Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 17:41

Complainte d’un malandrin visionnaire 

 

 

se chante sur l'air de Mandrin ( mais ce n'est pas de lui qu'il est ici question)

 

 

Nous étions vingt à trente  

Vagants  dans une bande 

Tous  revestus  de bure  

Comme des clercs 

Vous m’entendez ? 

Tous  revêtus de bure 

Comme des clercs obscurs. 

 

La première  piperie 

Que je fis dans ma vie 

Fut d’avoir taquiné 

 

La bourse du 

Vous m’entendez ? 

 Fut d’avoir taquiné 

La bourse du clergé.

 

Dans l’Collège de Navarre,  

Y s’trouve un coffre-fort 

Où tout ces vieux avares

 

Serrent leurs louis d’or 

Vous m’entendez ?  

Où tous ces monsignor 

 Cèlent de l’or en barre.

 

J’entrai dedans une piaule 

Et j’y trouvai dix drôles 

Veillant sur un curé  

Lorsqu’il ronflait 

Vous l’entendez ?   

Veillant sur son blé 

En hasardant leurs dés. 

 

J’leur dis mes p’tits apôtres  

Finis les patenôtres 

Sortons bien vite d’ici 

Avec le trésor  

Vous m’entendez ? 

Sortons bien vite d’ici 

J’vous promets l’paradis


Mais l’ratichon s’éveille 

Et voult me queruler 

 

A la rate j’l’ai navré 

Avec  mon style

Vous m’entendez ? 

A la teste j’l’ai tolu  

Avec mon style agu.

 

Ces messieurs d’Meung su Loire 

Avec leur gran sçavoir 

Et leurs mines de châtrés 

M’eurent bientôt 

Vous m’entendez 

Et leurs mines de châtrés

M’eurent bientôt condamné.


Et Charles là-bas à Blois

Qui rythme pas mieux que moi 

Charles n’a rien tenté

 

J’avais frappé fort 

Vous l'entendez ? 

Charles ne prise pas fort 

Ma ballade des occis morts.


Du haut de ma potence 

Je n’veux plus voir la France 

Mais je vois l’Italie 

Dans un siècle 

Vous m’entendez ?

Mais je vois l’Italie 

Dans un siècle et demi.

 

Je vois un jeune satyre 

Le front ceint de lauriers 

Et un charmant luthier 

Qui pince deux cordes 

Vous le voyez ? 

 Et un charmant luthier 

Devant une pêche pelée.


Jn’le connaitrois point 

Mais j’lui envoie de loin 

Un cimeterre, un fanal 

Et un pinceau  

Vous m’entendez ? 

Un cimeterre, un fanal 

Pour sa plus belle toile.

 

Et quand la corde arrive 

Les yeux je vais fermer 

Et contempler David 

Plaisant bourreau 

Vous m’entendez ? 

Et contempler David 

Toute l’éternité.


Compagnons de débauche 

J’ai passé l’arme à gauche 

Mais j’grouille toujours de vers  

Et sous la terre, 

Vous m’entendez ? 

Je grouille toujours de vers

Je m’suis recomposé.


 Devinette : de qui parle-t-on dans cette parodie de "Mandrin"? Qui est le personnage principal? Qui est Charles? Qui est le jeune homme à la pêche pelée ? Et David " le bourreau"?

 

 

 



Partager cet article
Repost0

commentaires

dasola 19/10/2009 22:41


Bonsoir Dominique, le personnage princpal est François Villon et Charles, c'est Charles d'Orléans. Pour les autres, je ne sais pas. Bonne soirée.


Dominique Poursin 20/10/2009 10:09


Bravo!

L'autre c'est le Caravage.

Bonne journée!


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher