Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 11:02


Avec  Olivier Gourmet( le ministre St Jean), Michel Blanc( le directeur de cabinet gaulliste, nommé Gilles)…Anne Azoulay ( Josépha la femme du chauffeur )


Un ministre des transports qui rêve d’être un prédateur sexuel  symbolisé par une femme nue entre dans la gueule d’un crocodile. En politique cinéma, le crocodile c’est le Caïman, une sorte de Berlusconi.

Et le jour il rêve aussi, tout éveillé. Il se rêve moral, ne couche qu’avec son épouse, se rêve humaniste, proche du peuple, défendant des méthodes socialistes. Il va jusqu’à  se faire bousculer par des chômeurs, puis s’invite chez son chauffeur, qui n’est pas du tout content et fait la tête.

Le chauffeur vit dans une caravane et ne sait comment construire sa maison. Il a une très belle épouse, Josépha ( la seule belle femme du film) .

Le ministre ne va pas lui construire sa baraque ni lui donner de l’argent ! Alors à quoi ça sert tout ça ? Du coup, il se saoule, et tente de faire fonctionner la bétonnière avant de s’écrouler dans les bras de son domestique.


C’est là que le rêve humaniste prend fin. Ensuit tout ira de mal en pis. Accident de voiture,  décès du chauffeur, privatisation des gares contre son gré, discours non acceptés,  trahison de son directeur de cabinet un gaulliste attardé, lequel cède à un certain Vosner (mauvaise caricature de DSK) qui dit que l’état « n’est qu’une vieille godasse qui prend l’eau ».

Puis c’est la fin ; tout le monde est content! les gares sont privatisées, le gaulliste écoutera toujours les discours de Malraux, et l’ex-humaniste pourra recommencer à rêver du Caïman.

 

Franchement, je me suis ennuyée! je ne vois rien de neuf dans ce film. Rien qui révèle quelque chose en politique que l'on n'aurait pas encore compris. Le ministre vit dans sa voiture le portable et l'ordi à la main,sans compter sa coache, la communication ( c'est à dire faire parler de lui, se montrer coûte que coûte) est sa raison d'être. Il n'est qu'une vaste opération de com'.  Je me suis ennuyée à tel point que lors de l'accident de voiture, je me suis dit ouf c'est fini, il est mort, pourvu qu'il n'y ait pas les obsèques à supporter en plus...

Hélas non, ça repart de plus belle...

Seul, Michel Blanc et son côté nostalgique rétro d'une soit-disant belle époque, semble croire à ce qu'il fait...pas suffisant pour sauver le film.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

ta d loi du cine 16/06/2012 18:23


Bonjour Dominique.


Votre billet est un des derniers que je repère (j'en ai listé plus de 300 à ce jour) sur l'Exercice de l'Etat...
Intéressante "déconstruction" des ressorts du film (je préfère employer ce terme à la Derrida [?], plutôt que de parler de démolition en bonne et due forme).


Je pense ne pas avoir eu la même vision que la vôtre (qui est plutôt négative), surtout parce que je n'ai, pour ma part, pas vu le film comme une oeuvre de divertissement au 1er degré, mais
davantage comme, presque, un "outil pédagogique" pour montrer ce que c'est que de faire partie du "personnel politique", avec une vision, forcément fictionnelle mais réaliste, des choix et des
compromis par lesquels ledit personnel se retrouve quotidiennement happé...


(s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola

Dominique Poursin 17/06/2012 10:33



Je crois que Pierre Schoeller a voulu faire un film " de gauche" , la neutralité n'existant pas, mais à mes yeux, cela reste complaisant, bien pensant, pas vraiment crédible. Aucun ministre ne se
précipite en pleine nuit sur les lieux d'une catastrophe, dans le meilleur des cas, il attend le lendemain.


Toutes les fois qu'ill veut se montrer particulièrement concerné, on a l'impression que c'est pour se montrer, que c'est une opération de communication. Même s'il est sincère, il est leurré.


Aucun ministre ne cherche à devenir l'ami de son domestique, de la manière qui est montrée, cela frise le ridicule!


Seul Michel BLanc arrive à faire croire un peu à son personnage ( faut-il qu'il soit doué!!).



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher