolique d’ Albert Cohen m’épuise, et je ne lirai certainement pas «  Belle du seigneur » avant longtemps.      

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures romans, nouvelles
commenter cet article

commentaires

Lilou 23/11/2011 14:29


Comment l'écriture dAlbert Cohen peut-elle épuiser ? Ses romans sont un pur bohneur et Belle du Seigneur le plus beau roman d'amour qui soit ! quel magnifique chef d'oeuvre...

Dominique Poursin 24/11/2011 09:44



C'est une écriture dense, riche en émotions fortes. On m'a souvent conseillé Belle du seigneur. Le titre me fait penser à une femme asservie.... ce doit être éprouvant de le lire, mais je suis
toujours intéressée.



Julien 23/02/2009 08:11

J'étais curieux d'avoir un avis sur ce livre d'Albert Cohen. Apparemment, il semble un peu trop "religieux" pour moi, je ne m'y attendais pas.

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher