Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 23:00

Cette nouvelle célèbre que l'on peut trouver aussi dans l'intégrale des « Nouvelles » publiées chez Stock, raconte l'histoire d'un faux écrivain, gigolo et homosexuel raté.

 


L'infortuné Raoul Duquette, 26 ans. Il s'adresse au lecteur avec beaucoup d'auto-suffisance, mâtinée d'ironie et de dérision. Le garçon se moque de lui-même tout en se prenant au sérieux, et l'ambiguïté du ton est telle qu'on ne sait jamais jusqu'à quel point.


«  Réellement, je ne crois pas à l'âme humaine, je n'y ai jamais cru. J'ai la conviction quel les gens sont comme des valises ;remplies de choses diverses, elles sont expédiées, jusqu'à ce qu'enfin, l'Ultime Porteur les jette dans l'Ultime Train, et qu'elles roulent au loin dans un bruit de ferraille... »


Le narrateur se tient dans un petit café pas cher, à Paris dont il décrit la clientèle, et les allées et venues du serveur avec autant de brio que ses états d'âme et ses sentences farfelues.


«  Croyez-vous que chaque endroit ait son heure du jour, pendant laquelle il prend vie? Ce n'est pas là tout à fait ce que je veux dire; c'est plutôt ceci : il semble qu'en réalité il y ait un moment où vous sentez que vous arrivez par hasard sur la scène, à la minute exacte où vous y étiez attendu : tout est préparé, en suspens... »


Sur un coin de table, il écrit de petites phrases qu'il sait être assez mauvaises, parce qu'un jour il a repéré un dessous de main sur lequel était écrit « je ne parle pas français », phrase qui, comme la madeleine de Proust, fait déferler des réminiscences.


Ce détail a fait remonter en lui des souvenirs d'enfance sous la forme d'une blanchisseuse noire qui le caressait régulièrement, en échange d'une pâtisserie. La première «  qui ne parlait pas français ».

la deuxième ce fut une jeune anglaise «  Mouse » de laquelle il s'est vengé de l'humiliation que lui faisait subir son ami Dick, qui le trait comme un « fox-terrier » .

Il précise son ambiguïté sexuelle avec un autoportrait «  petit mince peau olivâtre, yeux noirs aux longs cils... petites dents cariées... on m'a dit «  vous avez des mains à faire des pâtisseries fines... je suis assez charmant, grassouillet, presque comme une fille.. »


Avant de nous conter par le menu, son histoire avec les deux Anglais, il commence son autobiographie et se met en scène dans un petit appartement à un cinquième étage, censé devenir écrivain sans y croire plus qu'à présent. Il fait des dettes, tâche de se produire dans des endroits à la mode, réussit à publier des textes aux noms évocateurs «  Fausse monnaie » ; «  Erreurs de porte »...


C'est un texte assez loufoque, Raoul s'y met en scène tantôt comme écrivain, nous gratifiant d'histoires qu'il invente ( parfois il demande au lecteur si le texte lui plaît), tantôt comme narrateur de sa propre vie, mélangeant fiction et réalité ainsi que le présent et le passé, et les différentes époques du passé, les pensées et les actions, le tout forme un monologue savamment décousu, tantôt cocasse tantôt triste, vif, et elliptique , en tout cas très original.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures romans, nouvelles
commenter cet article

commentaires

A_girl_from_earth 17/08/2009 00:38

Je n'ai jamais rien lu de cet auteur que je ne connais pas très bien d'ailleurs. Ta présentation de cette nouvelle me donne bien envie de la découvrir, je pense que cette nouvelle en particulier me plairait.

Mango 07/08/2009 21:23

Je ne suis pas une grande lectrice de nouvelles, sauf cet été, mais je crois que c'est le blog qui veut ça! Alors oui pour Katherine Mansfield que je connais encore mal! 

Lilly 07/08/2009 19:24

Je n'ai lu que deux nouvelles de K. Mansfield, et c'était absolument fabuleux. Virginia Woolf était jalouse de son talent, ça en dit long !

Dominique Poursin 09/08/2009 17:22


Oui, mais Virginia Woolf réussit bien les textes longs. Pour les nouvelles, Katherine Mansfield est gagnante.


cathulu 06/08/2009 10:06

ohoh un Mansfield que je ne connais pas, vite noté !

Dominique Poursin 07/08/2009 11:58


Cette nouvelle fait partie du recueil " Félicité" ( Bliss est le titre original).
A vrai dire il n'y a pas tellement de bonheur dans ce très bon recueil.


Dominique 06/08/2009 08:44

Un retour aux classiques cela fait du bien Katherine Mansfield je connais très mal pour une raison simple c'est que je n'aime pas les nouvelles j'ai une impression de trop peuJ'en ai lu quelques unes mais pas ce recueil

Dominique Poursin 07/08/2009 12:01


J'aime beaucoup les nouvelles... quand elles sont bonnes, ce qui n'est pas si courant!
Parfois,  on dit  beaucoup en peu de mots et  presque rien avec des milliers de pages...


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher