Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 12:59
Une-tr--s-vieille-petite-fille.jpg
 
 j’ai poursuivi ma lecture d’ « Une très vieille petite fille » un roman de Michel Arrivé depuis longtemps à la fac de Nanterre où il enseigne la linguistique ; moi, pas encore partie !
Ce n’est pas un livre dont on parle ni dont on parlera : c’est à l’inverse le type même du livre qui sera oublié dans un petit coin ; il me ressemble, voilà aussi une raison d’en parler. 
 
 
 Geneviève, quatre-vingt onze ans, depuis longtemps veuve, voyant peu sa descendance, jouissant d’une bonne santé, a un idéal devenir  immortelle. Elle suit les cours de Madame Bertrand ( 85 ans) qui dirige le cours d’ »Astrologie et de graphologie transcendantale » : elle paie très cher ses cours du mardi. et  une partie de sa retraite d’institutrice  est engloutie par  Madame Bertrand pour des consultations de soixante euros en particulier pour ses conseils de longévité.    Mme Bertrand fait payer cher ses conseils.  Elle lui demande même de petits services comme de lui réserver une chambre d’hôtel. Aux frais de la pauvre Geneviève ça ne fait rien se dit Geneviève : j’ai reçu une lettre me disant que j’avais gagné un gros lot… Geneviève est comme toutes ces vieilles dames crédules ; elle reçoit de la pub par la poste. Vous avez gagné trois cent mille euros et elle y croit. Mais voilà ! Elle s’y croit et fait de nouveaux frais .Car elle adore se faire des cadeaux.
Puis voilà que Madame Bertrand lui dit «  Geneviève, vous savez si vous voulez vivre longtemps encore il ne faut plus écrire ! »
Encore une fois, Geneviève   se laisse berner . Mais elle écrit depuis toujours ( son père lui disait d’écrire une page de son journal chaque jour. Geneviève a toujours observé cette consigne et ne peut s’en passer ! Alors ?
Alors lui dit Mme Betterave le seul moyen c’est de désécrire : la mort dans l’âme Geneviève s’y prête : elle commence à désécrire ce à quoi elle tient le moins dans ses anciens cahiers. Supplice ! Mais elle tient bon.
Il y a là comme un souvenir de la Peau de Chagrin de Balzac : chaque fois que Raphaël manifestait un désir la peau qui représentait son espérance de vie rétrécissait. Cette peau qui était un parchemin où l’on aurait pu écrire.  Là c’est comme si l’espérance de vie éternelle de Geneviève,   était matérialisée et menacée en même temps  sous la forme de cette aigrefine de Mme Bertrand et s’amoindrissait chaque fois qu’elle note : écrire correspondrait donc à manifester un désir et à prendre du plaisir ( même problème que Raphaël…).
Cette vieille dame me ressemble en ce qu’elle se laisse berner : se croyant importante pour Madame Bertrand qui lui laisse croire qu’elle occupe une place importante dans le cours de «  graphologie et astrologie transcendantale » qu’elle y figure comme sujet irremplaçable. Mme Bertrand se sert d’elle à ne rien lui laisser, la fait souffrir. Mme Bertrand gagne de l’argent et du prestige à raconter des histoires de bonnes femmes à un tas de vieilles dames qui craignent de voir la mort approcher.
 Au fil du récit nous suivons les efforts de Geneviève pour désécrire, supprimer ses anciens registres, qui contiennent un exposé de son existence :  un sacrilège  sa page tous les jours , elle n’y avait jamais manqué.
elle se débarrasse de vieilles notes et de vieux souvenirs.  Les fait revivre : on s’aperçoit que cette ancienne institutrice, toujours respectueuse des rites religieux et laïques a su profiter de la vie en douce, sans problème de conscience. C’est que Geneviève vise l’efficacité et le plaisir. Elle y parvient par des chemins détournés.  
Mais le jeu consiste aussi à éliminer les vieux écrits : nul ne doit pouvoir les récupérer même dans sa poubelle. Et à écrire le moins possible moins qu’elle ne désécrit : l’opération doit toujours comporter un moins du point de vue de l’écriture.
Geneviève commence à se méfier de Mme Bertrand : cette dernière lui avait affirmé que sa vie était menacée par l’écriture car elle avait le même thème astral que des poètes morts jeunes : Rimbaud, Jules Laforgue et Alfred Jarry ; Mme Bertrand fait une incursion à la bibliothèque et consulte une encyclopédie qui donne les dates de naissantes des écrivains : elle constate que les poètes cités ne sont pas nés le même jour qu’elle ; pire : ils ne sont pas du même signe ! Elle va demander raison à Mme Bertrand de cette anomalie… esquive de la part de cette dame. Vous savez Geneviève, le problème c’est l’astrologie chinoise… Geneviève réfléchit : qu’est ce qui est dangereux dans l’écriture ? Sont-ce les lettres qui la menacent ? Non ; mais les gens dont elle parle. Ce qu’il faut supprimer , ce ne sont pas les lettres mais les gens…les gens dont elle parle dans ses écrits : on a cru que le mot tuait la chose ; Geneviève estime que c’est l’inverse : ses écrits rendent les êtres si présents qu’il en deviennent maléfiques. C’est donc Mme Bertrand, depuis plusieurs années objet de ses écrits puisqu’elle faisit un peu office de passeport pour l’immortalité,  qui la menace et il faut la supprimer. En effet, ce serait une bonne action que de faire disparaître cette vieille harpie profiteuse. Mais Geneviève ne réussit pas dans son entreprise. Voulant empoisonner son ennemie avec des somnifères dans du thé, elle la voit reparaître au prochain cours d’astro, fraîche comme un gardon ! Que s’est-il passé ? C’est le toubib de Geneviève qui est en cause : il lui fait prendre du Dormital depuis des lustres, l’ayant assurée que cet inoffensif petit calmant est un puissant somnifère !
 
On voit là une réflexion sur l’acte d’écrire ; le livre a été jugé naïf … par les naïfs. Geneviève est apparu comme un personnage ingénu qui se laisse rouler. ( à suivre)
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cuné 27/10/2006 16:01

Bonjour Domi,

Si, si, on en parle, de Michel Arrivé. Pas sur des médias hyper influents, mais on fait ce qu'on peut, sur nos blogs, (Chimère et moi), sur amazon.fr, sur Fnac.com.
J'avais adoré "Une très vieille petite fille" et n'y avais pas vu de naïveté, mais au contraire une grande maitrise des sujets.
Si ça vous ressemble, je vais continuer à dépiauter votre blog par petits bouts, pas facile quand même de trouver un fil ! :-D
Ca me fait plaisir de lire votre billet sur Geneviève, je pense encore à elle alors que je l'ai lu en Juin : pas si oublié que ça, ce roman ;o))

domiwind 28/10/2006 21:40

Merci Cunégonde ; j'ai entendu parler d'"Une très vieille petite fille" à l'émission "Du jour au lendemain" sur France culture, il y a trois semaines environ. ça m'a plu tout de suite. Mon blog c'est un vrai désordre. Pas facile même pour moi ! Il n'y a pas de fil conducteur, c'est vrai. Je note vos coordonnées ; je vais voir demain.

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher