Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 00:04


UTILISER CHAQUE VOYELLE POUR COMPLETER CE MOT :

P-P-L-R-


      « Papelour, papenlair, papelure?

Papesse : Jeanne la papesse ! et Papin qui inventa la chaudière où ses sœurs ébouillantèrent leurs maîtresses !  

Papu, ;papulire, papucroire... Pépie ?

Il sortit son paquet et en détacha une cigarette. Des poils roux dépassaient du mince cylindre de papier  qui lui picotèrent la langue. Il hésita à se donner du feu. 

 Pip. Pip. Haendel, Estelle. Pipistrelle, pipeur, pipen laire... Pip et Estelle ne seront pas heureux. 

      -Attention, Jehan, regarde ta montre ! 

     Il en était à « po »...

Po. Popa, popart, bof ! popcorn : avec sa sœur ils avaient fait éclater des grains de maïs dans une casserole, admiré Les excroissances les boursouflures. Elle criait d’une façon un peu déplacée comme si elle voyait ça pour la première fois.... Le champ de maïs. Popeye ! Ce salaud. Le Popeye qui vous assène le monde d’une autre façon. Un assassin de petite taille  qui, avec l’épis de maïs, à défaut d’autre chose, faisait à Temple subir les derniers outrages. 

Le copain de Temple? un imbécile.

Et les autres ? ces drôles de paysans dépravés...  Si j’avais accompagné Temple, moi, je parie que rien ne lui serait arrivé. Il aurait vaincu le monstre!

 Jamais je ne me serais aventuré dans cette  bicoque de dingues pour vendre du whisky ou en acheter… Qu’est-ce que je fais ici ? 

Cesse donc !  Si tu te poses des questions, tu  es perdu !  

Po...pocatepetl ; n’est-ce pas le volcan qui  te cause ?  Lorsque tu grimpes sur son flanc, tu entends un grondement,  il te raconte ta vie et la sienne. Allonge-toi et  colle ton   oreille contre son ventre herbu et caillouteux.

Oui, je sais : ce n’est pas un nom propre que l’on me demande !  Ouf ! Pu, pupitre, pupille, pupil… Pfuitt ! j’arrête.



TROUVER DEUX MOTS QUI SE PRONONCENT PAREILLEMENT MAIS S’ECRIVENT DIFFEREMMENT ET SIGNIFIENT: 

Un élu/ Un parent.


 Deux ? Qui se ? Mais qui ?  Mais quoi ? C’est dingue ! se pro S’écri Pareil ? 

Au bout de quelques minutes de panique, il soupira de soulagement. Des homophones, quoi ! Ne peuvent-ils  pas s’exprimer simplement ? 

Et qui signifient ...?  Pourquoi deux ? Bon, élu et parent sont apparemment synonymes...

 Un élu, un parent. Le pauvre gosse fait de son parent un élu. Il n’a pas le choix !

Plus tard, il fera de son élu un parent. Sinon, aura-t-il le courage d'aller voter  encore pour lui? On ne s’en sort pas. 

Injuste ciel ! Jehan, relis l’énoncé. Qu’est-ce qu’on te demande ? 

Oui, oui ! Parent égale Maître. Le parent est un maître pour l’enfant. Qu’y puis-je ? 

« Ce sera une excellente occasion de reprendre confiance en toi, Jehan, lui avait dit son père. Tu te rendras compte de tes capacités. Objectivement. Rationnellement. Positivement.


« Il est temps de faire un bilan raisonnable de tes possibilités, avait ajouté sa grand-mère afin de  les travailler au mieux. »


La psychologue qui l’avait accueilli tout à l’heure patientait dans le bureau contigu. Il l’imaginait en train de déplacer des dossiers. La pile de dessous sur celle de dessus. Et que j’te  détache une feuille couverte de mots,  et que j’me penche et feigne de lire. Comme si la surveillait une invisible caméra. 

Et bien, pas moi ! 

Rempoche ton paquet, Jehan, cesse de humer ce tabac blond. Lis ton énoncé. Elle ne verra pas les volutes de fumée s’échapper de dessous la porte.

      Peut-être : mais il y a peu de chance qu’elle soit anosmique.

M’en fous ! … Un élu, un parent, un maître...


De précieuses minutes s’enfuirent avant qu’il ne s’avisât de son erreur. Parent et maître ne sont pas synonymes, même si dans sa famille les parents sont tous enseignants. Il s’agit seulement de consanguinité. 

Consangouin, consagouin. Ascendant ?Affilié ?


   Perplexe, il s’occupa de l’Elu : choisi, préféré. Chouchou. Président, sans doute ? Recteur, dirlo, gouverneur, Auguste, César, Alexandre, Pape, Tout-puissant, Roi-soleil, fürher, Dame de fer, Dame de Pique, damned !  Timonier, capitaine, pilote, Tintin… ne t’égare pas !

Reine-mère Petit père des peuples,  Big Brother, tonton Mackhout ? Ah, voilà des parents !


     Si tu ne trouve pas, passe à la suivante !


 

QUEL EST L’INTRUS ? 

H M X N A.


 A est ici la seule voyelle. H ,la seule de ces lettres qui s’écrit et ne se prononce pas. Subrepticement, elle se glisse entre deux lettres parfois pour les empêcher de s’accoupler : Tohu n’est pas tou? bohu n’est pas bou, bahut n’est pas baut. Cahin  et Caïn ma foi, tant pis !

Reste que H est une lettre intéressante…

Oui, et alors ? Qu’est-ce qu’on te demande ? 

M et N sont inséparables comme oiseaux dans cage. 

Un poisson se fit éjecter d’un aquarium, un  poisson rouge d’une belle couleur vieil or..  Etendu  au milieu d’une flaque sur le sol de ma chambre, privé d’eau, Max agonisait. Son jumeau Moritz gisait, ventre en l’air à la surface du bocal, entouré de ces petits grains pour eux comestibles et qui resteraient inemployés. La  frangine  avait jeté mon poisson parce que le sien était mort. Je suis devenu ce poisson…

 

Vraiment cela me touche ! Mais regarde ta montre ! 

 M et N sont liés par des sentiments opposés et rares. Qui mérite que tu l’aime mérite pareillement ta haine. N’honore pas n’importe qui de tes précieuses ressources. M et N sont frères. 

A, l’ouverture absolue et M, la fermeture  le sont aussi. 

X est la seule lettre qui possède deux sons. KS. KSS ! KSS ! Une sorte de baiser-serpent.


Pour résumer, j’ai trois lettres singulières et deux couples. Ça ne fait pas un seul intrus.

Changeons de stratégie : en retournant la cohorte  A devient une étrangère, M se change en W, les autres ne sont pas affectées. Et alors ?

A l’épreuve du miroir, N est la seule de ces lettres qui ne se reconnaît pas.


 

QUE VAUT LA MOITIE DU TRIPLE DE MAISON ?


    Maison compte six lettres, multiplions-les par trois, dix-huit, divisons par deux, neuf.

Il ne put chasser de son esprit la querelle familiale  périodique. :   Son père prétendait  avoir remboursé trois fois mémé  du prêt qu’elle leur  avait octroyé  pour l’achat de  leur maison. Et la vieille s’étranglait de colère : «  Vous êtes fou ! Je ne suis pas une usurière ! »

    C’est beaucoup trop simple, se dit-il. Eus égard aux questions précédentes en tout cas. Ah! je crois que le génie habite ma lampe: et me dit remplace chaque lettre par son rang dans l’alphabet. M=13 ; a=1 ; i= 9  etc… additionne-les et effectue les mêmes opérations que précédemment. Ça vous a tout de même une  autre touche. 

Horreur ! le triple est égal à deux cent treize ! Divisé par deux, il ne donnera qu’un foutu nombre décimal ! Je ne sortirais pas entier de là. 

Autrefois, je m’en tirais en arithmétique ! Surtout les problèmes de train. 

Je veux bien te croire ! L’Orient-Express, le 4h40 à Paddington, t’as deviné facilement. N’empêche que ta grand-mère te disait : assez, Jehan avec ta littérature de gare ! Sois plus ambitieux ! 

Je me suis scrupuleusement employé à lui obéïr. A présent, je me lance dans la littérature d’aéroport.  La « Mort dans les nuages » me tend les bras. 

Jehan ! Encore une fois ! Cesse de caresser cette cigarette. Oh ! Retire-la de tes lèvres, n’allume pas le briquet. Vois cette fumée opaque ! Qui ne s’en apercevrait ?

 

LAVE EST A VOLCAN CE QUE EAU EST A ?

Glace- montagne –vallée –cheminée -source.

 

Je sais qu’ils attendent source mais c’est inexact. Volcan est solide, lave est liquide. Source est toujours déjà liquide. L’eau ne coule pas de source.


DEUX MOTS QUI S’ECRIVENT DIFFEREMMENT ET.. ouais, toujours des homophones, ET SIGNIFIENT: 

Courage /entaille.


Cette-fois-ci, il ne se lassera pas égarer !Courage ! Cœur, couilles, sang-froid, sang-chaud, estomac,  bavoure, audace, rébellion, révolte, risque, vaillance, valeur, honneur, intrépidité, témérité, ténacité. Hardiesse. 

Pas de doute : question lexique, il assumait à présent. Un gros Robert tout entier généreusement s’offrait à lui.

  Entaille : coupure, blessure, morsure ; bistourure, scalpelisation, cicatroce. Marque. Incision, ex-, circon- 

Toujours rien... Raie, fente.

Encoche, estafilade. Trou ? Vide ?


Il ne rencontrait pas l’ombre d’un homophone.


Je ne te plains pas de t’être vilainement brûlé la main gauche à force de vouloir cacher l’objet du délit dans ta manche, qui d’ailleurs se troue lentement. Maintenant, ça sent le roussi. Eteins !


DANS CETTE SUITE DE LETTRES, OTEZ UN CHIFFRE , IL EN RESTE UN AUTRE.


D T R O E U I Z Z Z E E. S


ce sont des chiffres ce ne sont pas des lettres? Dois-je remplacer chaque lettre par son rang dans l’alphab…. Ça s’est révélé infructueux naguère. 

Avec le O on peut faire 0 ; avec le I on peut faire 1. Dois-je donner une réponse ? 

Ce sont des tests de provocation se dit Jehan. Comparables à ceux qu’on lui faisait parfois subir  à  l’hôpital pour détecter les produits auxquels il serait allergique. Pour lui les résultats s’avéraient toujours négatifs. Zéro ! Il résistait bien à la provocation.


Le zéro, tu te doutes un peu à qui il sera attribué, Jehan ?


 

Il  rendit son épreuve de tests à la psychologue, auréolé d’une odeur de brûlé et de tabac froid. Il avait presque tout raté dans les chiffres et les lettres, rien compris aux suites de chiffres, ni aux dominos. Restaient les figures géométriques et les oiseaux, plus amusants qui l’ont sauvé du zéro.


« Eh bien, dit la dame, ce n’est pas vraiment une catastrophe, mais…il faudra beaucoup vous entraîner. Ces tests sont démocratiques, comprenez-vous ? Ils sont conçus pour que même les individus dépourvus de culture et handicapés par un milieu social défavorisé puissent y répondre, grâce aux apprentissages techniques qui, eux, leur sont accessibles car ils les acquièrent à l’école. Ces opérations qu’on vous soumet sollicitent les centres logiques, l’intuition, l’inventivité, les capacités d’initiative, la souplesse de l’esprit. Voilà des aptitudes qui vous font presque entièrement défaut.. Pourquoi ? Parce que votre famille vous a renseigné sur trop de domaines sans vous laisser procéder à des investigations personnelles. Parce que vous avez méprisé la technique et vous êtes contenté d’un petit vernis culturel… A quoi vous sert de connaître le mot «  homophone », si vous ne savez pas les repérer ? ».

 


Elle commenta l’obstacle infranchissable rencontré par Jehan à la première question : Croyait-il n’être pas populaire en classe ? Le regrettait-il ? Visiblement il n’aimait pas ce mot ! Et s’il craignait le peuple ?


  Jehan répondit que la popularité se paie,  même dans un groupe comme la classe. Si vous êtes unanimement  apprécié, on vous demande beaucoup de services, on vous saoule de bavardages, on vous prend votre temps. On : toujours « on. »  Vous ne pouvez pas choisir vos fréquentations. Au  plaisir initial de se croire indispensable, craint, aimé, succède très vite l’asphyxie causée par  l’asservissement. A un haut niveau, ce devait être pire à son avis.


Quant au peuple, c’était  un magma douteux que l’on invoque à des fins d’intoxication communautaire.  Ne parlait-on pas de classes sociales à présent pour y voir plus clair ?


La dame le diagnostiqua égocentrique, un  défaut qui n’empêchait pas de réussir ses tests, encore moins sa vie. Il devait s’entraîner … à ces petits exercices, que sont les tests. Les plus paresseux se rendent vite compte  de leur charge ludique et y prennent goût. Les capacités s’augmentent, l’esprit s’assouplit, l’intelligence  s’affine. 

  Jehan s’interrogea en aparté : était-il vraiment paresseux ? Il lisait beaucoup, dessinait encore plus, s’exerçait à la guitare, au gymnase, nageait, plongeait, irriguait… Si ça le travaillait, il n’était pas non plus en repos… 

Mais j’oubliais, fit-elle plus doucement, que vous êtes né prématurément. Elle soupira. Je verrais vos parents. 

« Avez-vous compris un peu ce que je viens de vous dire ? » s’enquit-elle soudain avec cette fois un zeste de compassion.


Cœur, hardiesse, bravoure, rébellion ? Jehan n’en fit pas preuve. Politesse, non plus. Il se retira sans un bruit, refermant la porte derrière lui à grand fracas, la gorge contractée. Avant d’aborder l’escalier, il alluma une cigarette.
Bien sûr, se dit-il, certains clament haut et fort leur répugnance à l’égard de ces repérages de capacités intellectuelles. Nombreux sont ceux qui tonnent contre.
Mais ces mêmes personnes, voulant justifier la valeur d’Untel, mise en doute, ou inversement souligner leur admiration pour Untelautre, se servent du même argument s’il est avéré. Ils vous lancent :
« Il a un quotient intellectuel de cent cinquante ( au pire…). D’où son problème. D’où sa réussite. »Tout le monde y croit.


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique Poursin - dans Ecriture de nouvelles
commenter cet article

commentaires

Anis 27/04/2011 00:08



J'ai bien aimé ce personnage et je crois que certains individus qu'on essaie de faire entrer dans des cases sont méconnus, ignorés et parfois sacrifiés dans notre société extrêmement normative.
Par contre, je n'avais pas compris au début qu'il faisait une série de tests. J'aime bien l'irrévérence du ton, de belles trouvailles stylistiques, une accointance et un amour des mots.



Dominique Poursin 27/04/2011 11:28



C'est du vécu! J'ai feuilleté par hasard un livre de tests d'intelligence, et j'ai essayé de les faire.


Mes réactions furent les mêmes que dans le texte, à peu de chose près. Sauf que je ne fumais plus, et que j'étais beaucoup plus âgée que le personnage...



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher