Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 00:20

vann-Suckway Island

Gallmeister, 192 pages

 

    Jim et son fils de treize ans, Roy, sont partis vivre en Alaska sur une petite île , pour un an.  Une cabane les y attend.

 

Ni eau courante, ni électricité, un poêle rustique, et pour tous moyens de communications avec l'extérieur, une radio élémentaire, un avion d'approvisionnement qui passe de temps à autre, et  la possibilité d'allumer des feux de détresse.

Ils devront vivre de chasse et de pêche comme les anciens pionniers, apprivoiser l'île.

Ceci est présenté à Roy comme une aventure, mais le jeune garçon est loin de se sentir enthousiasmé. Son père et sa mère ont divorcé, il est à la garde de la mère, et, sans que l'on sache pourquoi, celle-ci l'a encouragé à partir avec son père, bien qu'elle n'ait nullement confiance en lui.

 

L'expédition n'a pas été bien préparée par le père, et dès l'arrivée, de multiples problèmes pratiques se posent, que Roy doit apprendre à résoudre aussi bien que Jim, comme un adulte.

 

Ce ne serait rien si le père ne souffrait d'une instabilité de caractère qui confine à la manie-dépressive. Toutes les nuits il pleure, raconte à Roy sa vie conjugale compliquée , exprime son désespoir. Le matin, il est de très bonne humeur, le soir il s'assombrit avec la tombée de la nuit.

Tantôt il parle beaucoup, tantôt il est silencieux pendant trop longtemps, mais Roy est sûr d'une chose : son père ne s'adresse jamais vraiment à lui, il ne fait que monologuer...Pire, il ne l'a pas intégré mentalement comme son fils, peut-être même pas comme un être humain à part entière...

Il s'absente fréquemment physiquement ou mentalement , organise des expéditions fort longues en plein hiver, et met leur vie en danger. Un jour, il tombe dans un ravin, chute probablement voulue... Roy se défend comme il peut, fait preuve de sans-froid et d'organisation.... mais on sent qu'un nouveau drame pourrait se produire.

 

J'ai bien aimé la première partie du roman. La relation impossible entre Jim et Roy est présentée avec justesse et intelligence. Le récit est sobre, sans effet de style, et sans beaucoup d'originalité non plus, mais les descriptions sont claires, les mots précis, les réflexions du jeune adolescent intéressantes. D'autre part on attend un événement et la tension entre Jim et son fils monte graduellement avec efficacité. On s'attache beaucoup à ce garçon, très lucide pour son âge.

 

Ce qui arrive à la fin de la première partie m'a beaucoup surprise. Effrayé et déstabilisé, Roy me paraissait  tout de même avoir suffisamment  de bon sens et de solidité...

La deuxième partie m'a semblé ennuyeuse, et je l'ai survolée plutôt que lue. Au début, le changement de situation présente de l'intérêt : comment Jim va-t-il réagir à propos de Roy? Nous avons quelques pages bien rendues, et assez insoutenables.

Si le récit s'interrompait là, nous aurions une longue nouvelle plutôt réussie.

 

Mais les errements de Jim continuent inlassablement, sans rien apporter de plus que dans la première partie. Il ne fait que se répéter. L'action progresse certes, mais je ne me suis pas intéressée au devenir de ce personnage, allez savoir pourquoi...!

l'écriture n'est pas suffisamment attrayante pour que l'on suive avec intérêt une deuxième partie dans laquelle il n'y a plus d'enjeu, et quasiment plus d'intrigue.

 

  De bons billets sur Sukwann Island :

 

In Cold Blog( interview de l'auteur)

 

Avis positifsMartine   

Ys

Keisha

Cuné  

 

Avis plutôt négatifs :  

Fashion 

  Mango 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A


Je reviens sur un de tes anciens billets, ayant fini ce livre il y a peu et ayant appris via Dasola que tu n'avais pas aimé. Je trouve tous les avis négatifs sur ce livre intéressants maintenant
car en fait ce qui m'a pousser à lire ce livre, c'est les éloges à son sujet, et à l'époque, il y en avait tant eu que je n'ai pas dû faire attention aux critiques plus mitigés. Ça me rassure
beaucoup de voir autant d'avis divergents sur ce livre car ce n'était pas un coup de coeur pour moi non plus, même si j'ai tout de même été touchée par le contexte dans lequel l'auteur l'a écrit.



Répondre


J 'ai beaucoup aimé la première partie de Sukkwann Island, et je l'ai mis dans mes livres préférés de l'année. Pourquoi n'ai-je mis que deux étoiles?


On peut aimer un livre juste pour une très bonne partie. En fait je diverge avec moi-même sur cet ouvrage...


 



D

Bonjour Dominique, j'ai acheté ce roman pour ma biblio loisirs de mon entreprise. Je l'ai lu tout hier: j'ai été plutôt déçue par une intrigue bancale et un style très moyen (à moins que la
traduction ne soit pas à la hauteur). Je dois rédiger un billet. Jim est un personnage sans intérêt. Bonne journée.


Répondre

Je suis d'accord avec toi,le style n'a rien d'exceptionnel.

En particulier, on n'a pas sl'impression de faire connaissance averc l'Alaska de façon spécifique. Ni avec un lieu personnalisé. Ce pourrait être n'importe quelle île, où le climat est rude...

Pour l'intrigue, on ne comprend pas pourquoi cela tourne ainsi, c'est le personnage le moins intéressant qui reste en scène le plus longtemps, et ça m'a également déplu !


L

Moi aussi la seconde partie m'a déplu : trop de glauque pour moi ... ça en devenait risible.


Répondre

Je suis de ton avis, ça se dégrade au fur et à mesure cette histoire ! Et la fin, c'est vraiment n'importe quoi...


T

C'est vrai que la première partie est plus réussie que la 2ème mais dans l'ensemble c'est plutôt un bon premier roman. Je trouve aussi que la vie personnelle de l'auteur donne une autre dimension à
l'histoire.


Répondre

Pour l'auteur, à ce que j'ai compris, supporter la pathologie paternelle a été une expérience traumatisante, mais heureusement l'issue a été différente par rapport à la fiction qu'il a
imaginée.
 
Personnellement, si j'avais décidé d'écrire sur une situation de maltraitance d'enfant par un parent irresponsable ( c'est un problème que je je connais  d'où mon intérêt pour ce livre) 
je n'aurais jamais réussi à concevoir une issue semblable.


E

Dominique,je ne suis pas très porté sur les listes.Par contre comme je comprends le doute et la lassitude.Je continue davantage pour structurer mes impressions et mes souvenirs
musicaux,littéraires ou cinématographiques.Il me semble n'intéresser que quelques amis virtuels.Mais tu me manquerais,toi,l'une de mes fidèles étapes depuis pas mal de temps.


Répondre

C'est toi qui a raison bien sûr! Il faut continuer pour mettre de l'ordre dans ses souvenirs.
Ce que tu dis me touche. En fait,  je n'oserai jamais arrêter complètement, de peur  de faire de la peine à quelqu'un.


M

Je reconnais bien ma lecture dans ton analyse! La première partie m'a semblé bien plus intéressante que la suivante!
Cependant, sachant cette histoire proche de celle de l'auteur, je reste impressionnée par cette aventure très particulière! 


Répondre

Dans la réalité, c'est l'inverse de ce qui a été élaboré dans la fiction par l'auteur...


D

J'ai lu votre billet avec un intérêt particulier d'autant plus que j'ai été 'indécis' concernant ce livre, lorsd'un de me srécents passages chez mon libraire.
Merci
Armando


Répondre

Bonjour Armando!

Je suis bien contente de vous avoir éclairé.
Donc vous allez l'acheter en dépit des quelques réserves que j'ai faites?


C

j'ai quand même bien envie de m'y coller... mais je crois que cela attendra. j'ai envie de choses un peu plus "légères" ces temps-ci


Répondre

Ah, ce n'est pas le genre de roman qui remonte le moral... mais en choisissant bien son moment, et en dépit de la seconde partie plutôt ennuyeuse, il vaut le détour.


B

je découvre ton blog et les articles parus j'y reviendrai sûrement Bon dimanche


Répondre

Bonne soirée


K

Tu peux supprimer cette fameuse barre ou en changer la couleur en allant dans mise en page et cliquant sur le petit marteau de cette barre.
Dommage que ta "bannière" ait disparu.
Je t'avoue que je préfère les designs "simples", le mien est quasi minimal, même pas de bannière, juste le titre, et colonne de droite même pas de logos, trop difficile de les aligner chez Over
blog, je les ai fait sauter! Je vois tes albums photos, tiens, c'est pas mal!


Répondre

Merci du conseil! ça y est , la barre n'est plus!


L

ça m'a l'air de plus en plus ennuyeux au fur et à mesure que je découvre les billets sur ce livre...


Répondre

Ce roman n'est pas dépourvu d'intérêt, et je crois l'avoir dit. Lire beaucoup de billets sur le même titre  peut dégoûter du livre en question.


K

Ha ha tu as survécu à la fameuse page 113! Assez difficile à omprendre, en effet! Il semble que ce roman fasse partie (en VO) d'un ensemble de trois nouvelles, et que l'une des autres pouvait
éclairer un peu nos lanternes. Enfin, c'est ce que j'ai cru comprendre d'après un(e) (je ne sais jamais) interview de l'auteur vue chez In Cold Blog je crois.
Hors sujet : changement de look? Très sobre. Je préfère aussi la taille des lettres dans les billets. Je dis ça mais c'est toi qui décides bien sûr!


Répondre

Un de ces jours, je lirai l'ensemble des nouvelles ( en VO?) si j'en trouve le courage.

Pour le changement de look , over-blog m'a imposé une barre en haut du blog. Cela a provoqué la disparition de l'image que j'y avait publiée ( la nature morte de Zurbaran).
Il est impossible d'y publier autre chose, la bannière n'est plus fonctionnelle.

Même en changeant le "design" on ne peut plus faire grand chose.
Au point où j'en suis, je m'en fiche de toute façons.


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher