Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 23:26

portrait de femme2   10/18 690 pages.

     1er publication en 1881 c’est le dernier roman de la première période de James.

 


Je le trouve intéressant, parfois répétitif, avec  de merveilleux  passages que j’ai soulignés mais que je ne parviens pas à retrouver…

Isabelle Archer, orpheline, vit à Albany dans une maison spacieuse qui va bientôt être vendue par ses sœurs qui s’occupent des aspects pratiques de l’existence.  Elle vit seule, s’ennuie un peu, rêve de voir le monde, de voyager.

Arrive Mrs Touchett, Lydia, sa tante installée en Angleterre mais qui ne reste jamais longtemps en place ; Isabel plaît à sa tante, qui décide de s’occuper d’elle et l’emmène en Angleterre dans la propriété familiale de Gardencourt. Isabel y fait la connaissance de son oncle déjà malade, de son cousin Ralph, tuberculeux, de Lord Warburton  un ami de Ralph… tout le monde adore Isabel !

Elle a pour eux un charme particulier qui tient de ses manières assez libres (en paroles) de son sens de la répartie, de son langage brillamment impertinent. Et surtout, elle ne cherche pas à se marier, comme la plupart des jeunes filles de cette époque, elle donne l’impression » d’avoir des projets personnels », mais nul ne sait lesquels, cette ambiguïté plaît.

Isabel ressemble un peu au personnage de la Bête de la jungle, un homme persuadé d’avoir un destin, qu’elle doit découvrir.

Son soupirant américain Goodwood l’a suivie en Angleterre et lui fait une cour acharnée et assez agressive. Henrietta son amie journaliste, traverse aussi l’Atlantique, elle doit faire des articles sur le mode de vie anglais.

Isabel reçoit la demande en mariage de Lord Warburton qui est fort riche, puissant, et radical d’opinions.

Elle refuse ces deux prétendants (elle en aurait trois si Ralph n’était pas malade) elle veut vivre découvrir l’Europe, voyager, avant les chaînes du mariage. Le lecteur  croit comprendre aussi  qu’elle n’est pas amoureuse de ces messieurs, elle espère pouvoir se marier par amour.

A la mort de son oncle, elle hérite d’une belle fortune, grâce à son cousin.  Son train de vie va changer. Et les coureurs de dot attendent, ayant flairé la bonne fortune. Une Mme Merle lui fait du charme à l’aide de quelques notes frappées sur un piano ; à Florence cette dame lui fait  rencontrer Gilbert Osmond quadragénaire qui se pique de culture et d’art. On se doute qu’il en veut à son argent, mais Isabel éprouve enfin le sentiment amoureux ; elle va l’épouser.

Là,  je crois que je ne la comprends plus… et je ne suis pas la seule ! Son cousin, sa tante, son amie … ils sont nombreux à avoir saisi la supercherie, mais Isabel ne veut rien savoir.

Les charmes des ces merveilleuses villes italiennes (Florence mais aussi Rome) offrent un décor propice au développement du sentiment amoureux.  Décrites par James , elles donnent envie de s’y précipiter…

D’autre part, Isabel a une personnalité complexe, qui se dévoile peu à peu différente de ce que l’on avait cru au départ.

Préfère-t-elle donner sa main à un homme sans fortune, pour être sûre de le dominer ?

Eprouve-t-elle une sorte de culpabilité à avoir hérité de tant d’argent et se croit-elle tenue de le donner ?

Est-elle paralysée par l’admiration de son bienfaiteur de cousin, condamné à être  spectateur de la vie et surtout de celle d’Isabel qu’il observe incessamment?

 

Isabel ne peut souhaiter tant que cela la liberté et l’autonomie. L’exemple de son amie Henrietta , femme relativement libérée, qui travaille pour un journal, se met en ménage, se mariera plus tard, sûre de s’entendre durablement avec son ami, Isabel ne peut le suivre. Elle est très dépendante des hommes (et même d’une femme) qu’elle écoute beaucoup trop, qu’elle endure bien trop longtemps, car elle aime être courtisée, refuser les avances, et  se faire relancer.  Une tendance au masochisme  surgit aussi, entre les lignes, et ces jeux finissent mal…

Osmond se révèle un  tyran domestique, elle sera malheureuse. Ses anciens soupirants refont leurs apparitions à plusieurs reprises (en fait, ils la suivent partout, surtout l’homme d’affaire, le collant Goodwood, dont elle ne parvient pas à se débarrasser). Etonnant !

Dans ce gros roman riche, de nombreux personnages  dialoguent abondamment,  s’expriment entre les lignes et finissent par nous perdre.

Chaque lecteur interprète à sa manière les événements. Pour ma part j’y vois une suprême ironie de la part de l’auteur, d’avoir suscité l’impression que c’est le bienfaiteur qui fait le plus de mal.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

christian jannone 05/06/2012 22:27


On rapproche James de Proust. On lui reproche sa psychologie fouillée, ses phrases longues, ses incises, le fait qu'il ne tranche pas et laisse le lecteur libre d'interpréter à sa guise (c'est
flagrant dans "Le Tour d'Ecrou"), la difficulté qu'il y a à le traduire... Le meilleur traducteur actuel d'Henry James s'appelle Jean Pavans. Si vous aimez les romans dix-neuviémistes poussés
mais dûs à des auteurs contemporains, je vous conseille la lecture de "La légende de Bloodsmoor" de Joyce Carol Oates, chez Stock, qui date des années 1980.

Dominique Poursin 08/06/2012 10:23



Merci pour ces informations.



christian jannone 05/06/2012 22:20


Chez 10/18, on trouve aussi "Ce que savait Maisie", dans sa traduction faite par Marguerite Yourcenar. L'avez-vous lu et qu'en pensez-vous ?

Dominique Poursin 08/06/2012 10:22



J'ai l'intention de lire " Maisie", cette année en tout cas. Je le chroniquerai probablement.



Choupynette 03/10/2011 12:06



merci du conseil! une nouvelle, c'est bien pour découvrir!



Dominique Poursin 04/10/2011 13:59



Oui,le mieux c'est cette nouvelle , très représentative de l'univers de l'auteur.



Choupynette 30/09/2011 21:06



je me suis toujours pas "attaquée" au cas James. celui-ci me disait bien, mais il semble complexe. Il me faudra un moment de calme je crois!



Dominique Poursin 01/10/2011 19:10



Tu peux commencer par une longue nouvelle Daisy Miller par exemple.



Dominique 29/09/2011 19:14



C'est un roman et un film qui m'ont fait une très forte impression et l'aspect le plus frappant pour moi c'était la manipulation mise en place, pendant longtemps ce fut mon roman préféré de James
mais depuis j'ai lu les Ambassadeurs alors ...



Dominique Poursin 30/09/2011 10:21



Oui, c'est un roman très subtil. Quant aux Ambassadeurs, je n'ai pas réussi à le lire...



L'irrégulière 27/09/2011 19:40



Je l'ai lu il y a longtemps mais je me souviens surtout du film. Enfin, je me souviens surtout de Kidman en fait... sublime !



Dominique Poursin 30/09/2011 10:21



Un rôle qui lui va très bien! je verrais ce film avec plaisir.



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher