Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 23:34

GF-Flammarion ( Etonnants classiques), 1996.119 pages.


Cette nouvelle fut publiée en 1829, c'est l'un des premiers textes qu'il signa de son vrai nom.

Dans le catalogue de la Comédie Humaine, elle prend place dans la série «  Scènes de la vie privée »( Le Père Goriot est l'œuvre la plus célèbre de cet ensemble).


   Cette maison vieille de trois siècles, se tient au coeur de Paris, et possède entre autres bizarreries, une peinture naïve sur la façade «  représentant un chat qui pelotait... l'animal tenait dans une de ses pattes de devant une raquette aussi grande que lui, et se dressait sur ses pattes de derrière pour mirer une énorme balle que lui renvoyait en gentilhomme en habit brodé... la queue mouchetée du chat était découpée de telle façon, qu'on pouvait la prendre pour un spectateur, tant la queue des chats de nos ancêtres étaient grosse, haute et fournie ».

 


l'observateur, Théodore, est un jeune artiste  peintre de talent, et trouve l'enseigne idiote, et la maison curieuse, grotesque, digne d'intérêt, pleine de symboles à déchiffrer. Une aubaine pour un peintre!

Toutefois à force de contempler cette bicoque" qu'il examine avec un enthousiasme d'archéologue",  il va apercevoir la belle Augustine dix-huit ans, fille cadette de Guillaume le drapier,  à la fenêtre du troisième étage.

" Aucune expression de contrainte n'altérait ni l'ingénuité de ce visage, ni le calme de ses yeux immortalisés par avance dans la sublimes compositions de Raphaël... il existait un charmant contraste produit par la jeunesse des joues de cette figure, sur laquelle le sommeil avait comme mis en relief une surabondance de vie, et par la vieillesse de cette fenêtre massive aux contour grossiers dont l'appui était noir."


En effet la jeune fille vient juste de se réveiller quant elle va à la fenêtre,  ce qui lui donne l'air frais et dispos.

Mais habituellement, la contrainte, elle y est accoutumée presque autant que les autres...

Losque le narrateur nous décrit la vie austère et besogneuse de la famille Guillaume dont le maître de maison est économe jusqu'à l'avarice, nous saisissons bien qu'Augustine n'est pas épargnée. Surtout pas par sa mère!

le narrateur compare la vie de cette famille à une "cellule de Trappistes" !


Un jour, cependant, la jeune fille, qui ne sort jamais, obtient le droit d'accompagner une cousine au Louvre où elle voit un tableau représentant sa famille en train de travailler dans la boutique, avec elle au milieu, une peinture dont le traitement s'apparente à celle de l'école hollandaise . Mieux que cela, l'auteur du tableau est tout proche, et elle a le coup de foudre.


Après quelques tribulations, Augustine va épouser son peintre, tandis que sa sœur se contentera du premier commis. Mais ce qui ressemble d'abord à un conte de fée, va progressivement se révéler une mésalliance. Augustine a la façon de penser et de voir la vie de ses commerçants de parents qui sont très loin de l'univers artistique...quant au merveilleux tableau qui lui avait porté chance, il sera aussi bien cause de catastrophe...


Augustine, éduquée chichement, sans culture, ne va pas s'habituer à la vie d'artistes ni aux manières de Théodore. Quelques années après, Théodore ayant une maîtresse dans le faubourg St Germain, Augustine va voir cette femme pour lui demander comment regagner l'amour de son mari...


Un histoire très cruelle, où déjà Balzac est terriblement habile à peindre les milieux sociaux et les caractères de son époque.

Mais rien qu'à lire la magnifique description de cette maison qui introduit le texte, vous allez vous régaler. Je suppose que  les singularités de cette maison sont autant de signes de l'histoire à venir...



Partager cet article
Repost0

commentaires

keisha 23/08/2009 11:37

c'est sûr qu'avec les illusions perdues c'est plus copieux, mais finalement Balzac se lit encore bien!

Dominique Poursin 23/08/2009 20:58


J'ai plein de notes sur les Illusions perdues : mais de quoi faire plusieurs articles. Cela risque de lasser. Et mieux vaut découvrir un autre Balzac. La Duchesse de Langeais, car le film "Ne
touchez pas la hache" men a donné envie.


keisha 22/08/2009 14:42

Je l'ai lu (avec plaisir) il y a très très longtemps. J'aime beaucoup Balzac, donc je sais que c'est un bon roman!

Dominique Poursin 23/08/2009 10:17


j' aurais voulu en découvrir un plus volumineux mais le blog serait resté sans chronique pendant longtemps...


rose 12/08/2009 17:30

ça fait très longtemps que je me dis que je vais lire ce petit Balzac pas long du tout, mais là la confrontation au faubourg st germain aiguise ma curiosité...

Dominique Poursin 14/08/2009 11:31


Je pense qu'il y a déjà tout Balzac en condensé dans ce petit opus.


Mango 12/08/2009 13:41

Très drôle, Dominique, ta réponse m'a fait bien rire! Je ne m'y attendais pas!

Dominique Poursin 14/08/2009 11:20


sur Internet aussi, il y a des fenêtres, des fenêtres qui s'ouvrent tant et plus, mais pas de portes.


Lilly 10/08/2009 08:29

J'aime beaucoup le nouvel aspect de ton blog ! Sinon, je n'ai pas lu ce texte, mais il est dans ma bibliothèque avec tous mes Balzac. Je crois qu'il est très court et j'aime tellement cet auteur !

Dominique Poursin 12/08/2009 11:45


C'est une longue nouvelle plutôt qu'un roman. Peut-être pas ce que Balzac a conçu de plus ambitieux mais fort intéressant tout de même!


Mango 10/08/2009 08:21

Je me souviens d'une histoire d'amour commençant ainsi, quand la jeune fille est apparue à sa fenêtre mais je ne crois pas avoir lu cette nouvelle cependant. J'en aurais bien envie si je l'avais sous la main! 

Dominique Poursin 12/08/2009 11:48


Les jeunes filles font davantage d'effet en paraissant  à la fenêtre qu'à la porte!


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher