Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 23:10

  Titre français : Sur la plage de Chesil



Vintage, 2008, 166 pages.

Ce roman est le septième Mc Ewan que je lis.


Un jeune couple, d'un peu plus de vingt ans, dans une auberge du Dorset, proche de la mer, s'attaque pesamment à sa lune de miel.


 Nous sommes en 1962, Edward Mayhew vient d'épouser Florence Ponting. Ils se sont rencontrés deux ans plus tôt au cours d'un meeting contre le nucléaire.


Florence est issue d'un couple atypique, son père est un homme d'affaire, sa mère prof de philosophie. Elle est violoniste et s'occupe activement de mener à la gloire le quatuor à cordes qu'elle a formé.

Edward vient d'un milieu plus modeste son père est instituteur, sa mère, handicapée mentale suite à un accident, a rendu chaotique l'existence des siens. Le jeune homme, fraîchement  licencié d'histoire,  rêve encore d'écrire des monographies de personnages marginaux et héroïques, bien qu'il ait dû, pour avoir Florence,  accepter un emploi de représentant multicarte dans l'entreprise de son père. Pour avoir Florence, il a fait des concessions,   mais va-t- il la posséder charnellement ?


Florence aime Edward, mais n'est pas le moins du monde attirée par la sexualité.

Aujourd'hui on dira que c'est impossible d'aimer sans désir sexuel.

Pour avoir du désir, elle devrait avoir l'impression de faire quelque chose d'interdit.  A mon avis c'est la sensation de faire queque chose d'interdit ( au sens large du mot) qui prédispose  au désir et non je ne sais quelle nécessité bio-physique...( je ne dirais pas que l'auteur est de cet avis mais il le rend évident sans le savoir).

Or Florence  vient de promettre au prêtre d'appartenir corps et âme à Edward.  c'est son devoir, c'est ce qu'elle se répète...

A chaque attouchement, elle réagit par des symptômes hystériques qu'elle tente de dissimuler,   quelquefois en encourageant ses manœuvres. Elle est prête à faire semblant et a lu un manuel de bonne conduite sexuelle,  qu'elle se remémore.


Edward est lui aussi encore vierge, et même, assez innocemment, il s'est abstenu de toute pratique masturbatoire récente, en vue du grand soir.( He felt trapped between the pressure of his excitement and the burden of his ignorance. Beyond the films,t he dirty jokes, and the wild anicdotes, most of what he knew about women was derived from Florence itself). Lui a ressenti, dès qu'il l'a connue, que Florence résistait,  sans se le dire.


Elle n'en sait rien. Ils n'ont jamais parlé de sexualité...


L'auteur a voulu me semble t'il montrer un couple emblématique du début des années 60, en même temps qu'il dote chacun des protagonistes de traits particuliers, pour mélanger la comédie de mœurs au roman psychologique. C'est assez réussi.

Le récit de la nuit de noces ratée alterne avec les souvenirs obsédants des deux jeunes gens de situations pénibles qui viennent ajouter à leur confusion. Lorsqu' Edward voulut venger un ami juif, victime d'antisémitisme actif et  que ce dernier s'estima humilié, davantage par l'action de son ami, que par le mal infligé par son ennemi...


  Le ton est  vif, ironique, sans pour autant nous empêcher de participer aux épreuves des deux jeunes gens. Les dialogues s'entremêlent de notations détaillées et concrètes des mouvements et sensations des jeunes gens assaisonnés des propos ironiques du narrateur.


Un roman  d'une intelligence aiguë.

D'autres avis sur " Chesil' : Jules 

Amanda Meyre

Sylvie



Toutefois le meilleur Mc Ewan, le plus abouti  est " Expiation".

Ensuite viennent Délire d'amour, Un Bonheur de rencontre, L'Enfant volé, et le Jardin en ciment , tous intéressants et qui valent celui-ci.


Partager cet article

Repost0

commentaires

dasola 25/10/2008 11:11

Rebonjour Dominique, j'avais oublié. J'ai réparé cet oubli. Je viens à l'instant de mettre votre billet en lien sur le mien. Bon week-end.

Dominique Poursin 25/10/2008 11:32


Je ne vous ai pas mis un commentaire pour  rappeler de mettre un lien, mais juste pour donner mon avis.
Je ne savais pas qu'il fallait mettre un lien à tous les amis blogueurs lorsqu'ils ont chroniqué le même livre. Je  mets des liens un peu au hasard...
Je vais m'efforcer de mettre les liens corrects pour tous les articles des deux derniers mois au moins.


dasola 21/10/2008 08:28

Bonjour Domininque, vous m'avez devancée sur ce livre. Je l'ai terminé, il y a 2 semaines mais je viens seulement d'écrire un petit billet dessus (que je publierai ces prochains jours). J'ai été moins prolixe sur le sujet qui m'a laissée perplexe. Pourquoi le choisir? C'est en relisant votre billet que je me dis que j'avais beaucoup oubié l'histoire. Bien que court, je ne l'ai pas lu vite. Je n'ai pas vraiment accroché alors qu'Expiation et Délire d'Amour et Samedi m'avait emballée. Bonne journée.

Dominique Poursin 21/10/2008 10:14


Une chose est sûre, Dasola : c'est que "Expiation " surtout, et " Délire d'amour" dans une moindre mesure sont salués comme les romans les plus aboutis de leur auteur. Pour les autres livres, les
avis sont plus subjectifs, liés à des préférences personnelles.


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher