Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 00:32

froid mortel

 

 

Albin Michel, 450 pages.

 

L’auteur a quitté le domaine du roman policier ; enfin plus ou moins ! Il s’agit encore d’un roman criminel. Mais pas dans une collection noire.

Quitté aussi l’île d’Öland, pour Valla une petite localité de la région de Göteborg.


Jan Hauger se présente à la Clairière, une école maternelle. Les enfants qui la fréquentent, ont des parents internés dans l’hôpital Sainte-Barbe, contiguë. Une structure assez particulière ; les enfants vivent à mi-temps, ou un peu plus, dans des familles d’accueil, et le reste du temps à La Clairière. Ils vont visiter leur parent interné une fois la semaine.

Jan veut se fait embaucher comme assistant ; il a de bonnes références mais  espère qu’on ne va pas téléphoner à l’école du Lynx où il a travaillé autrefois. Il y avait fait quelque chose de vraiment moche….

Ici, il espère retrouver Alice Rami. Rami tout court. Enfermée à Ste Barbe. Elle avait enregistré un disque. Un seul, qu’il connaît par cœur. Rami est  même la seule personne qui compte vraiment pour lui, en dehors des enfants avec qui il se sent bien. Il compte pouvoir s’introduire dans l'asile et communiquer avec elle.

Mais d’autres employés semblent aussi intéressés par Ste Barbe, les assistantes maternelles,  un chanteur de cabaret également employé là-bas comme agent de sécurité. Tous semblent avoir quelque chose à cacher. Sainte-Barge , comme on l’appelle en catimini, a pour patients quelques individus réputés dangereux…

Jan accepte de faire le facteur ; il s’introduit dans l’enceinte de l’asile et y ramasse du courrier interdit adressé à certains patients, pour le poster, et dépose les réponses. Il veut y glisser un message pour Rami…


Voilà un roman d’atmosphère, un roman psychologique aussi, où le suspense bien réel, se distille par petites touches. On s’interroge sur le passé de Jan, pas clair au début (dans quelle mesure connaît-il cette « Rami » ? Quel genre de connerie a-t-il faite autrefois ?) Sur les motivations réelles des autres employés, sur l’identité de certains patients… Chaque pas dans l’intrigue apporte des éléments neufs, non sans opacifier le reste en même temps, ce qui est assez habile. le style de l’auteur est très personnel, sur le mode mineur, petits détails, petits faits et gestes de tous les jours, révélateurs d’ambiance ou d’autre chose , humour discret mais constamment présent : les fameuse séances de motivation de chaque matin, orchestrées par une certaine Marie-Louise. «  Tout va bien, aujourd’hui ? », lorsqu’à l’évidence tout va au plus mal pour les différents protagonistes, qui ne peuvent que le masquer.

La fin de l’histoire  s’avère assez conventionnelle, par rapport à ce que j’espérais. L’ensemble est cependant intéressant. 

Johann Theorin écrit un peu comme une romancière anglaise, dans ce livre. Désormais son style plaît davantage aux femmes.


Yv s’est ennuyé à cette lecture.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y

Et oui, je m'y suis ennuyé, tant pis...
Répondre
K

Le premier que je lis de l'auteur, qui installe une bonne atmosphesante pesante, mais sans en faire trop.
Répondre


Oui, j'aime bien qu'il n'en fasse pas trop justement...



M

"L'heure trouble" est un des polars que j'ai le plus aimé. Je relirais volontiers un autre roman de cet auteur. 
Répondre

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher