Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 14:53

Une salle de théâtre presque vide, quel théâtre difficile à dire.  

Et je suis mal placée, très loin de la scène mais je n’ose approcher car si je ne reste pas à cette place, on m’obligera à y retourner. On joue « La Nuit de Valognes », cette pièce où Dom Juan va être obligé de se marier, pour sa pénitence, et également de refuser une relation homosexuelle qu’il souhaitait. Personne ne croirait que ça s’appelle « La Nuit de Valognes », d’ailleurs moi-même je ne sais plus pourquoi. L’auteur s’appelle Eric-Emmanuel Schmitt. Vous le connaissez surtout pour Oscar et la Dame rose, mais autrefois il a écrit deux ou trois bonnes pièces, pas du tout à l’eau de rose…

  Je n’entends pas, je ne vois rien, dommage, j’aime beaucoup cet acteur que je vois sur la scène avec son accent allemand irrésistible. Il est parfait pour ce Dom Juan là. Pourtant je ne suis pas d’accord que Dom Juan soit homosexuel. Voilà une idée qui ne me plaît pas.

 Tout à coup, une des femmes de la pièce donne une forte somme d’argent à Dom Juan, cela est déplacé, ce n’est pas le texte.

 

 Les lumières s’allument, c’est la mi-temps. Je vois une autre spectatrice, il me semble que c’est B, mon ultime ex-amie, elle est assez loin pourvu qu’elle ne me voit pas : elle dira que c’est médiocre cette pièce, que c’est minable cette mise en scène, et je serais obligée d’acquiescer.

  J’arrive à la buvette : long comptoir, absolument vide, devant le mur.  En face de moi l’acteur principal qu’il ne me déplaît pas de rencontrer. Il est français et allemand à la fois. Je le trouve élégant, ambigu, timide (pourtant) méfiant.

Je lui pose des questions..

« Vous êtes d’accord que Dom Juan est homosexuel ? »

Il répond ne pas devoir se le demander avant la fin.

- Vous, est-ce que vous êtes homosexuel ?

- Non ; pas vraiment.

 Tout cela est dit avec un léger sourire, un jeu très retenu. Comme toujours !

- Ambidextre ?

A ce moment, l’homme devient noir et blanc comme dans ces vieux films où je ne l’ai pas vu jouer. Muet aussi car il parle mais je n’entends rien. Cependant je suis sûre d’enregistrer la réponse

- Puis : « Avez-vous au moins eu un rôle dans le Grand Faust ? »  Il s’agit de ce Faust monstrueux que Michael Grüber fit jouer et qui durait deux ou trois jours. Il avait embauché tellement de comédiens…

Je n’entends pas de réponse, ne le vois plus très bien. Je n’ai rien dit pour lui plaire, que des réflexions fâcheuses, et l’image va s’évanouir. Quelle idiote ! Comment l’empêcher ? Puis il me semble que B est derrière moi, elle va lui faire du plat, elle ira jusqu’au bout.

  Tout le décor, pourtant minimal, disparaît, la buvette, l’homme, et je me dirige vers le lieu de la scène : en passant dans un couloir, je vois qu’on tire le rideau de fer, c’est un gardien, il tire le rideau comme dans un magasin le soir. Vite, dit-il glissez-vous là-dessous, vous avez juste la place, sinon vous allez être enfermée, il ne faut pas s’attarder comme cela !

Je vais devoir ramper sous le rideau de fer, à plat ventre.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Anis 07/04/2012 14:36


Une sorte de nouvelle dimension théâtrale. On aurait envie de continuer.

Dominique Poursin 07/04/2012 19:12



Si je continue, ce sera décevant.



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher