Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 13:14

j'apprends l'hébreu

Actes sud 2011, 236 pages

A Berlin, j’ai vu des noms projetés sur un mur. Ma classe avait quitté le lycée pour visiter le mémorial consacré aux juifs exterminés pendant la Seconde Guerre mondiale. Une liste interminable de noms… j’avais lu beaucoup de noms et  tout à coup, j’ai commencé à les entendre.

Une voix répétait ceux que j’avais  déjà oubliés.

… depuis ce jour de janvier 2007, les voix ne se taisent pas souvent…ces voix m’effraient. Je ne connais pas ces timbres de femmes, d’hommes, et d’enfants.

Dans sa détresse, Frédéric  a perçu les voix des déportés  juifs, et les a entendues de l’extérieur.

Deux ans plus tard Frédéric quitte Berlin pour Tel Aviv, et c’est le début de ce récit. C’est le récit du combat mené par l’adolescent contre les agressions d’une psychose qui le mine, le récit du questionnement  qu’il poursuit pour comprendre le monde, pour se situer quelque part. Frédéric a dix-sept ans, est français d’une mère suisse. Depuis qu’il est au monde il voyage souvent, au hasard des déplacements professionnels de son père.  Ses parents ne sont d’aucune aide. Il dissimule tant bien que mal ses symptômes, sentant le danger supplémentaire que représenterait une intervention de sa famille.

Il ne saisit plus ce que disent les autres à l’oral, et les enregistre au dictaphone, pour les retranscrire ensuite, y mettre de la distance.  Ses premiers moments dans la capitale administrative d’Israël sont difficiles, mais il voit une porte de salut à apprendre l’hébreu, langue si différente de celles qu’il a apprises. Elle se lit de droite à gauche, l’alphabet est totalement autre. S’appropriant la langue, pourra-t-il intérioriser les voix ?

Bientôt, il découvre Benjamin Herlz et ses écrits, s’en fait un ami, noue de bonnes relations avec ses voisins quoique toujours avec le dictaphone, interroge les passants dans la rue sur le sens du mot « territoire ». Les gens sont sympathiques et lui répondent. Il y en aura un pour lui dire je n’ai pas de territoire. C’est aussi le cas de Frédéric. En s’immergeant à sa manière dans les écrits de Benjamin son ami, il continue paradoxalement à s’enfoncer dans le délire.

C’est avec plus que de l’intérêt que l’on suit les pérégrinations mentales de Frédéric. Le personnage plongé dans la déréliction et ses courageuses et ingénieuses tentatives de tenir le coup suscitent l’empathie. Le récit est bien mené avec ses phrases courtes, tantôt questionnement, tantôt dialogue souvent impossible avec sa famille, possible avec ses voisins, tantôt constat. Les phrases qu’il énonce évoluent vers des sortes de « mantras » protecteurs, plutôt que de prières, lorsque la situation l’exige…

D’autres personnages que Frédéric interviennent dans le récit à la troisième personne. Son père, son frère ( il s’appelle César !) sa mère… des personnes assez insignifiantes, mais non dénuées de pouvoir, qui n’approchent pas du monde de Frédéric. Ils ne font que souligner son extrême solitude.

 

Merci à Sybilline sans qui je n'aurais pas découvert ce récit.

 

Lectrice des trois premiers romans de Denis Lachaud, je ne l'avais plus suivi après " Comme personne" et je vois que j'avais tort.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures romans, nouvelles
commenter cet article

commentaires

Marie 20/02/2012 12:25


Je comprends... mais si une rencontre litteraire avec Denis Lachaud vous interesse vraiment, ce serait un plaisir pour moi de vous heberger apres ce RV? Suis en S et M (Melun) et rentrerai en
train ensuite... Cela ne me derangerait nullement! Pouvez me contacter sur FB "Aphrodite Georges"! Amicalement 

Dominique Poursin 22/02/2012 10:04



Vous êtes gentille! j'y réfléchirai.



Marie 13/02/2012 17:02


Bonjour!


Si vous avez aimé les livres de Denis Lachaud... je vous invite cordialement et "gay-friendlyment" à venir l'écouter parler, entre autres, de son roman "j'apprends l'hébreu"! Cette
"Rencontre Littéraire" aura lieu le vendredi 20 avril 2012 à 19h30 au Centre LGBT Paris-IDF! Vous trouverez toutes les infos sur notre site http://www.centrelgbtparis.org/ lors de la sortie de la Lettre d'info de mars! Un débat suivra la prestation de Monsieur Denis Lachaud! A bientôt
j'espère! MG

Dominique Poursin 20/02/2012 10:47



Merci de votre invitation. J''habite trop loin de Paris pour m'y rendre le soir. Il faudrait coucher à l'hôtel, je n'en ai pas les moyens.



keisha 13/11/2011 08:33



Je réalise que Lachaud a un groupe de fans! Seul ce j'apprends l'hébreu est parvenu à ma connaissance, mais je sens que je devrais m'intéresser à l'auteur. merci!



Dominique Poursin 16/11/2011 14:03



Nous sommes au moins trois! Si je pouvais retrouver "La Forme profonde" que j'avais bien aimée il y a plusieurs années, je le chroniquerais bien...



Sibylline 10/11/2011 10:20



Ah! Je suis contente qu'il t'ait plu aussi


Un roman vraiment intéressant



Dominique Poursin 11/11/2011 13:37



Oui! il mérite d'obtenir un prix littéraire,comme tu l'as dit.



In Cold Blog 09/11/2011 15:01



Si tu as aimé celui-ci, tu devrais aussi aimer Le vrai est au coffre. Son précédent roman, Prenez l'avion, est un peu plus particlier... et donc déroutant, je pense.



Dominique Poursin 10/11/2011 10:15



Je l'avais laissé tomber avec " Comme personne" son troisième roman. J'ai l'intention de lire les romans parus ces dernières années. Merci pour ce titre, que je note.



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher