Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 00:52

 

C'est le onzième long-métrage d'Haneke, et son premier film noir et blanc. Un grande réussite esthétique avant tout. La photographie est très belle, sobre et réaliste. Les personnages, notamment les enfants sont filmés magnifiquement. On n'oublie pas certaines scènes: par exemple, la femme du paysan sur son lit de mort dans une minuscule pièce lépreuse étouffante, cette morte dont on ne voit que les jambes lavées par une embaumeuse. Certaines scènes ont quelque chose de hiératique.

 

 

 

Un homme âgé, sans doute dans les année 30 pendant la montée du nazisme, et sûrement hanté par les brassards nazis, se souvient des rubans blancs que portaient, les enfants du Pasteur dans le village où il fut instituteur juste avant la première guerre mondiale. Des rubans destinés à leur faire retrouver la « pureté ». un geste qui suppose l'existence de l'innocence.

 

Il se souvient aussi d'une série de violence perpétrés à l'encontre de certaines personnes du village.

 

Le médecin qui fit une chute de cheval due à un câble tendu entre deux arbres à l'endroit où il avait coutume de passer. Sa fille Anna reste seule à s'occuper du petit Rudi son frère. Ils ont une conversation à propos de la mort. La jeune fille est honnête : elle présente la mort comme la cessation de la vie très laïquement, sans la moindre référence à un au-delà.

 

D'autres accidents se produisent. La femme d'une famille de paysans que fait travailler le Baron, tombe dans la scierie à travers le plancher en triste état, et se tue. Son fils saccage les plantations de ce notable... le père de famille se pend.

Cependant le Baron ne reste pas impuni. Son chérubin de fils est ligoté et torturé, sa grange prend feu. C'est peu de chose, et les paysans n'en sont pas moins démunis.

 

Le Pasteur est un tyran domestique et un bourreau d'enfants. Il persécute les siens à coups de sermons et de verges à la moindre occasion...

 

Le malaise s'accentue. L'instituteur découvre que certains de ses élèves ont un comportement qui laisse présager qu'ils seraient liés aux méfaits commis.

 

Et voilà que le médecin revient de l'hôpital et le spectateur ne tarde pas à comprendre qu'on avait d'excellentes raisons de lui en vouloir...

 

La violence vient de conflits d'ordre divers: vengeance de pauvres contre les riches qui les font travailler comme des bêtes dangereusement.

Vengeance d'enfants jaloux de la naissance d'un autre, vengeance contre des parents indignes et /ou incestueux. La plupart des adultes sont sans foi ni loi, les enfants le deviennent aussi, privés des repères les plus importants, et rien ne peut s'arranger.

 

Un film important. Cependant je n'ai pas compris tout le système de la narration: l'instituteur narrateur de dont il a été témoin, ne peut pas avoir vu toutes les scènes qui nous sont montrées. En particulier les scènes privées entre le médecin et la sage-femme, entre le médecin et sa fille etc...

Comment a-t-il eu connaissance de ces scènes, récit par un autre, imagination, nous n'en savons rien.

 

L'avis de Dasola
et Leuname qui ont aimé le film également.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Marco 25/11/2009 17:32


Plus j'y pense, plus j'ai aimé ce film et j'en vois la"perfection". J'ai laissé mes impressions sur mon blog si jamais ça vous intéresse. Les meilleurs exemples du cinéma allemand de ces dernières
années (en tout cas ceux que j'ai vus) sont 'La vie des autrres' et "4 minutes'. 2 films splendides !


Dominique Poursin 26/11/2009 09:07


J'ai beaucoup aimé " La Vie des autres" !

" 4 minutes" ce titre ne me dit rien...


A_girl_from_earth 25/11/2009 00:23


J'hésite beaucoup à aller le voir, peur d'être minée et je suis plus dans ma période "il me faut des films joyeux".
En passant, je t'ai (encore ) taguée: http://lecture-sans-frontieres.over-blog.com/article-ouhloulouloulooouu-encore-un-prix--39688514.html


Dominique Poursin 25/11/2009 09:28


Peut-être alors "Le dernier pour la route" ou " ...tire-larigot"?
Je ne ois pas d'autres films comiques en ce moment...

Encore taguée! J'espère que c'est la dernière fois cette année!


Lilly 24/11/2009 10:49


J'ai adoré ce film, il me donne très envie de découvrir plus en avant le cinéma germanique. Pour les incohérences que tu notes à la fin de ton billet, je ne les trouve pas dérangeantes, je n'ai pas
eu le sentiment que le narrateur servait seulement à témoigner, plus à retourner dans le temps. Je m'exprime mal, mais en gros ça ne m'a pas gênée un instant.


Dominique Poursin 24/11/2009 16:02


Bien sûr si l'on s'en tenait aux seuls souvenirs de l'instituteur, ce ne serait pas suffisant.
Je pense que si ç'avait été un roman on se serait davantage intorrogé sur les procédés de narration.  Au cinéma ils existent aussi.

Je n'ai pas tellement l'occasion de voir des films germaniques en ce moment. J'aimerai bien redécouvrir Herzog ou Fassbinder...


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher