Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 09:18
Une variation sur le thème : un homme devient père.
 

Il y a la même autoroute que l’on traverse à toute allure au milieu d’un flot de voitures. Et de l’autre côté, la Meuse où l’on manquera de se noyer à nouveau. Il y a une fille qi porte une minijupe et des bottes. Ce n’est plus Rosetta : la jupe lui sied, les jambes sont plus longues , le corps plus délié. Elle porte aussi une belle chevelure et ne craint pas d’être jolie. Elle arrive de la maternité avec son bébé dans les bras. Son ami Bruno est devenu père et ne le sait que trop. Quand elle arrive à l’appartement, un couple l’occupe, affairé au plaisir charnel ? un couple à qui Bruno a sous-loué le studio.

Pourtant, il va tenter de faire plaisir à Sonia, acheter un landau, faire avec elle et l’enfant une virée en voiture, et, mine de rien, reconnaître légalement Jimmy, Nicolas.

Dès lors il n’a de cesse de se débarrasser de cet encombrant fardeau, de la façon qui lui paraît la plus naturelle dans le monde de petite délinquance où il vit : vendre le bébé. Le landau, il ne peut le vendre parce  que cet objet a  un prix. Le bébé, lui, n’a pas de prix.

Tout au long du film, il va se trouver à pousser un landau, vide le plus souvent,  voire à s’en charger dans le tramway ou le métro.
Ces déambulations de Bruno poussant un landau vide, sont  des séquences fortes et  qui symbolisent son désarroi.

Ayant retrouvé le bébé, Bruno va le rendre à Sonia, et, pour cette séquence-là, il le tient dans ses bras pendant tout le trajet, tout à fait comme il le faut.

Mais bien sûr il n’est pas quitte. Pour échapper à la bande avec laquelle il avait fait la transaction à présent annulée, Bruno n’a plus qu’à se faire arrêter pour un nouveau larcin…

 
 

A propos de la faute de Bruno (la vente du bébé) on a voulu souligner qu’elle est différente de se tirer en clamant ça n’est pas le mien. Cette ignoble déclaration, Bruno tente de la faire, pourtant, lorsque l’on a porté plainte contre lui ; la lâcheté de ses semblables lui souffle ces mots. Mais il a déjà reconnu l’enfant. Il vends un enfant qu'il a déjà reconnu comme le sien et se trouve donc en contradiction avec lui-même.

Le délit «  faire du commerce avec l’enfant » existe ici sous son expression la plus élémentaire. Il est bien des façons plus sophistiquées et plus hypocrites de tirer profit d’un enfant. Beaucoup considèrent l’enfant comme un placement pour lequel on investit et qui doit rapporter. De l’argent ?  Pas  toujours : on demande aussi à un enfant de la reconnaissance,  un comportement dont on puisse être fier, de réussir dans la vie… en échange des soins qu’on lui donne.

Le film nous force à réfléchir sur le statut d’un enfant que l’on met au monde, sur la façon de le considérer.

Le refus d’être père, il repose ici pour une bonne part, sur l’impossibilité d’avoir quelque chose à transmettre à un descendant, lorsque l'on vit dans une extrême précarité. Cette précarité peut être morale, culturelle, sans être financière.

J'aime beaucoup ce que font les frères Dardenne et ce film me le confirme. J'ai toutefois tendance à préférer Rosetta et Le Fils, que j'ai autrefois chroniqués

Partager cet article

Repost0

commentaires

Fantasio 18/05/2008 08:10

Pour ma part j'aurais un avis légèrement différent car "L'Enfant" est mon préféré des trois films cités. En tout cas, je pense que les frères Dardenne sont l'honneur du cinéma francophone. Je usis impatient de découvrir leur dernière oeuvre.

Dominique Poursin 25/05/2008 14:45


Libé dit beaucoup de bien de "Lorna" ( je ne suis pas sûre du titre) ; peut-être pourrais-je le voir en automne. Si vous avez l'occasion, n'hésitez pas:


dasola 14/05/2008 08:21

Bonjour Dominique, comme vous, j'ai préféré Rosetta et le Fils à ce film qui m'a gêné pour une raison futile: l'âge du comédien. J'ai trouvé Jérémie Rénier trop âgé et costaud pour ce rôle. Je n'y ai pas cru. En revanche, Déborah François est vraiment très très bien.

Dominique Poursin 16/05/2008 21:59


Jérémie Rénier? Oui, vous avez raison à présent que j'y pense, il n'est pas trop convaincant!
C'est Deborah François qui joue le mieux et de loin. Depuis, elle a eu l'occasion de montrer encore son talent dans " la Tourneuse de page".


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher