Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 16:35
Scarbo
in Pièces détachées.
 

Oh, que de fois je l’ai entendu et vu, Scarbo, lorsqu’à minuit la lune brille dans le ciel comme un écu d’argent sur une bannière d’azur semée d’abeilles d’or !

 

Que de fois j’ai entendu bourdonner son rire dans l’ombre de mon alcôve et grincer son ongle sur la soie des courtines de mon lit !

 

Que de fois je l’ai vu descendre du plancher, pirouetter sur un pied et rouler par la chambre comme le fuseau tombé de la quenouille d’une sorcière !

 

Le croyais-je alors évanoui ? Le nain grandissait entre la lune et moi, comme le clocher d’une cathédrale gothique, un grelot d’or à son bonnet pointu !

 

Mais bientôt son corps bleuissait, diaphane comme la cire d’une bougie, son visage blêmissait comme la cire d’un lumignon,- et soudain il s’éteignait.


 

 

La nuit et ses prestiges pièce n° 7
Un Rêve

En exergue « j’ai rêvé tant et plus mais je n’y entends note » Pantagruel livre III

Il était nuit. Ce furent d’abord,- ainsi j’ai vu, ainsi je raconte,- une abbaye aux murailles lézardée par la lune, - une forêt percée de sentiers tortueux, - et le Morimont grouillant de capes et de chapeaux.

Ce furent ensuite,-ainsi j’ai vu, ainsi je raconte,- le glas funèbre d’une cellule, - des cris plaintifs et des rires féroces dont frissonnait chaque feuille le long d’une ramée,- et des prières bourdonnantes des pénitents noirs qui accompagnaient un criminel au supplice.

Ce furent enfin,- ainsi s’acheva le rêve, ainsi je raconte,- un moine qui expirait couché dans la cendre des agonisants, - une jeune fille qui se débattait pendue aux branches d’un chêne.- Et moi que le bourreau liait échevelé sur les rayons de la roue.

Dom Augustin, le prieur défunt, aura, en habit de cordelier, les honneurs de la chapelle ardente, et Marguerite, que son amant a tuée, sera ensevelie dans sa blanche robe d’innocence, entre quatre cierges de cire.


Mais moi, la barre du bourreau s'était, au premier coup, brisée comme un verre, les torches des pénitents noirs s’étaient éteintes sous des torrents de pluies, la foule s’était écoulée avec les ruisseaux débordés et rapides,- et je poursuivais d’autres songes vers le réveil.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher