Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 16:47
Cette chanson que j'ai découverte en 1991 date de 1963 au plus. Elle figure dans le premier CD des Bootlegs série 1.

Mort d’un vagabond

Au tournant de la rue tout en bas du mur
Un homme est étendu dans une embrasure
Le visage retourné sur le sol froid et dur
Plusieurs nuits l’ont raidi dans la même posture
Rien qu’un vagabond, mort sur un seuil
Personne n’est là pour porter le deuil
Et nul ne peut le ramener chez lui
Et nul ne peut conter ce que fut sa vie.


Deux trois vieux journaux pour couvrir sa tête
Une marche fut son oreiller la rue sa couchette
Le visage sillonné de la route qu’il a faite
Son salaire dans sa main encore pleine de piécettes
C’était un vagabond, encore un de mort
On parle de paresse de malchance et du sort
Personne pour conter ce que fut sa vie
Soit on le plaint soit on le calomnie.


C’est quoi pour un homme de voir sa vie sombrer
D’en bas dans un trou, voir le monde entier
D’attendre l’avenir comme une bête qui va crever
De choir dans le caniveau de mourir ignoré?

C’était un vagabond encore un de mort
On accuse le vin la lâcheté le destin
Personne pour le connaître comme l’un des siens
On éprouve je ne sais quel vague remords.

(From the Bootlegs série 1)
____________________________________________________________________________

Texte anglais

As I was out walking on a corner one day,
I spied an old hobo, in a doorway he lay.
His face was all grounded in the cold sidewalk floor
And I guess he'd been there for the whole night or more.

Only a hobo, but one more is gone
Leavin' nobody to sing his sad song
Leavin' nobody to carry him home
Only a hobo, but one more is gone

A blanket of newspaper covered his head,
As the curb was his pillow, the street was his bed.
One look at his face showed the hard road he'd come
And a fistful of coins showed the money he bummed.

Only a hobo, but one more is gone
Leavin' nobody to sing his sad song
Leavin' nobody to carry him home
Only a hobo, but one more is gone

Does it take much of a man to see his whole life go down,
To look up on the world from a hole in the ground,
To wait for your future like a horse that's gone lame,
To lie in the gutter and die with no name?

Only a hobo, but one more is gone
Leavin' nobody to sing his sad song
Leavin' nobody to carry him home
Only a hobo, but one more is gone.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guy ALLARD 29/09/2006 19:40

Très émouvant, ce constat de l'indifférence de notre société.Bravo Dominique, c'est touchant ce beau poème.

domiwind 29/09/2006 23:20

Merci de vos encouragements. C'est une chanson en réalité.

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher