Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 19:00
Ken Bruen : Le Martyre des Magdalènes Gallimard ( noire), 2006.9782070305209.gif
(une enquête de Jack Taylor) .
   Après un prologue désespérément sadique, où une jeune femme récemment dépossédée de ce qu’elle avait de plus cher, et qui  nettoie, en larmes,   le sol  d’une buanderie,  se fait  attaquer  par une nonne armée d’un rosaire…
 
Jack Taylor entre en scène à la première personne du singulier. Plus déprimé que ce flic là vous aurez peine à en dénicher un. A ses côtés, le Philip Marlowe de Chandler, qui écluse tout autant,  l’inspecteur Melchior de Demouzon, le Kurt Wallander de Mankell, et même l' Erlendur d'Indridason, font figure de  joyeux lurons.

Toutes les semaines, Jack atterrit à l’hôpital ivre-mort et ce doit être la dernière fois ( qui se prolonge). Les jours ordinaires, il " mange seul, boit seul, renaît seul »et relit l’essai d’Alvarez sur le suicide «  j’étais arrivé au chapitre où il exposait sa propre tentative, avortée. S’il y avait une chose de moi (que) je ne voulais pas foirer c’était ça. » .

Jack est  PS. ça veut dire "prétendant au suicide".

On  ne sait trop s’il voudrait trouver le moyen d’en finir au plus vite, ou s’il cherche de l’aide. En tout cas il est dans une phase aiguë qui doit durer trois semaines, et se chuchote des prédictions «  je serais mort à Noël » «  je ne verrai pas l’été » ( mais Léthé seulement).
 Cherche un appui auprès des gardes-barrières.
Si vous êtes garde-barrière, faites quelque chose pour Jack Taylor  !
 

Il est de Galway  et l'on pense à cette jeune femme dans «  Les Morts » qui évoquait le souvenir de son premier amour ( mort jeune), à l'occasion d' une  fête familiale  sinistre ( le jeune homme était originaire de cette ville d'Irlande. Peut-être Jack est -il la réincarnation de ce Michael Furey?)

 

Je la lui prêterais bien, à Jack, la seringue qui trône depuis longtemps au-dessus du four à micro-onde dans ma cuisine à côté d’une bouteille thermos et d’un bougeoir (nul ne sait pourquoi  ces objets s’obstinent à rester là) , mais je ne sais s’il le veut vraiment.
S'il n'en veut pas je saurai quoi en faire.
A force de nager dans la blogosphère, c'est à dire l'" universel reportage " où, blalblabla, on s'autopromotionne, on bling-blingue à souhait...

Et l’enquête dans tout ça ?
Eh bien Jack est contacté par Bill, un pote dont la mère était une « Maggie », une fille- mère placée dans la terrible blanchisserie des Magdalènes ; elle n’a dû son salut qu’à Rita Monroe qui lui a permis de s’enfuir.

Retrouve Rita Monroe, Jack!
C'est pas gagné ... Jack  se sent incapable de mener une véritable enquête. En  revanche, il bouquine, et le roman est truffé de citations qui nous impressionnent grave mais n'aideront pas les victimes à s'affranchir des assassins.
 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

leunamme 28/04/2008 22:32

Ce livre m'est tombé des mains, je n'ai pas pu le finir.Le désespoir, la plongée des les limbes de Jack taylor, c'est très bien... 5 minutes, mais à un moment donné, on voudrait qu'il s'occupe un peu de son enquête, surtout que le sujet de ladite enquête est fort et tiré d'une histoire vraie.

Dominique Poursin 29/04/2008 19:25


Je crois que l'enquête a vraiment lieu dans ce roman, mais il faut s'armer de  patience en attendant qu'elle démarre. Lorsque je lis un polar ce n'est pas la patience qui  m'étouffe.


Posuto 21/04/2008 21:54

Hou ! C'est que ça ne rigole pas.Mais est-ce qu'à force de noirceur cela n'en devient pas comique ? Un livre à lire à deux étages ?Kiki :-)

Dominique Poursin 22/04/2008 09:42


Eh bien, Kiki c'est drôle jusqu'à un certain point... moi je n'ai pas pu poursuivre!


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher