Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 11:47

 

Stock Cosmopolite, 2010, 1ere publication 2010

 

 

Purge

  La maison

 

 

  Aliide  a presque toujours vécu dans cette maison familiale en plein cœur de l’Estonie, une maison "nourricière"et un toit relativement protecteur, dont elle tire tout ce dont elle peut encore  jouir.

Elle y est née, y a grandi, l'a perdue et regagnée, la défend contre l'adversité, fait corps avec elle,  et espère y mourir.

 

      Elle y a souffert. Elle était la sœur cadette, éclipsée en toutes choses par son aînée Inga. L’avènement du communisme, puis l’occupation allemande  n’ont apporté que des malheurs supplémentaires ; disparitions des parents, désertion du  beau-frère qu’il  faut cacher, ce qui rend   la famille suspecte à jamais aux yeux du régime dictatorial, sans compter la pauvreté et  les privations en tout genre, qui sont le lot des pays en guerre.

Un pays gouverné par des dictateurs est un pays en guerre de toute façon!!   

      Maintenant l’Estonie est indépendante, Aliide est veuve et seule, sa fille unique vit en Finlande.

 

Elle vit toujours dans la crainte, des voleurs, des jeunes gens du coin, et du surgissement  de son passé.

 

la jeune fille 

La jeune fille qu’elle vient de trouver inanimée près d’un arbre, elle ne la laisse pas entrer sans méfiance. Mais il vaut mieux examiner l’ennemi de près… 

Zara, la jeune fille,  est en fuite.   Venue de Russie où elle n’avait aucun avenir,  pour être serveuse dans un bar à Berlin, elle s’est retrouvée  la proie de dangereux proxénètes. Si elle a atterri chez Aliide ce n’est pas par hasard… mais Aliide n’en sait encore rien…

 

le combat 

Ce  roman très prenant, relate le vécu de deux femmes en particulier, et plusieurs autres, qui, victimes de conditions de vie particulièrement désespérantes, mènent un combat  acharné pour survivre, conserver un peu de dignité, et avoir un minimum de plaisir, fût-ce au prix du crime.

 

 

les mouche 

La force du récit tient dans le fait que les situations sont décrites à l’aide de petits détails présentés comme essentiels, de métaphores filées qui prennent du sens au fur et à mesure de la lecture, par exemple ces mouches qui reviennent tout le temps obséder Aliide…et dont on comprend à la fin du livre la réelle signification.

 

les hommes

J'ai l'impression que "Purge" est un roman qui plaît surtout aux femmes.  En particulier aux femmes qui ont  eu des problèmes avec l'autre sexe.C'est à dire quatre-vingt dix pour cent au moins...

 

Le constat du livre c'est que les hommes sont vraiment  des tyrans, des pervers, ou sinon des imbéciles, et souvent tout cela à la fois. Le contexte historique de guerre et de dictature, puis d"indépendance, où règne un certain chaos, autorise les pires atrocités de la part des hommes, dont les instincts lamentables se révèlent alors qu'en démocratie et en temps de paix, ils sont relativement dissimulés.

 

Le personnage de Hans qui devrait " racheter" les autres n'est pas très positif. Enfin, il fait ce qu'il peut, et ne peut pas grand chose!!!

 

Un constat très pessimiste...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 16/12/2010 18:05



Bonsoir Dominique, quel pessimisme en effet. Je ne savais pas que 90% des femmes avaient eu des problèmes avec l'autre sexe. Tu es sûre? Je ne me sens pas spécialement concernée, désolée. Que le
roman plaise surtout aux femmes, c'est compréhensible, vu que les hommes n'ont pas le beau rôle. Sinon, la partie "historique" m'a vraiment beaucoup plu, la partie "contemporaine" moins.
D'ailleurs, je n'ai pas compris pourquoi Zara s'est retrouvée à se prostituer. La violence faite aux femmes est en effet un vrai problème, il faudrait que les femmes s'unissent et cela n'est pas
évident. Et puis le poids de la religion, des coutumes. Vaste problème depuis très très longtemps. Concernant les mouches, il faudrait que je relise ce roman, cela ne m'évoque rien. Bonne soirée.



Dominique Poursin 17/12/2010 10:23



Il s'agit de femmes qui vivent dans une grande précarité et n'ont pas le choix: il faut survivre avant tout.


Sinon je crois en effet que la plupart des femmes ont connu au moins un homme qui leur a laissé un mauvais souvenir. Si 'elles l'ont oublié, tant mieux! Mais il y a des exceptions et je suis
contente pour toi, que tu fasse partie des chanceuses.


Zara a reçu la visite d'une amie qui lui a parlé de sa vie comme serveuse de bar à Berlin, en louant cette existence, et l'argent que l'on gagnait. Cette amie était déjà aux mains des proxénètes
et leur servait de rabatteuse. D'ailleurs,  on insiste sur la voiture qui l'attendait.


Malgré tout, Zara aurait dû se douter qu'il ne fallait pas y aller. Il faut dire aussi que ses mère et grand-mère ne lui sont pas d'un grand secours...



Anis (La librivore) 15/12/2010 19:25



J'ai très envie de lire ce livre. Tu es la première que je lis qui fais une analyse des typologies féminines et masculines dans ce livre. J'ai trouvé cela très intéressant.



Dominique Poursin 16/12/2010 10:37



Oui ce livre en vaut la peine!



Lilly 14/12/2010 14:11



Ce livre ne me tentait pas particulièrement, et ton billet ne m'incite pas vraiment à revoir ma position.



keisha 13/12/2010 13:12



Bonne vue d'ensemble! Oui, tu as raison pour les mouches, le sens du détail...



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher