Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 16:07

J’ai  eu envie de répondre à ce questionnaire cinéphilique que j’ai trouvé chez Dasola, dont les réponses m’ont beaucoup intéressée. 

Donc j’y ai réfléchi une petite heure et voilà mon autoportrait « cinéma »


Si vous étiez...

1) Un film : La Dolce Vita de Fellini un film parfait où l’on traite de tous les problèmes de l’existence de façon convaincante en utilisant au mieux tous les procédés de la fiction de cinéma, tous les tons (équilibre remarquable entre le tragique et le comique, la narration et le dialogue). Mais il y en a une centaine d’autres tout aussi bons…

2) Un réalisateur : Agnès Varda. ( mais il y a en a une vingtaine d’autres…)

Une histoire d'amour : Meryl Streep et  Clint Eastwood dans La Route de Madison

Un sourire : Meryl Streep, sur cette même route.

Un regard : Victor, dans l’Enfant sauvage de Truffaut.

Un acteur : Michel Piccoli dans Eaux profondes ( Michel Deville) ; dans le Mépris de Godard. 

Robert de Niro dans Taxi Driver.  

 John  Gilguld dans Providence d’Alain Resnais.

Montgoméry Clift dans les Désaxés et Suddnly Last Summer (Mankiewicz)

Mastroianni dans n’importe lequel de ses films.

Peter Lorre dans le Faucon de Malte ;  Monsieur le Maudit

Quelques jeunes : Benoît Magimel, Melvil Poupaud.

Mais aussi Pierre Clémenti ! Dans …

Une actrice : Marie Rivière dans le Rayon vert de Rohmer

Valéria Bruni-Tedeschi dans Les Gens normaux n’on rien d’exceptionnel (Laurence Ferreira- Barbosa)

 Isabelle Huppert dans La Dentellière (Claude Goretta), Eaux profondes (Michel Deville).

Emmanuelle Riva dans Hiroshima mon amour.

 Ingrid Bergman dans Stromboli de Rossellini ; mais aussi dans Les Amants du capricorne, Voyage en Italie… et tous ses films…

Un début : la mer dans «  Conte d’hiver »  de Rohmer.


Une fin : La fin de Stromboli de Rossellini : Ingrid Bergman enceinte sur le flanc du volcan dans cette petite île perdue…


Un générique :

Une scène clé : je n’y crois pas.

Une révélation :

Un gag : Charlot mange sa godasse qu’il a fait cuire

Woody Allen, prisonnier en cavale, s’est fabriqué un flingue avec du savon et le voit fondre sous la pluie ( Take The Money And Run)


Un fou rire : In The Cut de Jane Campion : c’était outrancier, je n’y croyais pas un instant j’ai ri !

Une mort : celle de Dirk Bogarde dans Mort à Venise.

Une rencontre d'acteur : Sandrine Bonnaire et Isabelle Huppert dans la Cérémonie de Chabrol.

Un baiser : Heath Ledger et Jake Gyllenhal dans Le Secret de Brokeback  Mountain.


Une scène d'amour: dans  La Femme d’à côté de Truffaut  toutes les scènes entre Fanny Ardant et Depardieu. Autant d’amour que de haine.


Un plan séquence
 : lorsque dans « Elephant », le jeune tueur découvre le couple de lycéens réfugié dans la chambre froide. Toutes les scènes de ce film sont d’ailleurs admirables.

Dans  Soupçons d’Hichcock, Cary Grant donne à Joan Fontaine un verre de lait qu’elle croit empoisonné.

 Un plan tout court: dans Cléo de cinq à sept (d’Agnès Varda) le visage de Cléo lorsqu’elle se sait condamnée. 


Un choc plastique en couleurs: La Maison des Bories de Jacques Doniol-Valcroze.


Un choc plastique en N&B: La Nuit du chasseur

Un choc tout court: Lorsque l’enfant devient sourd dans There Will Be Blood

Un artiste surestimé : Jane Campion.

Humphrey Bogart. Jean Gabin.

Un traumatisme : Dolls de Kitano Takeshi

Un gâchis :

Une découverte récente : Une vieille cassette vidéo enregistrée en 1990, un téléfilm : «  Incognito » d’Alain bergala.


Une bande son : Parle avec elle (Almodovar)


Un somnifère : A bord du Darjeeling Limited.

Un monstre : La Bête dans la Belle et la Bête (Cocteau)

Un torrent de larmes :  Allemagne, terre blafarde d’Helma Sanders ( pleuré tout le temps).

Un frisson : Shining de Stanley Kubrick


Un artiste sous-estimé : Jacques Doniol-Valcroze.  André Delvaux.

Un rêve : voir un  film, c’est comme se souvenir d’un rêve, en beaucoup mieux.

Un fantasme : La persécution, le crime : dans la Nuit du chasseur, dans tous les films de Fritz Lang.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Du tag au tag Cinéma
commenter cet article

commentaires

Edisdead 29/07/2008 11:54

Je rejoins Dasola dans sa défense de Jane Campion, jusque dans Holy Smoke et In the cut, films bancals mais passionnants.En revanche, parmi les nombreux autres choix que je pourrai partager, je retiens Cléo de 5 à 7, l'un de mes films préférés, la séquence cité de There will be blood, effectivement impressionnante et la rencontre Bonnaire/Huppert.

Dominique Poursin 29/07/2008 17:45


Je ne sais pourquoi je n'arrive pas à prendre Jane Campion au sérieux.
J'adore Agnès Varda surtout Sans toit ni loi et Cléo.


dasola 24/07/2008 15:04

Bonjour Dominique, ce questionnaire fait florès. Je le vois partout. Vos réponses me conviennent bien, sauf In the Cut et Jane Campion (parce que j'adooooore la Leçon de Piano et Portrait of a Lady). En revanche, je reconnais que Holy Smoke de la même JC n'est pas un chef d'oeuvre. Pour moi, le film entier There will be blood est un choc. Comme m'a dit vierasouto, ce questionnaire est révélateur de la personnalité de celle ou celui qui répond. Elle trouve presque indiscret. Bonne journée.

Dominique Poursin 25/07/2008 15:22


Je ne suis pas sûre, Dasola, que ce soit indiscret... j'aurais pu donner d'autres réponses, toutes aussi sincères, en citant d'autres films que ceux qui me sont venus à l'esprit. Mais sans doute
les acteurs choisis auraient été à peu près les mêmes.


rose 18/07/2008 23:56

oui, l'accident de forage de There will be blood, l'enfant sauvé sur fond de musique oppressante, c'était très impressionnant... et André Delvaux : j'avais adoré "Belle" et "L'oeuvre au noir"

Dominique Poursin 23/07/2008 11:19


) Lorsque le gamin devient sourd il se fait un silence total absolu pendant des longues minutes ( ou peut-être seulement quelques secondes...)! c'est cela qui m'a impressionné. Un films silencieux(
sans bande-son), je voudrais bien en voir un.

Je n'ai encore vu( revu..) de Delvaux que Rendez-vous à Braye" et j'ai eu de la peine à obtenir ce DVD qui n'était pas distribué en France.
Il y a comme " bonus" un très beau documentaire sur un peintre flamand.


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher