Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 16:40

Le Masque, 2008.

Le commandant Lanester est devenu aveugle, après avoir vu une scène éprouvante : le tueur a énucléé sa victime et dessiné un œil à ses côtés. L'œil de Caïn a décidé Lanester qui appelle le tueur de ce nom.

Un ophtalmologiste émérite ne lui trouve aucune lésion. Lanester serait donc atteint d'une forme d'hystérie « de conversion » ? Il se trouve une praticienne et commence une psychothérapie tout en poursuivant son enquête. Il revit son passé, une enfance difficile, voire tragique et tâtonne à la recherche du tueur.

Le roman s'inscrit dans la tradition du policier purement psychologique, mais sans étude de mœurs, en quoi il diffère de beaucoup d'entre eux.

Je me pose les questions qui font de ce genre de polar une réussite ou non

Est-ce que l'on a peur ? Non. Les scènes décrites sont horribles, mais on n'y croit pas tout à fait. C'est d'ailleurs assez curieux, dans le livre de Vargas (Un lieu incertain)qu j'ai lu récemment,  la manière de décrire des scènes de crime insoutenables, les rendent  dérisoires ! Est-ce la multiplication des détails macabres qui a cet effet? Ou la façon dont les spectateurs de ces scènes y réagissent? On sent que pour l'auteur la descripton de ces scènes est un passage obligé auquel il ne croit pas vraiment. 

 Ya-t-il énigme ? Cogite-t-on pour trouver l'assassin ? Non, encore.  Nous savons très bien qui c'est depuis le début. La fausse piste ne tient pas. Idem chez Vargas, d'ailleurs...

La psychologie des personnages ? Elle frise la caricature...On peut admettre que le commissaire "perde la vue" à cause d'un traumatisme mais pas d'une manière aussi radicale. Il aurait pu avoir des moments de trou noir, d'éblouissement ou de "flou" et ç'eut été plus vraisemblable. De plus je ne le trouve pas assez paniqué pour quelqu'un qui se retrouve dans cet état. 

Les autres personnages sont à peine dessinés à l'exception du chauffeur de taxi Kacek auquel on s'attache. Lanester a un frère, Xavier, dont il parle beaucoup, et je m'attendais à ce que l'on fasse sa connaissance.

La cohérence et la structure  sont correctes.Le style est "passe-partout".



Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lecture policiers
commenter cet article

commentaires

KADER 02/09/2011 11:09



UN DELICE.....



Dominique Poursin 06/09/2011 21:11



Non, ce roman n'était pas du tout un délice, de mon point de vue.



Posuto 17/08/2008 22:34

Ben zut ! Moi j'ai vachement aimé ! J'ai trouvé ça original le point de départ et bien torché. Classique peut-être dans le style mais amenant des moments psychologiques que j'ai vraiment aimé et que je ne crois pas avoir lu ailleurs. Comme quoi on est tous différent(es) devant un même livre !Kiki :-)

Yohan 15/08/2008 14:14

Je n'ai pas du tout la meme impresison que toi. J'ai trouvé ce roman très bien ficelé, avec c'est vrai une trame proche de certains Vargas, mais un personnage principal qui m' a paru plus sympathique.Sur l'aveuglement de Lanester, je ne sais pas si cela est possible, mais j'ai trouvé que c'était un formidable idée de scénario.

Dominique Poursin 27/01/2010 15:42


"bien ficelé" pour un roman, je trouve cela péjoratif même si c'est l'usage d'employer ce terme.


keisha 14/08/2008 20:38

Finalement les bons vieux polars "classiques" étaient moins décevants ! Je vois que rien ne peut sauver celui ci du désastre . Qui distribue ce prix ?

Dominique Poursin 14/08/2008 21:39


C'est le prix du polar décerné à Cognac je crois. Et ça ne vaut pas un bon petit Cognac justement...


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher