Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 18:13

  A partir de six ans, j'ai lu   beaucoup d' histoires d'enfants battus, bien évidemment la célèbre comtesse, mais aussi «  Le Petit chose » et «  La petite Cosette ».

 Je me disais «  Il n'y aura pas de Jean Valjean pour toi, rien que des Jean Foutre ».

 J'ai lu l'histoire du Petit Chose en pensant que je lui ressemblais mais aujourd'hui  cela m'indispose que l'on fasse lire aux enfants  l'histoire lamentable de ce jeune homme qui veut devenir poète et finit vendeur d'assiettes.

Je versais presque autant de larmes sur la destinée calamiteuse du pauvre Daniel Eyssette que lui-même, et ce n'est pas peu dire ! L'entrée du petit C. au collège de Lyon ressemble à celle de Charles Bovary dans un collège normand, excepté que l'auteur ne s'y entend pas à décrire quelque fabuleuse casquette. Le narrateur se moque de lui-même gentiment, dit-on et inquiète ou fait sourire les enfants avec ses «  Pauvre petit Chose, tu ne savais pas ce qui t'attendait » et « Qui était sur le mont du navire ? Voyez-vous ça ! le petit Chose qui se prenait pour un grand Philosophe » .

On s'énerve et on pleure lorsque le petit C. rencontre un certain abbé Germane qui ne lui apprend rien, excepté qu'il « restera toujours un enfant ».

Plus tard, vers dix ans, je lus en livre de poche l'intégralité de cette détestable histoire, qui nous emmène dans la loge d'une actrice vénale pour que Petit Chose  fasse  fonctionner sa petite chose en vue d'une perdition certaine ; celle-ci devient définitive lorsque, recueilli par « la Princesse et son Père » (mademoiselle Pierrotte, autrefois appelée «  les yeux noirs », devenue une brave jeune fille sans attrait et pleine de compassion, et son  Papa qui tient boutique), il devient le Petit Chose de porcelaine, vendeur d'assiettes et de théières sous la protection des bienfaiteurs ci-dessus nommées. On a dit que Mme Daudet est l'auteur du «  Petit Chose » ainsi que de tous les mélos non régionalistes signés Alphonse. Je crois en effet que seule une femme peut ridiculiser un personnage du sexe 1 avec autant de férocité.

Cependant je me sentais moi-même atteinte, fragilisée, comme si j'étais promise au même sort.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

toinette80 27/06/2008 07:46

J'ai lu le petit chose il y a bien longtemps et je ne me souviens plus de l'histoire, je le relirai sûrement car je n'en ai plus aucun souvenir même ton résumé ne m'a rien rappelé, par contre les lettres de mon moulin j'aime beaucoup et je relis quelques histoires de temps en temps cela me fait du bien.

Dominique Poursin 27/06/2008 10:35


Ah oui les Lettres de mon moulin! La Mule du pape, par exemple, j'avais apprécié! Et aussi l'Arlésienne même si c'est triste.
Bonne journée Toinette.


Jerome 06/05/2008 19:35

ce roman, je l'ai lu quand j'avais 13, 14 ou 15 ans, et il m'avait déplu. Je l'avais trouvé mélo, sinistre, sordide. Le même été (1965,1966 ?), j'avais lu Le grand Meaulnes, qui va autrement plus loin.Autrefois, j'ai fait étudier à mes élèves les lettres de mon moulin, mais je m'en suis vite lassé. Cependant je reconnais que certains textes sont pas mal (la mule du pape, installation, le secret de maître cornille) 

Dominique Poursin 06/05/2008 22:00


Nous sommes du même avis.


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher