Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 09:01

Points romans, 2007.  270 pages.

 

Ancien photographe de guerre, Faulque s'est retiré dans une tour à Punto Umbria un petit port d'Espagne.  Il y travaille à une fresque qui occupe un pan de mur de son logis. C'est sa grande œuvre : elle représente  deux cités dont l'une antique, est en guerre, et comporte une grande quantité de scènes  où des civils sont mis à mal ainsi que leurs maison, l'autre attend le même sort, et ces deux villes sont séparées par un volcan en éruption. Il s'inspire de Basquiat  mais surtout des maîtres du passé Uccello, Piero della Francesca, Goya et Brugehel dont «  le Triomphe de la mort » déjà avait joué un rôle dans le Tableau du maître flamand.

En tant que photographe il a cherché «  le miracle qui, d'un coup, dessinerait à travers la lentille de l'objectif, dans la chambre noire... de son appareil et sur sa rétine, le secret de ce canevas d'une incroyable complication qui ramenait la vie à ce qu'elle était réellement : une course folle vers la mort et le néant ». En peinture, il le cherche encore.

A cet homme persuadé que la vérité ne peut apparaître qu'au milieu des conflits, il advient de recevoir la visite d'un  ancien soldat de l'armée croate, dont il a fait autrefois une photo qui est devenue célèbre.

Ivo Markovic lui apprend qu'à cause de cette photo il est devenu un symbole reconnaissable, a été torturé, a perdu femme et enfant. Il veut tuer Faulque, pas tout de suite, pas avant qu'ils  ne se soient bien expliqués.

Ces entretiens font l'objet du roman.

A travers ces rencontres les retours de Faulque sur son passé, et l'évocation par lui de sa femme Olvido,  on  chemine d'interrogations en interrogations sur le sens de la vie, la nature de l'art, la mise en question du  fait de photographier les scènes insoutenables... Perez-Reverte, auteur de polar et de romans picaresques, s'est engagé dans un roman philosophique.

 Un  peu long surtout lorsque Faulque se souvient de son amie Olvido, il a tendance à se répéter, il vaut la peine qu'on le suive.    

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Sourifleur 19/07/2009 16:30

De cet auteur, je n'ai lu que "le tableau du maître flamand", que j'ai énormément apprécié pour sa rigueur historique, son esthétisme son intrigue construite comme et à partir d'une partie d'échecs (rassurez-vous, il n'est point besoin de pratiquer ce jeu pour lire ce roman) et sa chute inattendue!

Dominique Poursin 19/07/2009 21:14


Je l'ai lu aussi et deux autres du même auteur "Club Dumas"( mon préféré)  et " La Peau du tambour" ; à propos de ce dernier, il y a déjà ( cela date de dix ans et plus!) un personnage de
femme qui pirate remarquablement les ordinateurs....celui du Vatican en l'occurence!


eeguab 24/05/2008 13:00

Perez Reverte,je l'ai lu deux fois avec pas mal de plaisir:La peau de tambour et Le tableau du maître flamand(pas  sûr du titre)

Dominique Poursin 25/05/2008 14:39


Ou c'est bien le Tableau de maître Flamand. je vous conseille aussi Club Dumas auquel j'ai consacré un article.


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher