Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 15:57

  l'aliéniste00

1896 à New-York. Le psychiatre Kreizler s’intéresse de près à la série de meurtres perpétrés sur des enfants et adolescents ainsi qu’aux mutilations odieuses subies par les victimes. En marge des enquêteurs officiels, se constitue une cellule de recherche pour établir l’identité du tueur , et se donner une chance de découvrir ses motivations pathologiques.

Kreizler est secondé par Phil, journaliste, Sara, secrétaire au bureau de la police judiciaire, Teddie ( 12 ans ) et Cyrus, tous deux anciens délinquants « guéris » par Kreizler. La cellule est protégée par Theodor Roosevelt, alors préfet de police. Le groupe n’a pas que le tueur pour cible, mais doit légalement se protéger contre un policier vendu à la pègre, et se garder d’un personnage ambigu mi-truand mi-socialiste, lui aussi à la tête d’un groupe armé.

L’enquête conduit le groupe dans les asiles ( dont le tristement célèbre Sing Sing) , les quartiers sinistrés de New-York, et les night-club où l’on prostitue de jeunes garçons.

Le petit groupe se frome intellectuellement en lisant Wiliam  James, Kraeplin, Kraft-Ebbing (ces deux derniers ont fourni des descriptions poussées des diverses pathologies) et Darwin. On évoque aussi les expériences de Freud et Breuer. Bref, les voilà à la pointe du progrès…

Le roman est travaillé dans le sens d’une langue correcte et précise, les descriptions sociales des milieux asilaires et délinquants sont soigneusement observées. On y dresse  un inventaire des connaissances en psychiatrie et psychologie de l’époque. Les rebondissements et suspenses se produisent à point nommé, lorsque l’on sent que l’on va s’ennuyer.

On peut s’étonner de voir Theodor Roosevelt protéger un groupe qui entreprend une enquête tenue pour diabolique, à l’époque. L’histoire est inventée à partir de documents véritables.

L’intérêt scientifique de Kreizler pour le meurtrier qu’il voudrait « faire parler » afin d’en apprendre davantage sur la psychopathologie, se double du dégoût de Phil, le journaliste qui avait rêvé le tueur comme un personnage hors du commun, et l’ayant vu et entendu s’écrie «  ce n’était que ça ! »

En effet, le tueur est un « pauvre type » une brute, un cas social, et sans doute un débile pas vraiment léger.  Malgré tout, Kreizler reste fasciné, persuadé qu’il y a une vérité, des mobiles cachés, chez l’être irrécupérable qu’il tente de faire s’exprimer. Epris d’aventure, Phil avait auréolé le criminel d’un prestige, et le voyant s’en détourne, déçu. L’aliéniste, lui, continue , en quelques sorte à l’idéaliser.

Or, comme disait Brecht, les « grands » criminels ne sont que des auteurs de grands crimes. (in « la Résistible ascension d’Arturo Ui »).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lecture policiers relecture
commenter cet article

commentaires

dasola 21/05/2012 12:19


Bonjour Dominique, très très bon roman que cet Aliéniste. Je regrette que Caleb Carr, n'ait pas réécrit un roman de cette trempe. D'autres écrivains s'y sont mis mais pas avec la même réussite.

Dominique Poursin 23/05/2012 13:27



Je crois qu'il écrit toujours le même livre! Le premier est bien.


Pour ce qui est d'utiliser la psychanalyse ou la psychiatrie dans un polar, il y a beaucoup de tentatives, mais qui, souvent, tombent dans la caricature!



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher