Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 00:59

Le collège Françoise Dolto dans le 20eme arrondissement de Paris. Il est classé en ZEP.

Le quotidien d'une classe de quatrième pendant une année scolaire, en cours de français.

Un huis-clos ; on ne sort pas de l'enceinte de l'établissement, même l'année scolaire achevée. Outre les cours de français et leurs joutes verbales, on assiste au conseil de classe, au conseil de discipline, aux récréations, à l'ennui en salle des profs, et on fait même une incursion  au réfectoire où le prof se fait réprimander d'avoir allumé une cigarette.

Pendant le film, il se fera reprendre un grand nombre de fois.

Un film donc assez austère, qui témoigne de la difficulté du métier de prof et de la  situation  d'élèves venant  d'un milieu social défavorisé.

D'ailleurs lorsque cette année s'achève, on est surpris ! les diverses péripéties du cours de français  ne progressaient pas vers une fin...

L'ambiance de la salle de classe, est comme on s'y attend, houleuse. Les élèves parlent souvent comme s'il n'y avait aucun adulte avec eux, alors même que le professeur est là...


Ce professeur (François Bégaudeau) est assez différent du personnage de son roman. Il a été accusé de mépris et de froideur envers les élèves ; Laurent Cantet (et lui) se sont montrés désireux de rectifier le tir : Le professeur du film n'est pas narrateur, (pas de voix off),  il est un personnage au même titre qu'Esmeralda, Souleymane et Khumba, les élèves vedettes dont le rôle et la personnalité sont mis en valeur.

Ces élèves étaient-ils cités dans le livre ? Sans doute, mais je n'en garde aucun souvenir...

Dans le film ils sont très présents physiquement et verbalement.

Le prof n'est pas autoritaire avec les élèves, cherche à les valoriser en leur faisant faire leur autoportrait d'après l'image qu'Anne Frank donne d'elle-même à son amie Kitty dans son célèbre  « Journal ».

Cette amie est d'ailleurs imaginaire. Anne Frank l'a créée pour pouvoir s'adresser à quelqu'un. Anne Frank est aussi «  entre les murs » et sa situation est même plus dangereuse que celle des élèves du collège Françoise Dolto. Etant donné ces possibles identifications  à la jeune fille de leur âge, chacun finit par se trouver une vie à raconter et ressusciter une image  intéressante de soi. Un élève réalise le travail avec de bonnes  photos de son téléphone portable.



D'autre part le prof n'est pas critique envers ses collègues, même si on ne le sent pas trop intégré à l'équipe éducative. Cette équipe semble affectée et dépassée par le dur travail d'éducation même si une jeune professeure cherche à faire diversion en offrant le champagne, en s'inquiétant de la qualité de vie en salle des professeurs.


Pour ce qui est de la classe, la situation de conflit entre les élèves et  le prof est l'aspect du livre qui est le plus conservé;  d'abord ce conflit est réel dans les classes, ensuite il permet  l'action et la dynamique du film. Ce combat est verbal mais tourne parfois à  l'empoignade physique. Pour autant le prof Bégaudeau, relooké sympathique pour l'écran, se montre inquiet voire culpabilisé  pour ses élèves.

Ceux-ci sont  offensifs parce qu'ils ont un vécu difficile, il en est conscient.

J'avoue n'avoir aimé que modérément ce film très bien fait  pourtant.


Tous les acteurs  sont bons ( même Bégaudeau) et l'on souhaite les revoir dans d'autres films.

D'autres avis :

Rose

Dasola

Edisdead



Partager cet article
Repost0

commentaires

dasola 15/11/2008 11:30

Bonjour Dominique. D'abord merci de m'avoir mise en lien sur ce billet. Vous dites que vous avez aimé modérément ce film et pourtant vous le décrivez très bien et votre billet est plutôt favorable. Je n'ai pas compris ce que vous n'aimez pas trop dans le film. En ce qui me concerne, je n'ai pas encore lu le livre. Il faut que je le fasse (Paraît-il qu'il est moins bon). Bonne journée.

Dominique Poursin 15/11/2008 22:08


Je suis favorable à de tels films cela va sans dire mais j'éprouve une certaine lassitude.
Dans le livre, le professeur est différent : c'est un enseignant nouveau dans le métier, déçu par ce qu'il trouve, et visiblement pas décidé à rester. Mais les résultats qu'il obtient sont plus ou
moins les mêmes...!


rose 10/11/2008 17:30

Les 3 élèves que tu cites apparaissent dans le livre, mais Cantet a condensé l'action dans une seule classe donc ils prennent de l'importance ; j'ai vu ce film avec intérêt mais (peut-être parce que ma lecture était trop fraîche), je n'en garde pas le souvenir d'un très grand film.

Dominique Poursin 10/11/2008 21:47


Ma lecture date de deux ans presque trois et je ne me rappelle pas des détails. Mais j'y avais trouvé des échos à ce que j'ai moi-même vécu dans le passé. Je saisis dans le film que le personnage
du professeur est ( relativement) différent et que les élèves ont plus de présence.

Il n'a pas l'air d'un grand film, certes, parce qu'il refuse tout effet de récit bien huilé, pas de héros,  et aussi parce qu'à la fin,  il n'y a pas d'amélioration notoire par rapport au
début. Quelques points positifs pour certains élèves, négatifs pour d'autres, rien de plus. Mais ce qui fait que ce n'est pas "un grand film" curieusement, ce sont ses meilleures qualités!!
Un film courageux  en tous cas.


Edisdead 10/11/2008 13:35

Ce film "austère" comme vous dites, j'aurai presque aimé pour ma part qu'il le soit encore plus en passant moins de temps en salle des profs, là où un décalage se ressent avec la classe, du point de vue de la langue et du rythme des échanges. Je sais bien que c'est voulu, mais ici, on sent plus la pesanteur du "discours". C'est le seul bémol que j'apporte au film, très intense et remarquablement interprété (et vous avez raison de le préciser, il ne tend pas vers une fin toute faîte).Sinon, cela fait plaisir de lire une critique "modérée" de ce genre après avoir entendu un tas de bêtises venant de ceux qui n'aiment pas le film (surtout des enseignants, d'ailleurs, se plaignant que "dans les classes, cela ne se passe pas comme cela...", en oubliant juste un détail : le droit à la fiction et à la subjectivité).Merci pour le lien.

Dominique Poursin 10/11/2008 21:38


Je trouve que c'est très réaliste au contraire, et que ça se passe souvent comme cela!
C'est un film qui ne ment pas.
Personnellement ça ne m'apprend rien. mais vu de l'extérieur, pour ceux qui n'ont jamais enseigné ou qui n'ont pas eu ce type de classe, ce doit être riche... d'enseignement.


leunamme 10/11/2008 10:18

Contrairement à vous, j'ai beaucoup aimer ce film. Même s'il s'agit d'un huis-clos, la salle de classe, Cantet reussit le tour de force de nous montrer que celle-ci n'est jamais coupée du monde extérieur. La politique, les difficultés sociales rentrent évidemment dans cette classe. C'est donc ici beaucoup plus que les relations entre un professeur et ses élèves qui sont filmés : c'est la vie.En outre, je trouve qu'il change en profondeur le regard que l'on peut avoir de ces jeunes un peu difficiles. Certes, ils sont chahuteurs, un peu bêtes, mais cantet n'hésite pas à montrer leurs bons cotés, à nous les décrire de façon beaucoup plus complexe que l'image que peut nous en donner le 20 h de TF1 par exemple.Bref, pour moi il s'agit d'un magnifique film politique et surtout d'une très belle palme d'or.

Dominique Poursin 10/11/2008 12:01


C'est la vie! Oui  vous avez raison... et la vie elle est pas marrante, c'est le moins qu'on puisse dire!
  C'est un film politique, aucun doute là-dessus.
 Vu de l'extérieur, ça présente de l'intérêt de voir quelle est l'ambiance d'une classe d'élèves de ZEP, ce qui s'y dit, comment on tente de régler certains problèmes.  


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher