Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 12:15
51X23K5AD6L--AA240-.jpgPublié en 1898.
Edition livre de poche ( biblio), 1987.

Au cours d’une soirée de noël relatée par un premier narrateur, l’on se raconte des histoires de fantômes « délicieuses et horribles » .
Douglas, un des invités, prend la parole pour lire le témoignage de son amie, à présent décédée, qui lui a légué le récit de son expérience traumatisante d'institutrice d'enfants étranges.

Le troisième récit, écrit par l’institutrice,   est donc lu par Douglas à voix haute. Et la femme qui s’y exprime parle à la première personne. Henry James a voulu que le récit soit filtré à travers deux relais de paroles. Comme s’il s’agissait d’une part de préparer un suspense pour le lecteur à travers ces présentations, de capter un auditoire, et d'autre part de rendre douteux le récit de la jeune gouvernante. Nous n’oublions jamais que l’auteur n’a pas voulu qu’elle s’adresse à nous directement.


Cette Jane, institutrice sans le sou, ayant un peu d’instruction, se fait recommander auprès d’un riche propriétaire pour  s’occuper de ses neveux orphelins. Avant même d’entrer dans la place, elle s’interroge, à mots couverts, sur la possibilité de se faire épouser, et part là-bas avec cette idée en tête.
L'idée de se faire épouser par son employeur... cette composante de l'histoire, je ne l'avais pas perçue à ma première lecture. Elle est implicite, mais tout à fait réelle.

C’est l’intendante Mme Grose, une femme « qui ne saurait mentir » et en qui la jeune fille a une sorte de confiance, qui lui présente les enfants et la maison.
Flora et Miles sont des « enfants trop parfaits » pourvus d’un charme irrésistible. Ils ont trop d’intelligence, et surtout se font trop de signes d’intelligence . Leur préceptrice se sent exclue... et comblée en même temps d'avoir de bons élèves.  Jane ressent un sentiment d’étrangeté, de crainte manifeste.

Et bientôt elle se demande anxieusement : que peuvent-ils bien se raconter ? Des secrets ?
Ils semblent mener une double vie. Remarquables pour les études, faisant toujours ce qu’on attend d’eux, ils sont également « toujours absents » regrette Jane. Le petit Miles s’est fait renvoyer de son collège, on ignore pourquoi.

Elle se promène seule, au crépuscule, à côté de l’étang, dans la propriété de son maître, rêvant de le rencontrer. Las ! C’est un homme inconnu qu’elle voit…fort séduisant, mais qui la scrute d’une façon non équivoque.
A parler avec Mrs Grose, elle apprend qu’il s’agit d’un domestique peu scrupuleux qui régentait la maison l’an passé... et qui est déjà mort.
Bientôt Jane « voit » également feu miss Jessel, la gouvernante qui l’a précédée, apprend de Mrs Grose que le domestique et miss Jessel « se conduisaient mal » et qu’ils étaient très proches des enfants. Jane imagine que les fantômes des domestiques ont pris possession des enfants et qu’elle doit les exorciser.

De temps à autre elle se demande si elle n’est pas folle, et cherche des preuves. Elle veut faire avouer Miles ; a t’il vu les domestiques fantômes et diaboliques, et que l’obligent-ils à faire ? Sans s’en apercevoir, elle harcèle le gamin et sa sœur, entretient avec eux un dialogue obscur, interprète leurs réponses comme des aveux de lubricité. Commence à voir les spectres la nuit et va les guetter dans tous les lieux du vieux château. Les enfants prennent l’habitude des promenades nocturnes … un jeu bizarre qui suppose que Jane surveille à la fois les enfants et les « apparitions » d’une fenêtre ou dans un corridor, tandis que les enfants, se sachant vus, prennent la pose dans le jardin, se font surprendre dans un couloir ; et la folie qui gagne la pauvre jeune femme les affole peu à peu…

James utilise au maximum le procédé appelé par Freud « inquiétante étrangeté » de ces « choses » qui sont dans la maison (heimlich) et n’en font pas partie ( unheimlich).Chaque fois que l’on pense au Tour d’écrou, si l’on ne s’interroge plus guère sur ce qui s’est vraiment passé, on relit avec plaisir les passages les plus insolites, spécialement les scènes nocturnes et crépusculaires.

Voir aussi l'avis de Cuné


Partager cet article

Repost0

commentaires

Sourifleur 19/07/2009 13:03

Je n'ai pas lu le livre, mais j'ai vu la belle adaptation cinématographique d'Alejandro Amenábar "les autresé" avec Nicole Kidman. J'ai également apprécié l'adaptation lyrique de cette oeuvre par Britten (le tour d'écrou). La musique est sublime!

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher