Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 13:34

  Take Shelter

 

Une famille dans un petite ville de l’Ohio. Curtis est contremaître sur un chantier. Il creuse des trous.

Sa femme est au foyer. La maison est vraiment belle et spacieuse, Curtis gagne bien sa vie. Ils ont une petite fille de cinq-six ans, sourde muette.

La socialiser en dépit de son handicap est bien sûr le principal souci des parents.

Lorsque le rideau se lève, nous voyons une immense plaine et de gros nuages menaçants au loin,  qui se rapprochent, ainsi qu'une branche d'arbre feuillue agitée par le vent. Ils inquiètent Curtis, et lui seul. Il craint les tempêtes. Ce n'est pas dans cette région que les tornades sont les plus fréquentes, on n'est pas dans la "tornado alley", toutefois la maison possède un abri anti-tempête.

Mais Curtis ne le juge plus suffisant.  Les nuages lui causent de la panique, et il se met à voir des pluies violentes, des pluies « acides « ( pas de l’eau mais un produit comme de l’huile de moteur), un vent d’ouragan, et d’autre choses encore plus étranges. Son chien l’attaque, les meubles de la maison sont en lévitation, des nuées d’oiseaux leur tombent dessus avant de s’abattre sur le sol. Genre Hitchcock, les oiseaux, mais moins spectaculaires tout de même.


Conscient d’être perturbé, Curtis va consulter. Il a déjà fait un diagnostic grâce aux livres de psychiatrie de la bibliothèque municipale. Il a 2/5 en schizophrénie et avertit la psychologue qu’il est la proie d’un épisode psychotique. Je me demande ce que la psy pourrait y ajouter…elle demeure coite.  Curtis a une mère en maison de santé, victime elle aussi non seulement d’un épisode mais d’un effondrement psychotique, dont elle ne s'est jamais remise.

La confusion de Curtis va crescendo : il se met à construire un abri anti/ catastrophe, pour se préserver ainsi que sa famille... de la folie qui s'empare de lui, pense-t-on.

 


A partir de cela rien ne sera très clair. Curtis a-t-il rêvé qu’il emmène sa famille dans l’abri ( qui ressemble aux abri antiatomiques dont on parlait tant dans les années 60) ? Y-a-t-il eu une vraie tempête ? Sa femme a-t-elle voulu jouer son jeu et s’est-elle volontairement laissée entraîner dans l’abri pour créer un genre de psychodrame capable de guérir son mari ?

On s’enfonce dans les hypothèses. Et ce n’est pas la dernière séquence qui va éclaircir le tout…

Le film possède une forte connotation sociale , les problèmes du jeune couple dont les amis s'éloignent, l'employeur qui se conduit comme un salaud, les aides sociales précaires, tout le contexte est bien posé. On peut supposer que le film est aussi symbolique voulant pointer les dangers de la pollution.  Il est également anxiogène voulant créer une atmosphère d’angoisse, à partir de phénomènes naturels qui deviennent mençants, voire carrément surréalistes. Pas aussi effrayant que je l'aurais souhaité, cependant.

 


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher