Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 12:11
In-the-cut.gif
 
Une prof de lettres qui s’emmerde grave.
 
Elle récite tout le temps des fragments de livres, se fait des colliers de citations, en colle sur son frigo sur des post-it : à ne pas oublier.
Cette manie qu’elle a d’ouvrir son frigo à moitié plein pour ne rien y prendre…
Des citations sur les murs de son appartement, des affiches, des slogans… elle cherche à comprendre la vie, la sienne entre autres.
Et le monde dans quoi elle est tombée, avec l’aide du langage et des auteurs. Celui des littérateurs et celui de la rue.
Très bien.
 
Hélas, elle s’emmerde toujours autant, ça ne lui suffit pas…
Dans un bar ( « louche » évidemment) tout près de chez elle, aux toilettes, elle entrevoit un citoyen se faire sucer par une fille aux ongles bleu de cobalt. Ça l’excite terrible ! Pourtant, s’il m’est permis de faire une petite remarque, je dirai qu’il a l’air con et même pâmé, et surtout paumé. Et que son membre n'est même pas tatoué!  Mais les ongles bleus…
 
Retour chez elle. Elle ouvre  son frigo à toute volée pour s’envoyer un peu de fraîcheur  mais pas de nourriture, et masquer les citations sur la porte. Puis, aussi sec ( aussi mouillé…) elle se précipite au plume et en fait craquer violemment les ressorts. Gros plans sur le frotti-frotta, cinq minutes garanties.

Arrive sa sœur, dans un costume doré, arrive sa soeur, qui lui dit ses malheurs : on la poursuit pour harcèlement sexuel, cela fait six mois qu’elle tente de séduire son toubib en vain. La sœur est atteinte de cette maladie qui consiste à se croire aimé(e) des gens crédités d’une autorité supérieure.
Petits flash-back insistants  sur les malheurs de l’enfance des deux infortunées  nanas.  Notre prof, encore très sage, lui conseille de s’en tenir à la branlette.

Mais ni l’une ni l’autre ne vont suivre ces sages avis.

La bonne conseillère recherche le moustachu qui se faisait tailler une pipe au bar ( je vous l’avais pas dit qu’il avait une bacchante ? ),il l’aborde ; elle en bave ; il lui confie être détective et d’une voix haletante, les mirettes écarquillées, parle de son enquête : on a découpé une femme en morceaux on lui a tranché la tête, cette victime ( ai-je besoin de vous le dire) c’est la fille aux ongles bleus Atlantique. Notre prof en délire craque pour l’assassin présumé ( le flic à l’air pâmé-paumé ) .
Tous deux débutent une liaison, ma foi normale, mais qui semble perverse à l’héroïne, et en tous cas singulièrement excitante parce qu’elle suppose y risquer sa vie. Retour aux citations : entre deux coïts, elle égrène du Dante, croyant descendre tous les cercles de l’enfer à la vitesse supérieure. Espère ne pas s’arrêter là. La chance lui sourit : sa frangine se fait découper sous sa douche  et elle contemple le résultat dans la baignoire :« Psychose » à côté  c’est de la petite bière. Des indices de plus en plus convaincants suggèrent à notre héroïne que son moustachu de flic est le killer. Elle ne quitte plus sa baignoire tant que son amant ne lui aura pas fait la peau dans l’eau mousseuse. Las ! Il a pas l’air de piger ce qu’on attend de lui. Ou il se méfie, allez savoir ?
Pour le punir, elle le menotte et lui barbote son flingue, se tire pour retrouver le vrai tueur qui l’attend en bas devant sa bagnole. Ce vrai tueur est l’adjoint du flic,  un grand type vulgaire qui faisait des vannes lourdingues pas du tout dantesques, personne lui a prêté attention jusque là. Et pourtant c’est bien avec lui qu’a lieu le moment suprême : elle se fait entailler la peau et lui loge des balles côté cœur avec le flingue de son moustachu. Le Grandj Jeu!
 Retour au bercail, en nuisette, couverte d’hémoglobine, un peu dépeignée, quelques kilomètres d’autoroute et de centre urbain à pied, nul ne la prend en stop ; tous des salauds !!
Le même pas assassin gît au sol, toujours menotté, dans une mare de sang. Il bouge encore et peut-être qu’il vivra. C’est fou ce qu’on peut faire pour se donner des émotions fortes quand on est prof de lettres à New-York pour des ados à peine sortis du lycée.
 
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Posuto 18/07/2008 18:37

Je veux voir ce film !!!! Il a l'air très drôle !!!Merci de ce bon moment de rigolation !!!Kiki :-)

Dominique Poursin 18/07/2008 19:12


Bonjour Kiki!
ravie de te lire à nouveau!

Je ne sais pas si tu le trouverais drôle ce film. Plein de gens l'on trouvé tragique...
En tous cas, je me suis amusée. Et ça peut se partager!


Vinosse 18/07/2008 15:09

Pfffffffffffffffffff...............

Dominique Poursin 01/08/2008 19:01


Bah!


dasola 17/07/2008 22:21

Bonsoir Dominique, vous avez "taillé un costard" en règle à ce film. Pour ma part, appréciant beaucoup Jane Campion, j'avais vu In the cut. Je ne serai pas aussi sévère. J'avais trouvé que Meg Ryan (habituée aux comédiies plus légères) s'en tirait bien. C'est un film "cru" mais pas déplaisant à regarder (Mark Ruffalo est pas mal de sa personne). PS: je ne l'ai pas revu depuis sa sortie. Bonne soirée.

Dominique Poursin 18/07/2008 18:54


Sans moustache, il serait à mon goût!

Je n'accroche pas  à Jane Campion; je trouve ses films très convenus. Sivous lisiez ce que j'ai écrit sur la Leçon de piano, c'est à peine moins "méchant". Mais je ne le fais pas exprès.
A chaque nouveau film je me dis peut-être est-ce le bon?


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher