Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 23:20

 

Publié aux éditions ArHsens, le 23 janvier 2008.

 


Edouard Prince s'est retiré dans un chalet des Vosges, vers  les Mille Etangs avec son  chien Pavlov. Il n'aime plus beaucoup sa vie : les livres pour enfants qu'il a écrits, il voudrait passer à la fiction pour adultes. Isabelle, son amie, il ne sait trop s'il veut s'engager sérieusement avec elle. Son passé aussi lui pose problème ; il ne sait comment vivre avec  ce qu'il a perdu.

 Voilà qu'allant faire ses courses, un enfant l'interpelle...

Qui s'appelle Edouard comme lui et lit ses romans pour enfants.


Une génération plus tôt, Gloria travaille dans une usine comme manutentionnaire. Elle voudrait tellement  avoir son propre bébé plutôt que de se contenter de garder ses neveux, les enfants de Mireille. Elle y pense tout le temps. Elle se distrait avec ses collègues et amis : Ginette, René, Sophie...

Edouard rentre chez lui après avoir évoqué la mort de son jumeau, enfant et son enfance triste,  rencontré Isabelle, et beaucoup cogité.  Nous faisons connaissance avec  la famille d'Isabelle, son  père, artiste peintre, qui paraît-il, ne l'aime pas, ne saurait aimer que son art. C'est du moins ce que pense la lampe qui pend au plafond de l'atelier de ce monsieur. Cette lampe est le troisième narrateur ; elle exprime  son indignation .


Lucien Cordo (père de Mireille et donc grand-père d'Edouard Prince) dont l'histoire est contée à la troisième personne, est le plus original de ces personnages. Il a quitté sa femme et ses filles (Gloria et Mireille)  parce qu'il avait été commotionné pendant la guerre et qu'il perdait la mémoire. Réfugié chez des paysans, Geneviève et Jacquot, il  s'adonne à l'art de façonner le métal pour en faire une  structure mi-humaine, mi animale.


Longtemps après ses épreuves, Edouard rencontre le gamin qu'il avait connu au centre commercial vosgien, et qui a dix-huit ans.

Les années ont fui... Edouard junior  s'inquiète : «   un homme sans passé peut-il vivre libre ? »


 Le récit est donc formé en partie de monologues à plusieurs voix, on s'exprime avec naturel,  en usant de termes  familiers. Le lecteur n'est pas tenu à distance, mais il  côtoie nombre de  métaphores et néologismes surprenants.

Voici un extrait afin que vous puissiez  entrer dans l'univers de Christine :

« C'est que je m'habitue moi à être sans joie ronchon décalé autocentré. Si elle m'aide je vais être obligé de lucidifier un verbe qui n'existe pas et qui fait vachement peur parce qu'en plus il ressemble à Lucifer. Elle est capable de me transformer en Edouard sûr de lui serein productif créateur responsable. Et qu'est-ce que je ferais du vieil Edouard ? Où est ce que j'entreposerais son cadavre ? Sur mes étagères entre deux phrases tartes ? Je ne sais pas si c'est très recommandé de marcher sans béquille. »


Christine anime aussi, avec RV, le blog  Posuto,, chroniques politiques et sociales nimbées d'humour et de fantaisie.


Partager cet article

Repost0

commentaires

Posuto 07/04/2008 08:12

C'est vachement gentil  ce que tu dis !!!!Et surtout le fait que le lecteur n'est pas tenu à distance ! Je déteste tellement ça en tant que lectrice que je suis bien contente de ne pas l'avoir provoqué.Et je suis très contente de voir aussi que tu aimes Lucien.Merci merci merci !!!Kiki :-)

Dominique Poursin 07/04/2008 14:47


C'est mon Charlémoi à moi dont j'ai parlé !


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher