Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 13:22

ravel.gifRavel prend un bain ; c’est ainsi qu’il entame sa dernière décennie de vie terrestre.

Pourquoi un bain ? Ravel a pour anagramme « laver ». Et d’autres anagrammes assez nombreuses, dont certaines que je n’aimerais pas mentionner. Aucun nom de compositeur français n’en a tant, ai-je l’impression.

Sa baignoire est montée sur des pieds de griffons. Il griffonne encore de très bonnes partitions et ne se fait pas mousser. Longuement il tente de profiter de son bain. Seul.

Il rencontre une femme : Hélène Jourdan-Morhange à la gare Saint-Lazare.

Hélène : l’héroïne de troie, l’éclat du soleil ravélien, un é fermé un è ouvert, le H comme une barre fixe ( vous avez fait votre gym ce matin), Jourdan ( c’est qui ?) dent du jour, Morhange : ce talc si doux et si mortifère, l’ange de la mort qui plane sur Ravel...

Ah les signifiants ! N’en jetez plus… !

Puis d’autres femmes, toutes des cantatrices, avec des noms composés et des toilettes soignées, non sans charme, des admiratrices empressées.

Ce n’est pourtant pas que Ravel puisse se trouver en galante compagnie.

Jamais de la vie.
Pas de rave(l)-party.

Nous n'affirmerons pas non plus que Ravel est sage.

Ni puritain.
Ni… nous ne savons pas.
 

Ravel/travel. Elle (n) le conduit gare Saint-Lazare pour un petit voyage jusqu’au Havre, d’où il va partir pour l’Amérique. Il vivra un an de plus que le France (qui n’en a plus que pour neuf ans) sur lequel il voyage, et qui sera vendu aux japonais.

A qui a-t-on vendu Ravel ?

 

Assez souvent, il va sur le pont du navire, (assez long tRavelling) explore le paquebot : « les rouages plus que les flots lui donnent des idées rythmiques ».

Ravel n’est pas un romantique ; c’est un vrai compositeur. Il fuit les états d’âme, et se passionne pour la technique.

Il lui arrive cependant d’avoir des faiblesses : « ce petit truc en ut mineur »qu’il a torché sans vraiment s’amuser, et qu’on appellera son œuvre la plus célèbre – ce Boléro, puisqu’il faut l’appeler par son nom…

Ravel ravale sa déception.
Mais il ne déteste pas ses appartements.

Il a « un bon sourire sec », mesure "un mètre soixante et un pour quarante-cinq kilos et soixante-seize centimètre de périmètre thoracique."

Je n’ai rien contre. J’ai horreur des poids lourds.

Il avait réussi à s’engager pendant la Grande Guerre en insistant beaucoup.

Ravel est un brave.

Il va fêter ses cinquante-trois ans le sept mars « avec Gershwin qu’il a voulu revoir pour l’écouter jouer«The Man I Love »…il ressemble paraît-il à Faulkner, qui au même moment, « partage sa vie entre deux villes Oxford-Mississipi et la Nouvelle Orléans, deux livres Mosquitos et Sartoris, et deux whiskeys-Jack Daniel’s et Jack Daniel’s ».

Mais ils ne vont pas se rencontrer.

En Amérique, comme ailleurs, Ravel « peut avoir fort à faire même s’il n’en fait rien ».

Il écoute du jazz, boit du bouillon, lit Joseph Conrad et part en tournée. New York, Carnegie Hall, Cambridge…

Il joue mal, s’embrouille un peu : n’est pas Ravel(ing) pour rien. Mais personne ne s’en aperçoit et ça lui est égal. Il ne veut pas donner des leçons de musique à son ami Gershwin.

Ça y est : on a découvert l’Amérique avec Ravel ; c’est dur la vie d’artiste.

Quand il revient en France, c’est bientôt la fin. Cantatrices et bains à nouveau. Il prend des tonnes de médocs et se fait opérer. Dégénérescence musculaire. Ravel râle et vêle. Ravale sa souffrance. Le début et la fin se donnent la main.

Que nous révèle Ravel ?

 

A sa mort il n’a laissé de lui ni image, ni enregistrement de sa voix ou d’un instrument.

Entendons ce message : Ravel est frère des littérateurs qui ne montrent aucune image d’eux (comme Dieu, dont on ne doit pas en principe garder d’image…) et ne laissent que des écrits et pas de voix (tables de la loi). Après lecture, signons-nous. Et ne cherchons pas à comprendre.

 
Never can unravel the mystery.
 

Après cette rave (l)- party, je n’aime plus prendre des bains, je déteste les bateaux et les croisières, je n’aime plus l’Amérique, et surtout pas Gershwin, je hais la date du 7 mars, mais le 9 je me remets lentement.

Je me demande comment j’ai pu écouter du Ravel un jour, et je me sens envahie d’une déprime tenace…

 

Réf .Jean Echenoz, « Ravel »Minuit, janvier 2006.

 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures romans, nouvelles
commenter cet article

commentaires

walpurgis 10/03/2007 18:06

"l'occupation des sols" ? ça doit être un bouquin de géomètre...
Dans "La jalousie" d'Alain Robbe-Grillet, il y a la description d'une plantation pendant cinquante pages. On a dit que c'était le reflet des préoccupations de la classe dominante, en voie de perdre ses colonies. Mais pourquoi n'a-t-on pas dit la même chose des beatles de sergent pepper, alors que sur la pochette ils sont habillés en soldats de l'armée des indes ?

Dominique Poursin 10/03/2007 19:43

L'Occupation des sols, c'est l'un des tout premiers "romans" d'Echenoz, j'ai consulté le site de l'éditeur,  j'en suis sûre. Oui, cela fait penser  à Robbe-Grillée qui était ingénieur agronome avant d'écrire. La Jalousie c'est  lassant, pire que tous les Ravels du monde. Je crois que le jaloux avait davantage peur de perdre "A " sa copine, qu'il surveille d'une plume ferme, que  ses terres. Robbe est un bourgeois, les Beatles pas tellement ; ils sont de Penny Lane. Ils se moquent des soldats de l'armée des Indes joyeusement sans arrière-pensée. Robbe a vraiment peur de prdre ses terres.

jerome 10/03/2007 15:44

alors votre article est vachement bien. Bravo. Mais je vous avouerais que je n'ai jamais rien lu de jean échenoz. J'ai eu peur de tomber dans l'abîme du nouveau roman.

Dominique Poursin 10/03/2007 16:17

Ah je ne dirais pas que le nouveau roman est quelque chose dans quoi l'on s'abîme mais plutôt un mur contre lequel on se cogne. D'Echenoz je n'ai lu que "Un An" et "Ravel" les autres je n'ai pas pu. C'est déprimant, déconcertant, et on a peine à éprouver quelque chose de fort à le lire. C'est un peu comme boire de la tisane d'orties blanches.J'ai vu dans sa bibliographie un ouvrage qui s'intitule "L'Occupation des sols". Eh bien, je dois dire, que, mine de rien, il a "occupé le terrain" à Minuit.A moins qu'il ne s'agisse de notes de musique...

jerome 09/03/2007 19:42

Jean échenoz, je l'ai "rencontré", il y a quelques années ; il avait été invité par michon ; c'est un type timide et réservé, un "taiseux"

Dominique Poursin 10/03/2007 13:51

son oeuvre parle d'elle même.

jerome 09/03/2007 19:40

tout le texte est-il de jean échenoz, ou est-ce de vous ?

Dominique Poursin 10/03/2007 13:52

Les citations sont en italiques. Je ne fais qu'exprimer mon désarroi face à  cette oeuvre.

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher