Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 10:21

      Ce volume est paru en 1888,classé comme seizième de la série « les Rougon-Macquart ». Ce n'est pas l'un des plus cités, mais le titre m'intriguait,

Quel type de récit peut se cacher derrière un titre qui pour moi est peu habituel à l'univers de Zola? Quels milieux sociaux, quelles luttes peuvent être décrites, quel type d'illusion peut être brisé?

 

Angélique, une orpheline de neuf ans, est recueillie un matin de Noël 1860 par les Hubert, près de la cathédrale de Beaumont en Picardie, où elle gisait transie dans la neige. Cette enfant est bien une Rougon, mais, abandonnée par sa mère et adoptée par les Hubert, elle ne portera jamais ce nom.

 

Les Hubert se sont mariés contre l'avis de la mère d'Hubertine, ont perdu l' enfant qu'ils attendaient et supposent que cette femme décédée par-delà la mort, les empêche d'avoir un autre enfant. Ils sont donc décidés à ce qu'Angélique soit heureuse et ne connaisse pas les affres de la passion. Ils l'élèvent en recluse, d'autant plus qu'ils craignent les gènes qu'elle aurait reçus de ses parents indignes. Elle ne sort que pour aller à la messe, et deux fois par an faire un pique nique dans les environs. Les reste du temps elle apprend l'art de la broderie, occupation professionnelle des Hubert. Ils brodent des chasubles, mitres et autres objets destinés au culte, et les responsables de la cathédrale sont leurs clients. Angélique y excelle et devient une véritable artiste. Elle brode d'après des croquis, non seulement des croix et des roses mais des scènes de la vie des saints. Son autre distraction est la lecture de la Légende dorée de Jacques Voragine, qui relate précisément des vies de saints, écrit en ancien français et abondamment illustré. Elle se passionne pour Sainte Agnès qui refusa d'épouser un gouverneur, fut traînée nue dans les chaînes, mais ses cheveux poussèrent en masse pour la vêtir... On voit dans quel univers mystique et miraculeux vit Angélique. Cependant, vers seize ans, elle commence à passer beaucoup de temps à son balcon d'où elle peut voir une rivière un pré d'herbe haute, divers jardins, une partie de la magnifique cathédrale, romane par endroits et gothique sous d'autres aspects, un vitrail représentant saint-Georges vainquant le dragon. Angélique accueille les manifestations de la puberté comme autant d'élans mystiques, et à ce balcon, elle attend éperdument un miracle, l'apparition de quelque créature merveilleuse, qui serait humaine et céleste en même temps.

 

Zola explore donc le domaine du « fantastique médiéval » un des préférés des auteurs du dix neuvième siècle. La cathédrale dépeinte fait signe à Notre-Dame de Paris dont elle est la petite cousine( le chef d'œuvre de Hugo date de 1831).Les personnages qui entourent cette merveille architecturale sont très différents de ceux d'Hugo, mais on y retrouve le même univers de légendes médiévales, de miracles, de béatitude et de férocité et de terreur aussi, car le Diable est partout présent.

De fait, pour bien lire ce roman, il serait souhaitable de reprendre celui de Hugo.

 

J'ai trouvé dans ce roman de très longues minutieuses et remarquables descriptions ( les processions liturgiques, les récits de la Légende dorée, la description de l'art de la broderie...) et relativement peu d'action même si le destin d'Angélique se réalise inexorablement. Le roman peut s'interpréter de diverses manières : Angélique vit-elle dans un rêve ou est-elle le rêve elle-même? Il est dit d'elle à plusieurs reprises «  elle était une apparence qui créée une illusion ».

 

Le thème religieux a sans doute son intérêt mais les scènes que je prèfère sont les plus réalistes : lorsque Angélique lave du linge dans la rivière et qu'un jeune homme vient l'aider à rattraper des chemises qui s'envolent où sont emportées par le courant, voilà une scène champêtre fort plaisante et dieu merci exempte de cette religiosité assez pesante à mon goût.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures romans, nouvelles
commenter cet article

commentaires

Sourifleur 04/11/2009 21:53



Ce livre est superbe et je me souviens des très belles descriptions,oui! Je pense que je vais relire ce livre ; c'est le seul roman de Zola qui m'ait touchée!



Dominique Poursin 05/11/2009 20:59


Le Rêve ne ressemble pas aux autres Zola que j'ai lus. Cette atmosphère quasi-mystique peut surprendre chez lui. Cela montre qu'il a su s'attaquer à des sujets très variés avec succès.


A_girl_from_earth 19/09/2009 14:27

Je ne connaissais pas ce titre de Zola, ça m'intrigue aussi! L'occasion de m'y plonger quand je reviendrai un peu aux classiques.

keisha 19/09/2009 14:01

Je l'ai lu il y a trèèèès longtemps, allez disons 30 ans et j'en garde peu de souvenirs. Une relecture pour voir? Pas le plus caractéristique de Zola il me semble.Cela me fait penser qu'une autre blogueuese relit toute la série, mais qui?

Dominique Poursin 01/10/2009 09:58


c'est Dominique (du blog à Saut et  gambades) qui a proposé de relire toute la série; elle a même fait un excellent article sur la Bête Humaine.


Sibylline 19/09/2009 13:01

J'espère que tu as trouvé de la place dans tes valises pour les bouquins... Bonnes vacances

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher