Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 14:31
-Ma-maisonjen-Ombrie.jpgEmily Delahaye
C’est le pseudonyme qu’elle  préfère ; de nom elle n’en pas
 Vieille dame oisive, raconte sa vie à la première personne.

Les Trice, des aubergistes londonniens , l’achètent, encore bébé, à des acrobates de cirque

M. Trice la viole tant et plus jusqu’à ce qu’elle s’enfuie à seize ans.

 Longue vie en ménage avec Ernie Chubbs qui l’emmène dans l’Idaho croupir dans un vague hôtel.

Plusieurs avortements aseptisés au whisky

Déceptions la vie n’y est pas   comme dans les westerns

 Ernie n’a  ni ranch, ni sex-appeal, rien que des affaires louches et  n'épouse pas Ernie.

 Echappée en Afrique avec un aventurier raté nommé Quinty

 Elle vend ses charmes au café Rose avec Rose Crevelli, et commence à écrire des romans sentimentaux

où des héroïnes vivent une existence  à l’exact opposé de la sienne.(...)

 Avec ses ventes, s’installe en Ombrie lac Trasimène Sienne.

Quinty devient son majordome, Rose la cuisinière,

 Elle directrice d’hôtel.
Elle lit avec plaisir les lettres de ses admirateurs (ices)

Le 13 mai 1987, à 56 ans, une bombe explose dans la voiture du train où elle revenait de Rome avec ses nouvelles robes.

Rescapée, comateuse puis cotonneuse, elle installe trois autres survivants de l’explosion dans l’hôtel : le  Général, Otmar l’allemand (qu’elle soupçonne d’avoir mis la bombe), et une petite américaine de huit ans, Aimée.

Déjà portée sur la bouteille, Emily devient sérieusement accroc à la grappa.

 Un M. Riversmith arrive de Pennsylvanie pour recueillir Aimée, sa nièce à présent orpheline.

Emily ne veut pas la perdre, elle qui n’a pas eu d’enfants, et harcèle le nouveau venu pour qu’il la lui laisse,

en même temps elle tente de le séduire, car il ressemble à Joseph Cotten… et ne parvient plus à écrire de romans rose. Ni d’aucune sorte.


Le texte est cousu comme patchwork, avec des débris de monologue qui passent insensiblement d’une phase à l’autre de ces moments de vie, mêlant le vécu ( sans doute enjolivé) d’Emily avec des passages de ses romans.

 La vieille dame se montre pathétique, insupportable, naïve, menteuse, sentimentale, et le lecteur la suit, avec sympathie et un peu d’ennui tout de même malgré le charme de ces petits bouts de vie qui vont et viennent ….

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures romans, nouvelles
commenter cet article

commentaires

Eeguab 24/12/2011 17:58


Je termine ce roman et l'ai apprécié.Ses sautes d'humeur,ses clignements rêve-réalité,ses troubles et ses émois d'âge différents m'ont bien plu.

Dominique Poursin 29/12/2011 10:44



Il y a longtemps que je l'ai lu, et c'est bizarre,à me relire, je ne rapplle pas comment a se termine. En tout cas les personnages et la narration sont excellents.



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher