Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 00:19

Aztèques dansants

titre original «  Dansing Aztecs » 1976.

 

Payot-Rivages poches, 1997, 484 pages.

 


 

Jerry Manelli a réceptionné la mauvaise caisse!

L'Hispanique lui avait dit « la caisse E » et Jerry qui est de langue anglaise a compris « la caisse A ».

 

le travail de Jerry est de faire passer, à bord de sa camionnette, de la marchandise illégale à l'aéroport de New-York. La caisse illégale contenait seize statuettes figurant un prêtre aztèque en train d'effectuer une danse rituelle. L'une d'entre elle est en or massif( 1 million de dollars) les autres sont des copies.

Elles proviennent du Descalzo, un pays d'Amérique latine dont je n'avais jamais entendu parler ( vous non plus !!) où sévit un régime de dictature digne de Pinochet. Au musée National se trouve tout de même quelques objets d'art, dont cette statuette, fierté nationale... Le gouvernement avait confié à l'artisan Carracha le soin d'effectuer des copies conformes pour les vendre aux USA. Se trouvant en possession de l'original, Carracha et ses amis Edwardo et Pedro en ont profité pour simuler un cambriolage et prétendre avoir sauvé la statuette en or, qu'en réalité ils ont effectivement expédiée aux USA avec des copies. Le subterfuge ne pouvant être que passager, ils vont devoir émigrer...pas une petite affaire, avec Pedro qui ne pige rien!

 

C'est le Comité du Sport pour Tous dirigé par Oscar Green, qui a hérité de la vraie statuette, sans le savoir. Au cours d'un dîner d'amitié, il distribue les prêtres aztèques dansants au membres de son club pour resserrer les liens...

 

Mais très vite les seize bénéficiaires vont avoir des problèmes. En effet, plusieurs groupes

cherchent à récupérer la statuette, sans compter quelque quidam se trouvant par hasard au courant...

 

Cette course à la statuette fait parfois songer au «  Faucon de Malte » de Dashiell Hammett. Le sujet est presque le même! D'ailleurs, le facétieux Westlake n'hésite pas, au milieu du récit, à confier la narration à un faucon véritable, très critique envers tous ces gens qui s'agitent en tous sens, mus par l'appât du gain.

 

Mais le monde de Westlake est très différent de celui d'Hammett,beaucoup moins noir, et ses personnages aussi sympathiques que ceux d'Hammett sont odieux.

Le roman use avec bonheur de différents procédés comiques ( situation, geste, caractère, mots...) penche parfois vers la farce ( de nombreux fous rires sont à prévoir) et le reste du temps vers la satire sociale : Westllake est un fin observateur des mœurs de son pays.

 

Par ailleurs, le roman ne manque ni d'action ni de suspense ni de rebondissements, ni de surprise finale...

 

Toutes les raisons sont donc réunies pour passer de joyeuse fêtes en compagnie de l'Aztèque dansant et de Westlake, décédé il y a un an,mais bien vivant dans ses oeuvres.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lecture policiers
commenter cet article

commentaires

Ys 24/12/2009 11:24


Toujours pas lu cet auteur...


keisha 24/12/2009 08:35


Un Westlake de bonne facture, on dirait. Pas lu celui là, mais je reconnais son univers!


Dominique Poursin 26/12/2009 20:30


Ce roman est très réussi. Beaucoup de Westlake le sont. ça cahnge de l'univers " Hard-boiled" de certains romanciers de sa génération.


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher