Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 23:19


Titre original The Chimney Sweeper 's Boy, 1998.

Livre de poche, 2001. 478 pages.


Après la mort de Gerald Candless, romancier célèbre sa femme Ursula se sent soulagée. Geradl lui menait la vie dure. Il ne l'avait épousée que pour avoir des enfants et la  calomniait auprès d'eux. Avec ses deux filles, Sarah et Hope, il formait un trio inséparable dans lequel la mère n'avait pas sa place. Dépossédée de ses enfants, Ursula peut-elle les regagner ?


Sarah la plus âgée des deux filles est pressentie pour écrire la biographie de son père. Elle se rend dans sa famille  qu'il ne fréquentait pas, et découvre que le vrai Gerald Candless  ne saurait être son père. Déconcertée, elle mène une enquête pour savoir la vérité, embauche un étudiant, descendant des Candless, pour faire des recherches. Ils lisent les romans de «  Gerald » supposés autobiographiques. Pourquoi avait-il fait imprimer sur ses couvertures de livres une phalène noire ?


Dans l'ensemble c'est un bon roman la plupart des personnages sont intéressants, le père les deux filles, et  même les second rôles tels que Jason l'étudiant et sa grand-mère Thague,qui participent à l'enquête, ou encore  David l'ami avec lequel Sarah entretient une curieuse relation amoureuse. On s'intéresse aux intrigues secondaires bien intégrées à la principale. l'arrière-plan social est  réaliste.


Le roman relance l'intérêt grâce à de bonnes trouvailles, comme ce « jeu de mains » qui fut choisi pour le titre français, ce jeu que Gerald pratiquait avec ses filles, jeu apparemment incompréhensible, rite de passage, à signification symbolique. Si un étranger  comprend  de quoi il retourne il est intégré au trio ; or, le lecteur ne saisit pas avant longtemps...



Un certain délayage nuit pourtant au roman. L'histoire d'amour d'Ursula est un peu trop convenue et gagnerait à être coupée de moitié. Les quarante pages finales qui achèvent de nous livrer la clef de l'énigme sont interminables d'autant que nous avions compris déjà ce qui était en jeu. Condensées en dix, ces quarante pages auraient pu être intéressantes.

Les meilleurs roman de Rendell décidément sont ceux qui ne dépassent pas les 350 pages en français.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
J'ai lu un autre Rendell et je n'avais pas été convaincu. J'en ai un autre dans ma PAL et il attend, il attend ...
Répondre

Rendell est un de mes auteurs de prédilection, même si je préfère ses romans courts ( au-delà de 400 pages en français, elle en fait trop...). Mais j'ai lu au moins 5 ou 6 romans d'elle qui m'ont
vraiment plu. Cas un peu exceptionnel, d'ordinaire je n'aime jamais plus de 5 oeuvres du même auteur, y compris dans le genre "noir" ou "thriller".


Y
Je ne l'ai pas lu celui-là, mais il n'a pas l'air indispensable. Mes préférés : Un enfant pour un autre et L'été de Trapellune
Répondre

Oui, ils sont très bons ces deux-là. Je les ai chroniqués. Sil'on aime
 Rendell on prendra aussi du plaisir à celui-là malgré de petits défauts.


K
Ah, pas lu celui là ! As tu lu Meurtre par ascendant ? Mêmes qualités, histoire originale. Mais on a vite compris de quoi il s'agit et cela parait long. Dommage.En revanche, avec L'été de trapelune, Ruth Rendell m'a bien eue, je n'ai rien deviné.
Répondre

Chez elle, ce n'est pas tellement l'énigme à deviner, c'est la qualité des observations socio-psychologiques. Ceci dit, dans Jeux de mains on ne comprends pas très précisément de quoi il
s'agit.
Je parlais seulement de développements un peu longs, et sans interêt au niveau du style ni du contenu.


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher