Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 12:58


RuptureLe Masque, traduit del’anglais, 305 pages.

 

 

Dans un collège privé quartier de Sainsbury, un professeur d’histoire, Samuel Szajkowski , a tiré sur la foule des élèves et collègues lors d’une réunion globale et tué trois élèves et une professeur avant de retourner l’arme contre lui.

Lucia, jeune inspectrice de police enquête pour savoir ce qui a pu causer un tel drame. La version officielle que Szajkoswki était psychopathe et qu’on l’ignorait semble bien commode et ne suffit pas comme explication.

Le récit est constitué des réponses ( et non-réponses)faites à Lucia par les différents témoins qu’elle interroge : le directeur de l’établissement, le prof de sport TJ, (qui tous deux détestaient le meurtrier –victime), les parents d’un des gamins décédé, petit chef d’un groupe de persécuteurs impunis et même apprécié des adultes, des enfants du collège, victimes de persécution, et, pour apporter  des nuances, l’ex-amie de Szajkowski, sa sœur, d’autres témoins …


Lucia se sent proche du meurtrier-victime, car au commissariat où elle travaille, un de ses collègues la harcèle sexuellement de la plus ignoble façon, et jusqu’à la violence, avec l’assentiment du patron, tandis que deux des autres inspecteurs ferment les yeux , le dernier tentant timidement de lui venir en aide….

Une société de haine, racisme, abus de pouvoir, duplicités, ignorance, tout cela s’étale sous nos yeux, dans un style oral cru, maîtrisé, mais avec beaucoup de répétitions , comme si l’on voulait nous enfoncer quelque chose dans le crâne.Le narrateur réussit à créer un sentiment de fort malaise.

 

Surtout si l'on est femme, on ressent très bien, presque physiquement,  la situation intenable de Lucia, coincée dans son commissariat, aux prises avec des sales types qui se croient tout permis.

 

C'est un homme qui a écrit le roman(né en 1976), et ses remerciements la fin du roman s'adressent principalement à des femmes.


La plupart des témoins sont odieux, sinon bêtes, et l'on n'a pas grand chose à espérer d'une telle société.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lecture policiers
commenter cet article

commentaires

Ys 14/07/2011 23:34



J'ai trouvé la démarche originale, écrire la fatigue morale de certains profs qui se font harceler. Avec l'inspectrice en vis-à-vis, ça sonne juste.



Dominique Poursin 18/07/2011 11:35



Dans ce cas là il y a plus que de la fatigue morale, mais des violences physiques et des procédures d'humiliation très choquantes. Le harcèlement à la puissance XXL... mais on sait que ça existe
hélas...



Pierre FAVEROLLE 05/06/2011 16:51



Salut Dominique, même si on est un homme, on vibre avec ce roman. Un livre choc, et il est bien dommage qu'il ne soit pas allé en finale du prix Polar SNCF. Il méritait de gagner ! A +



Dominique Poursin 11/06/2011 12:00



Les collèges anglais c'est toujours l'horreur! Je me souviens du film " If" dansles années 70. Très différent, pais tout aussi abominable...



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher