Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 00:47
 Albin Michel, 2007

 J’en ai lu environ 200 pages sur 600 environ.


Ce livre apporte pas mal d’indications nouvelles sur les parcours de Dylan, souvent des propositions, des hypothèses sur ce que l’on ne sait pas, et que l’on peut conjecturer. En ce sens c'est une oeuvre ouverte qui invite à questionner.


Mais questionner sur quoi?


   A-t’on vraiment envie de savoir combien de fois Dylan a rencontré Woody Guthrie et dans quelles circonstances ?

(S'il ne l'a jamais rencontré, et qu'il a inventé sa rencontre avec lui, ce n'en est que mieux...)

Combien de petites amies il a eues et ce qu’elles ont à raconter ?

A t’on envie de savoir s’il a vraiment suivi quelques cours à l’université ou aucun ?

Dans combien de bars new-yorkais il a chanté avant d’être remarqué par quelqu’un qui compte ?

Si son parcours fut progressif et besogneux, ou son ascension rapide ?


A-t-il besoin qu’on le défende de s’être fabriqué une biographie imaginaire ?

J’ai bien lu des éléments de cette biographie fantaisie autrefois sur la pochette de « The Times They Are A changin’ » mais je l’ai prise comme de la fiction. Ce qui m’étonne, c’est que l’on ait pu y croire.

A- t-il besoin qu’on le défende d’avoir été arriviste, alors que tous ceux qui réussissent le sont ?

Bref tout cela peut compléter ce qui a été dit par ailleurs, sans à mon avis, éclairer davantage l’œuvre, sauf en de rares moments, lorsque Bon parle vraiment pour lui : par exemple à propos de Desolation Row : «  Et si une grande chanson de dylan c’était comme renverser dans une maison d’enfance, un carton de vieux jouets. Il reste de belles couleurs, même un peu abîmées, il y a des cassettes de vieux films, et des livres avec des histoires qui faisaient vaguement peur» ; cette métaphore est excellente, elle s’applique bien à la chanson en question, que du coup l’on voit d’un œil neuf. Elle répond à la question initiale : 

 «  Introduction,’ ou comment devient-on Bob Dylan »

C’est soi-même qu’on recherche.

 Des notations comme celles là il n’y en a pas beaucoup. Il faut de la patience pour les trouver.

Je n’ai pas eu tellement de patience, je n’en ai trouvé qu’une…

Partager cet article

Repost0

commentaires

Menear 13/04/2008 10:58

Bonjour,Pas vraiment d'accord avec ce qui est dit entre ces lignes ; pour moi cette biographie tient vraiment d'une approche intim(ist)e avec le mythe Dylan. Il me semble que Bon se fout éperdument des détails biographiques auxquels il est fait allusion dans ce billet mais passons.Ce qui m'a personnellement séduit dans son approche, c'est justement cette plongée dans une fiction flagrante qui révèle pourtant une biographie double et véritable (bio de Dylan et bio de Bon). Et ne pas oublier non plus la dimension poétique du travail de Dylan puisque le livre est surtout axé là-dessus. En plus de tout ça, la langue y est superbe et le travail opéré sur le "on" particulièrement approprié.Bonne journée malgré nos différentes sensations sur ce texte ;) !

Dominique Poursin 13/04/2008 11:18


Oui justement ce travail sur le "on" ça m'a gênée. Parce que, en ce qui me concerne, j'emploie toujours "on" pour désigner une personne de façon ironique. J'ai peine à me faire à un autre
emploi.
D'après ce que vous dites je n'ai pas perçu toute la richesse de cet ouvrage, que je n'ai pas lu en entier. Je l'emprunterai à nouveau. Merci de votre commentaire qui est très approfondi. Cela fait
plaisir.
Bonne journée.


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher