Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 23:44

 ( The Rain Before It Falls, 2007)

Gallimard, 2009, 249 pages.

 

Rosamond vient de mourir, laissant sa nièce Gill être son exécuteur testamentaire. La vieille dame vivait retirée dans une maison du Shropshire qui lui était chère. La mort ne semble pas du tout naturelle. En outre Rosamond a laissé plusieurs cassettes enregistrées, qui doivent être écoutées si possible par Imogen, une petite cousine à elle.

Imogen à qui elle semble beaucoup tenir.


Pas simple ! Gill n'a vu Imogen qu'une seule fois, à l'anniversaire des cinquante ans de naissance de Rosamond. C'était une jolie petite fille de huit ans, aveugle, qui lui avait fait une forte impression. Et donné l'occasion de chercher à décrire ce qu'elle voyait.

Gill et ses deux filles, dont l'une est musicienne,  vont tenter de retrouver Imogen, mais en attendant, elles écoutent le récit enregistré de Rosamond, dont, faute de mieux, elles sont les dépositaires.

Rosamond a raconté sa vie à la jeune aveugle, pour que celle-ci apprenne d'où elle est issue. Car Imogen est une enfant adoptée.

Et c'est tout d'abord  la figure de Gracie que l'on voit surgir des mémoires de la vieille dame esseulée, à travers la première des vingt photographies qu'elle a choisi de décrire et commenter pour Imogen. La meilleure amie de Rosamond enfant, dont elle fut séparée par la guerre. Rosamond n'a pu lui dire adieu : son doigt était coincé dans le petit trou d'une barrière en bois... à la photo suivante, apparaît  Beatrix ...

Le récit a été conçu pour une aveugle. C'est donc en aveugle que le lecteur va le recevoir. Un choix judicieux car un lecteur ne voit jamais qu'en imagination ce que le narrateur veut lui dire ; d'où l'importance accordée à la description, à l'aspect visuel et musical de toutes choses.


Le récit de Rosamond est la vie d'une femme subjuguée très jeune par sa cousine, forte personnalité déséquilibrée, à laquelle elle se lie pour toujours, pour le meilleur et pour le pire, et lorsqu'elle n'a plus rien à en attendre, elle se tourne vers sa descendance : Beatrix. Dépourvue de disposition pour la maternité, cette dernière ne semble avoir un enfant que pour le donner à Rosamond et le lui reprendre, et sa propre fille agira de même. Tandis que Rosamond se trouve des compagnes de vie qui ne la satisfont jamais, Beatrix épouse des hommes qu'elle s'empresse de quitter. Les deux femmes sont liées mais Beatrix vit cette relation sur un mode haineux et destructeur.


Le titre «  la pluie avant qu'elle tombe » fait penser à ce sentiment de bonheur intense et terrifié dont on pressent qu'il va être suivi d' une catastrophe parce que c'est trop beau et que ça se paie... ou plus prosaïquement le changement de l'atmosphère lorsque la pluie menace, l'orage en particulier. On peut attendre d'un Anglais qu'il en  ait fait à de nombreuses reprises l'expérience...

Un récit mélancolique axé sur le destin que l'on doit endurer, plus que sur la critique sociale à quoi Jonathan Coe s'attachait surtout jusqu'ici. On retrouve cependant des références cinématographiques chères à l'auteur. Jennifer Jones dans "Duel au soleil" à laquelle ressemble l'héroïne principale du roman, Beatrix, portrait de femme au tempérament violent. Il est question d'un autre film " la Renarde" que je ne connais pas.


Il n'y a que des héroïnes femmes dans ce roman écrit par un homme ! Les   hommes y sont  réduits à très peu de choses. Aucun ne trouve grâce aux yeux de Rosamond, la narratrice...


Pourquoi Rosamond ? J'ai d'abord pensé à Rosebud, et puis je me suis rappelée de cette préface que Coe, en 1995,  consacra à « Poussière » de Rosamond Lehmann, préface que l'on peut lire dans la réédition de ce roman chez Phébus( année 2007).


Coe y reconnait Lehmann ( 1901-90) comme un de ses auteurs préférés «  un roman qui continue de m'ensorceler », la défend avec brio contre ceux qui  la jugent passéiste, admire «  les superbes portraits de personnages masculins » de son roman, qu'il aime particulièrement « la plupart des hommes y reconnaîtront des aspects d'eux-mêmes, et l'embarras les fera rougir ». Sans doute a-t-il voulu lui rendre hommage, et nous livrer de superbes portraits de personnages féminins,  ainsi que des descriptions merveilleuses de la campagne anglaise comme savent si bien le faire nombre de romancières de ce pays, ce qui explique que ce roman soit si différent de ceux qu'il écrit d'ordinaire, plus traditionnel dans sa construction, plus ciblé sur les émotions.

C'est une étape intéressante dans le parcours de Coe, mais il serait  malvenu de comparer cette œuvre singulière à ses autres romans.


L'avis de Dasola.

Partager cet article
Repost0

commentaires

I
Eh bien, pour quelqu'un qui ne trouvait plus l'inspiration il y a quelques jours, tu t'en sors bien :-) Tu me donnes même envie de lire du Rosamond Lehmann, moi qui pensais que c'était du quasi-harlequin.
Répondre

Elle passe pour un auteur assez versé dans le sentimental, en effet. Mais " Poussière" au moins, vaut mieux que cela.


L
Je n'ai jamais lu Coe, mais je suis très intriguée par ce livre, puisque je connais un peu Rosamond Lehman, et que je compte lire "Poussière" bientôt. 
Répondre

Poussière est unr oman que j'ai lu très tôt, avant même d'être en âge de le bien comprendre. Ce sont ces souvenirs que j'ai notés dans le billet que j'ai mis en lien. Je compte le relire bientôt...


D
Bonjour Dominique, vous parlez très bien de ce roman. Avec quelques explications sur la génèse du roman. Personnellement, c'est un des romans de l'année 2009. Bonne après-midi.
Répondre

Quand on lit la préface de "Poussière" ( édité chez Phébus) on ne peut plus douter que Coe ait voulu rendre hommage à cette romancière. Un bel hommage à mon avis!


D
C'est un auteur curieux pour moi, j'ai beaucoup aimé les deux premiers romans et maintenant je cale un peu sans savoir bien pourquoi.Poussière est un roman dans ma PAL depuis longtemps, ce billet va me pousser à l'ouvrir ..
Répondre

Son meilleur roman reste sûrement " Testament à l'anglaise". Mais je n'ai pas lu la Maison du sommeil, ni les Nains de la mort.
C'est un auteur que je suis mais il me manque plusieurs romans pour faire une sorte de bilan de son oeuvre...
Quant à Poussière, c'est nettement meiux qu'un simple roman sentimental! ça vaut le coup de le relire.


K
J'ai dévoré ce livre récemment (billet écrit mais à paraître) donc j'ai pu grâce à ton billet me remémorer cette lecture. Tu apportes un bon éclairage à certains détails.C'est vrai que cette oeuvre est différente des autres (j'ai lu 4 de ses romans je crois) mais j'ai apprécié l'originalité de la présentation et même si c'est parfois un peu poussé je me suis bien laissée aller au charme de ce livre, que l'on ne lâche pas avant la fin.
Répondre

C'est vrai qu'il possède un certain charme! Il y eu des critiques assez sévères ( ou au contraire trop louangeuses). 


M
Je note cette référence ! J'en ai vu des commentaires élogieux dans d'autres blogs, ce roman a l'air magnifique.
Répondre

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher