Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 00:07

Vers huit heures, à moitié étourdi, le front brûlant, devant un bol de thé voisinant avec un toast et une coupelle de gelée qu'on venait de lui servir sur une tablette, la lumière blessant les yeux, il eut conscience de  ses deux voisins, un homme âgé, sans doute grabataire, et un blond robuste. Il voulait appeler le standard, et sa main tremblait, non il était préférable de prendre un peu de nourriture. Chacun entreprit de se sustenter, le vieux repoussa le tout très vite, s'allongea en émettant une toux discrète, où qui se voulait telle mais qui tourna à vif. Maintenant, Guillaume sentait qu'il avait eu raison de se forcer à boire et à manger. Du reste, il ne se forçait jamais beaucoup pour la nourriture.

Le vieux ne cessait de crachouiller : Seigneur, où l'avait-on mis ?

Il lui semblait que son voisin l'observait ironiquement. Ils échangèrent quelques mots. L'autre était soigné pour la tuberculose. Quelle folie de l'avoir installé là. La colère le prit même si le blond déclarait n'être en aucune façon contagieux. Il se gaussait tellement que Guillaume mourait d'envie de le taper. Il ne pourrait pas frapper efficacement un type avec une charpente aussi solide, quelque soit son mal. Lui-même avait une ossature ridiculement mince, fluette. Il jeta un coup d'œil critique à son poignet. « Poignet d'allumette ».  Si l'enfant lui ressemblait en quelque façon, c'était de cette manière-là : l'ossature.


La pensée de Nelly et Melchior l'une plongée dans un bain, l'autre s'emparant de la chouette en osier et tirant sur sa grosse pupille entrait en conflit avec Andrew et Song s'introduisant subrepticement, l'ayant surveillé, et ayant profité de son départ pour prendre possession de la maison qu'ils attendaient, décidés à chasser les intrus. Il se figurait leurs visages inquiets mais résolus, et la réaction explosive de Nelly, une mêlée confuse, elle se jetait sur l'autre fille, et Stillborn disparaissait dans un nuage de poussière, les sols et meubles en étaient tous saupoudrés, Guillaume oubliait souvent de passer l'aspirateur ...Ou Nelly partait dignement en claquant la porte, l'enfant dans les bras. Pourquoi se battrait-elle contre une rivale déjà fuie. Dehors, elle tombait dans les bras de Mathieu qui l'avait prise en filature depuis son départ.

 Il se rendit compte à quel point il était contrarié d'habiter cette maison, là, sur le qui-vive, ne sachant pourtant pas partir.


 Lorsque l'on décrocha il n'entendit rien, déclina son identité avec un peu  de gêne.     La voix qu'il entendit alors le fit sursauter : Bien posée, elle avait une tonalité enfantine et excellente, un timbre chaud agréable. Guillaume se dépêcha alors de dire à Melchior qu'il était en train de déjeuner, de détailler les faits sans aucun rapport avec la maladie ou l'hôpital, de lui poser des questions fort concrètes, en tournant ses phrases d'une façon bizarre : n'étant pas sûr que l'enfant savait exactement qui il était au téléphone, ce qu'il avait retenu de la veille, il répétait son nom, craignant que le petit ne se mette à lui donner du monsieur, répugnant pourtant à lui dire tu te souviens de moi, encore davantage à lui rappeler quelque petit fait de la veille, même d'avant son malaise

Quand à demander Nelly, il ne pouvait se servir d' aucun vocable tous paraissant inadéquats : le » ta mère », donnait l'impression d'une créature malveillante, le « ta maman », sonnait franchement bête à ses oreilles , et le « Nelly » il hésitait à le prononcer parce que Nelly était cette femme qu'il avait intimement connue et qu'il connaîtrait encore avec un peu de chance, et en l'appelant Nelly  il aurait l'impression  de le mettre dans la confidence, même si Nelly et Noli n'étaient pas les mêmes.. Arrivant avec trois ans de retard, il ne savait même pas la nommer en s'adressant à Melchior... comment les autres s'y prenaient-ils ?

Elle prit le combiné et s'enquit de lui.

« Noli,

-Oui, je suis là, répéta-t-elle deux fois parce que Guillaume paraissait devenu sourd.

Il prononça une série de phrases bien articulées et un peu essoufflées, d'où il ressortait que est-ce que Mic... Melchior se sentait bien, est-ce que je lui ai fait peur, a-t-il pu dormir, attention qu'il n'ouvre pas la chouette en osier, elle est pleine de billes, est-ce qu'il peut encore croire que ce sont des bonbons et surtout : ne partez pas.

« Nous avons eu  peur, tous les trois, non ? dit-elle avec une vivacité maladroite. Tu as été contrarié ? Comment te sens-tu ?

-Non. Oui. J'étais très content de vous voir.

-Oui. Tu nous as si bien accueillis. Tu l'aimes un peu ? Mais cela  a provoqué une réaction violente... un conflit ?

-Est-ce que tu va m'en dire un peu plus au sujet de Mathieu ?

-Je suis venue lui demander conseil sur...la meilleure façon de te parler au sujet de Melchior...C'était en février.

Elle expliqua que c'était un service...

« Vous vous êtes rendu un service sexuel ?

- Oui, et alors ? il a disparu trois mois plus tard, considérant sans doute que c'était absurde et sans avenir, encore qu'il n'ait pas donné ses raisons. J'ignore ce qu'il est devenu. On pourrait cesser de parler de lui.

-Tu crois que c'est facile ?

-Pas du tout.

-Je ne veux pas que tu partes encore...

Je viens d'arriver, voyons. Nous occupons la chambre à deux lits.

-Ah ! C'est... bien. Mais je ne vais pas toujours rester à l'hôpital.

-Que veux-tu  dire ?  Bien sûr que non ! T'as vu le docteur ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher