Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 12:00

In-the-Woods-Tana-French.jpg

 

Hodder paperback, 2005, 592 pages.

  titre français : La Mort dans les bois

 

Adam Ryan, 12 ans jouait dans la forêt avec ses amis Jamie et Peter en août 1984.

Le soir venu, on le retrouva agrippé à un arbre, du sang dans les chaussures. Ses amis avaient disparu et il ne se souvenait de rien.

Ainsi prit fin son enfance insouciante à Knockaree,  petite ville de la banlieue dublinoise.

Vingt ans plus tard, Adam a changé de nom, se fait passer pour un Anglais, et tente de vivre, tantôt sans son passé, tantôt avec des réminiscences insistantes. Sous le nom de Rob, il est devenu inspecteur de police. Son métier l'entraîne à nouveau sur le théâtre de son ancien traumatisme. Katy, une petite fille de douze ans est retrouvée assassinée dans cette même forêt, par des archéologues qui travaillent sur un chantier de fouilles. Le corps gisait sur une tombe druidique, un autel pour d'anciens sacrifices.

Avec l'aide de Cassie sa collègue préférée, à qui il a confié son aventure passée, Adam enquête, et malgré lui, cherche un lien entre cette affaire et celle, non élucidée, à laquelle il s'est autrefois trouvée mêlé.

Pour me replonger dans un bain d' l'anglais, j'ai choisi un peu par hasard, ce roman dont l'écriture paraissait assez simple, et l'intrigue prometteuse.

Voilà qui s'est révélé un vrai pensum! Bien que l'enquête criminelle portant sur l'assassinat de Katy soit correctement menée et plausible, le roman croule sous les répétitions et redites inutiles, interrogatoires interminables, nombreuses fausses pistes, qui se prolongent bien après que le lecteur les ait abandonnées.

Les dialogues aussi paraissent longs. Tous les éléments de dialogue sont rapportés, même les plus dénués de signification.

C'est peu de dire que Tana French tire à la ligne! Les longueurs ne font que souligner la faiblesse psychologique du propos, qui, avec un texte plus court, ne m'aurait pas vraiment gênée.

Lorsque Adam passe une nuit dans la forêt, et se remémore la dernière journée passée avec ses amis, pour tenter d'avoir un souvenir ou de trouver un indice, c'en est trop pour lui, et  il s'enfuit, poursuivi par les fantômes, de sa propre terreur.  Ce passage ne m'a pas bouleversée; j'ai même ressenti de l'irritation contre Adam. Il m'a énervée aussi à se laisser séduire plus que de raison par une jeune fille aux ruses  assez minables...

L'enquête d'Adam  sur la disparition de ses amis serait une très bonne chose si cette affaire classée se résolvait elle aussi. Or il n'en est rien!

Cette déception infligée au lecteur ne devrait pas exister dans un roman policier, ou un thriller psychologique...

Sauf si l'auteur écrit particulièrement bien!  Un exemple me vient à l'esprit : dans son roman « La Lune sous le caniveau »,  David Goodis ne donne jamais la solution de l'énigme ( on ne saura pas qui a violé et désespéré sa sœur, on en reste aux suppositions) et cela ne nous manque pas, car le récit est poétique et davantage focalisé sur l'ambiance que sur l'enquête.

Dans ce roman là, l'ambiance joue aussi un rôle important,  mais Tana French n'écrit pas si bien que cela, et de ce fait, on attend autre chose qui ne vient pas. 

La lecturede Karine  qui a aimé davantage que moi. Le roman lui a rappelé Dona Tartt " Le Maître des illusions".A présent, j'ai l'impression de ne pas avoir tout assimilé...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lecture policiers
commenter cet article

commentaires

Constance 07/02/2010 16:19


Moi qui ai détesté ce Maître des Illusions, je ne vais pas m'aventurer non plus dans celui-là. C'est bien dommage car la 4° de couverture est très bien faite comme toujours.


Dominique Poursin 07/02/2010 17:15


Non, ce n'est pas de la bonne littérature policière.


Marie 27/01/2010 09:07


S'ennuyer dans un polar ? C'est terrible ! Je vais éviter cet auteur...


Dominique Poursin 27/01/2010 14:26


Le personnage principal ne tient pas ses promesses! je m'étais imaginé qu'il apprendrait quelque chose à propos de son passé, d'une façon ou d'une autre, et qu'on le verrait sous un autre jour...


keisha 23/01/2010 14:12


Mouais...je vais éviter cette dame, même en français. Toi au moins auras bénéficié du côté VO, l'impression donc de moins perdre son temps, non?


Dominique Poursin 24/01/2010 18:07


J'ai noté du vocabulaire malgré tout!
Mais ces bois méritent des coupes claires...


Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher