Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 13:50

Extinction die AuslöschungGallimard (L’Imaginaire) 509 pages

Le dernier roman de Bernhard publié en 1986.

 

      Franz-Josef Murau professeur à Rome, doit rejoindre ses sœurs à Wolfsegg en Autriche. Il a reçu un télégramme l’informant du décès de ses parents et de son frère dans un accident de voiture.

Il ne s’est jamais senti bien avec sa famille, et regrette d’avoir à se rendre là-bas, assister à des funérailles, et régler les histoires d’héritage.

 

      Riche, mais sans culture, inintelligente, ne songeant qu’à faire fructifier ses possessions, sa famille lui déplaisait au point de la haïr. En outre il s’est toujours profondément ennuyé en leur compagnie, lorsqu’il ne se révoltait pas. Car cette famille a des accointances politiques particulièrement détestables, dans un pays, qui plus qu’un autre, est constamment dirigé par des hauts fonctionnaires qui ne dissimulent même pas leur penchant pour le national socialisme.

 

Deux longs monologues (Le Télégramme et le Testament) nous enlisent  dans les pensées pessimistes du narrateur, nous fouettent de ses invectives, accompagnent, sans l’accomplir, son deuil particulier mais réel.  Son arrivée à Wolfsegg le pays détesté, lui permet d’évoquer son apprentissage d’une espèce de vraie vie, et de s’acheminer vers une décision à propos de l’emploi de son héritage.

 

Pendant 500 pages le narrateur explique pourquoi il déteste autant sa famille et son pays, comment il a découvert une autre façon de vivre, une vraie façon de vivre, grâce à son oncle Georg, comment il a pu se sortir de ce pétrin où l’avait plongé sa lamentable famille et aussi comment il ne s’en est pas vraiment sorti… à quel point il aime sa famille, tout en la détestant ( ces derniers temps c’est la haine qui prévaut). D’un sujet à l’autre, il va  et vient et revient, critique radical et corrosif, loufoque parfois, lucide souvent.

 

C’est un livre important, qui se lit petit à petit, vingt pages de temps en temps, le type même du livre de chevet, que l’on garde toujours à portée de main.Aussi suis-je loin de l'avoir terminé, d'en avoir pris toute la mesure, et je ne suis pas pressée non plus d'en avoir fini.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Windows 8 Support 11/12/2013 12:12

Thank you for sharing the review. Extinction is the last of his novels and after reading this post I am really interested to give it a try. I have read one of his books “The loser”. It was really a nice story. Hope this will be good too.

dominique 11/12/2013 13:35

En français nous l'appelons " Le Naufragé" ce loser. Il y a trois personnages je crois Gould Wertheimer et le narrateur. Un monologue un peu difficile d'accès pour ce ménage à trois destructeur...surtout pour Wetheimer. Je ne sais pas qui fut le modèle de Wertheimer...

Sibylline 25/11/2010 19:35



Oui, moi aussi. C'est bien + accessible que ses romans.



Sibylline 24/11/2010 12:07



Merci beaucoup pour ta participation. De mon côté je me suis régalée avec les livres de son autobiographie. Je n'ai pas eu de problème à le lire à haute dose.


J'aime. ;-)



Dominique Poursin 25/11/2010 18:04



Son oeuvre autobiographique, je l'ai lue d'une seule "traite".



dasola 21/11/2010 23:00



Bonsoir Dominique, j'ai acheté ce roman car j'ai eu l'occasion d'écouter un acteur Serge Merlin, seul en scène sur une scène de théâtre qui interprétait des passages d'Extinction: envoûtant. Je
pense que je suivrai ton conseil: quelques pages chaque fois. Bonne soirée.



Dominique Poursin 25/11/2010 18:01



J'ai beaucoup entendu parler de ce cette prestation! Quelquefois je regrette de ne mouvoir aller au théâtre.



Dominique 20/11/2010 09:56



Depuis longtemps j'ai envie d'ajouter ce livre à ma bibliothèque, ma lecture de Bernhard est un peu décousue, tes deux billets successifs sont très attirants 



Dominique Poursin 20/11/2010 12:06



Pour une fois que l'auteur du mois choisi par Sibylline fait partie de mes "connaissances ", j'ai décidé de m'y atteler un peu, même si c'est difficile d'en parler.


Je ne trouve pas mes billets attirants le moins du monde, mais plutôt plats! Tu es trop généreuse...



keisha 20/11/2010 09:00



Mouais.. J'ai toujours du mal avec la littérature allemande (j'ai tort, sûrement) mais par petits morceaux comme tu le suggères... pourquoi pas?



Dominique Poursin 20/11/2010 11:59



Je suis d'avis, Keisha, qu'il ne faut pas se forcer! Moi je n'arrive pas à lire les romans d'aventure, ni de " nature writing", pourtant il existe des chefs d'oeuvre dans ces domaines.


 



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher